• universite ete 2018 grenoble fr

Wiki modificadas recientemente August 21, 2018 por facilitfsm



globe-logo.pngProgramme FR

https://ue2018.org/IMG/pdf/programme-ue.pdf

Édito  Qui organise l’université d’été ? 4 Comment ça se passe ? 6 Ouverture / clôture 7 Sur le campus jour par jour 8 Zoom sur les médias indépendants 49 Hors les murs journée 50 Hors les murs soirée 53 Agenda 56 Notes 58 Plan du centre-ville 59 Infos pratiques 62 Plan du campus 63

comitU n constat s’impose, celui de l’échec criant d’un système fondé sur la finance et la marchandisation de l’Humanité, du vivant et de la planète. Les politiques régressives menées par de nombreux gouvernements aggravent les conditions de vie des peuples au profit d’une minorité de plus en plus riche. Pourtant, nous sommes nombreuses et nombreux à agir face à la montée des inégalités et de la pauvreté, aux dérèglements climatiques, à la régression de la démocratie en France, en Europe et dans le monde. Le mouvement associatif, social et citoyen, dans toutes ses composantes, du local à l’international, joue un rôle majeur pour contrer la montée d’un climat délétère sur tous les plans. Nous avons une grande responsabilité pour sensibiliser les citoyen.ne.s et les convaincre de se mobiliser, de s’engager, d’agir toujours plus. Il est nécessaire de montrer qu’il est possible, dès maintenant, à partir d’initiatives et d’expérimentions à différentes échelles de nos territoires, de construire les alternatives au modèle dominant et ce dans l’intérêt du plus grand nombre. Mais pour que l’impact de toutes nos diverses actions soit plus fort, nous avons besoin de nous rassembler, de nous appuyer les un.e.s sur les autres. C’est dans ce but que plus de 300 organisations de transformation sociale et de solidarité, associations, syndicats, médias indépendants, collectifs, réseaux, ont décidé d’organiser ensemble une Université d’été solidaire et rebelle des mouvements sociaux et citoyens. Cette université, la première du genre, poursuit trois objectifs principaux: former des militant.e.s et de nouveaux publics, favoriser la convergence des mouvements, et redonner de l’entrain, partager les alternatives, faire ensemble. Plus de 1500 personnes sont attendues du 22 au 26 août pour participer à une centaine d’activités très diverses présentées dans le programme: des temps forts communs, les plénières et les forums, organisés par le comité de pilotage/// une centaine d’ateliers, séminaires, modules de formation, proposés et organisés par l’ensemble des organisations /// des réunions de réseaux et espaces collectifs prévus sur des temps spécifiques. Les activités «hors les murs» et les temps culturels, festifs et conviviaux, seront l’occasion pour les participant.e.s de croiser des témoignages de résistance active à l’arbitraire et au fatalisme, qui font l’histoire et l’actualité de la ville de Grenoble, dans le magnifique cadre des trois massifs alpins qui dessinent la forme en Y de l’agglomération Autant d’activités qui nous permettront d’aborder les grands enjeux du moment, qu’ils s’agisse des migrations, des luttes d’émancipation, de la défense des services publics, du logement, de l’éducation à la solidarité internationale ou de la lutte contre le réchauffement climatique! Les réponses que nous portons ou porterons ensemble se doivent d’être à la hauteur de ces enjeux, et en participant à cette université d’été on compte sur vous pour y contribuer! Le comité de pilotage édito 3

 

globe-logo.png

 qui organise l’Université d’été solidaire et rebelle des mouvements sociaux et citoyens ? Retrouvez le descriptif de chaque organisation sur le site de l’Université d’été www.ue2018.org

Emmaus ???

Comité de pilotage national 350.org /// ActionAid-Peuples Solidaires /// Archipel citoyen : Osons les jours heureux ! /// Attac France /// Collectif des associations citoyennes /// CRID /// Droit au logement /// Dialogues en humanité /// Emmaüs France /// Fondation Copernic /// France Amérique Latine /// Fédération syndicale unitaire /// Initiative pour un autre monde /// Les petits débrouillards /// Ligue des droits de l’Homme /// Ritimo /// UGICT-CGT /// Union syndicale Solidaires Comité de pilotage local AFPS Isère /// Alliance PEC Isère /// Amis d’Accueil paysan Isère /// Amis de la Terre Isère /// Alternatiba Grenoble /// Antigone /// Artisans du monde Crolles /Grésivaudan /// Attac Isère /// Attac Savoie /// BatucaVI /// BDS Grenoble /// CADTM/G /// Centre d’information inter-peuples /// CGT Isère /// Collectif pour la gratuité des transports publics dans l’agglomération grenobloise /// Collectif Semaine de la solidarité internationale grenoble /// Collectif Semaine de la solidarité internationale grésivaudan /// Droit au logement 38 /// Franca/RJSI /// France Amérique Latine 38 /// Frapna Isère /// Fédération syndicale unitaire 38 /// Greenpeace Grenoble /// Habiles - Habitats isérois libres et solidaires /// Ingénieurs citoyens Grenoble /// LDH Grenoble Métropole /// Mouvement de la paix Grenoble & St-Martin-d’Hères /// Mouvement national des chômeurs et précaires /// Nuestra America /// Osez le féminisme 38 /// Paysages de France /// Planning familial 38 /// ReAct Grenoble /// Solidaires 38 Ils ou elles co-organisent Acipa /// Acrimed /// ADDEAR /// AdeROC /// ACDA /// Agir contre le Chômage ! /// AFPS /// AGTER /// AITEC /// Al Humosphère /// Alliance citoyenne /// Alliance PEC Isère /// Alternatiba-ANV/Cop21 /// Alternatives Canada /// Ambazada /// Amis d’Accueil paysan /// Amis de la Terre /// Amnesty 38 /// Anticor /// APSO /// ARDEAR AURA /// Armes nucléaires stop /// Assemblée européenne des citoyens /// Assemblée virtuelle /// Assemblées des communs de Grenoble, Lille, Lyon, Saint Etienne /// Association Afrik impact /// Association des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire /// Association des travailleurs maghrébins en France /// Association résidents 10-20 Arlequin /// Athena  21 /// Attac Allemagne /// Attac Espagne /// AURDIP /// Autour du 1er mai /// BAsic /// BDS France /// Belle démocratie /// BLMC /// CADTM Belgique /// CADTM France /// Capacitation citoyenne /// CapaCités /// CARMEN /// CCFD-Terre solidaire /// Cecil /// CEDETIM /// CGT /// Chemins de la métamorphose /// Chemins faisant /// CICP /// CIMADE /// CIRAD /// CISEM /// CliMates /// Coalition européenne d’action pour le droit au logement et à la ville /// Collectif « Avec la révolution syrienne » 4 /// Collectif « Ingénieur pour demain » /// Collectif « Pour une Syrie libre et démocratique » /// Collectif de solidarité avec le peuple catalan /// Collectif départemental Poste Isère /// Collectif des habitants rue Jay /// Collectif « Ethique sur l’étiquette » /// Collectif Guatemala /// Collectif « Les Terrestres » /// Collectif NANOUB /// Collectif « Pas sans nous » /// Collectif pour une transition citoyenne /// Collectif « Transports gratuits Grenoble » /// Comité citoyen du Pin /// Commerce Équitable France /// Commons Alliance Grèce /// CommonsPolis /// Compagnie NAJE /// Confédération paysanne /// Convergence nationale des collectifs locaux de défense et de promotion des services publics /// CoopaWatt /// Coopérative écologie sociale /// Coordination climat et justice sociale Suisse /// Coordination eau Île de France /// Copaf /// Corporate europe observatory /// CRIIGEN /// CSIA NITASSINAN /// Culture et liberté /// Debout éducation populaire /// Diffraction /// e-graine /// Eau bien commun Auvergne-Rhône-Alpes /// Échanges et partenariats /// École de la paix /// Économistes atterrés /// Educasol /// El cantière /// End ecocide on Earth /// Enercoop /// Étudiants et développement /// Fédération Artisans du Monde /// FTCR /// FNAB /// Festival des solidarités /// Finance Watch /// Finansol /// Focus on the Global South /// Fondation pour la nature et l’Homme /// Fondation Rosa Luxembourg /// Fondation Solon /// FORIM /// Forum citoyen renageois /// France eau publique /// France libertés /// FRAPNA /// Frères des Hommes /// Global Chance /// GRAB /// Grdr migration-citoyenneté-développement /// Greenpeace /// Gull local Grenoble /// Halem /// ICAN France /// IDD /// Ingénieurs sans frontières /// Initiative pour un confédéralisme démocratique /// Institut de recherche sur la gouvernance /// Institut Momentum /// Intercoll /// Internet sans frontières /// Labsus Italie /// Le choix commun /// Maison des citoyens du monde  44 /// Maison des solidarités /// Max Havelaar France /// MFRB /// Modus Operandi /// Mouvement de la paix /// Mouvement des jeunes kanaks de France /// Mouvement pour l’économie solidaire /// Mouvement Sol /// Mouvement Utopia /// Nature et progrès /// No Vox /// Nothing2hide /// Notre affaire à tous /// Observatoire des armements /// Observatoire des multinationales /// OLN /// OpenStreet Map /// OXFAM /// Passeurs d’alerte /// Petits débrouillards /// Plateforme des ONG françaises pour la Palestine /// Plateforme emploisclimat /// Plateforme globale pour le Droit à la ville /// Quadrature du net /// Quartiers du monde /// ReACT /// Remix the commons /// Réseau Action Climat-France /// Réseau Citoyen /// Réseau des AMAP /// Réseau Environnement Santé /// Réseau Mycélium Belgique /// Réseau Sortir du colonialisme /// revue Carnets rouges /// revue Dialogue (GFEN) /// Revue Mouvements /// revue N’autre école /// revue Regards croisés /// revue Silence ! /// RIPESS Europe /// Ritimo /// Sciences citoyennes /// Secours catholique /// Sherpa /// Solidarité laïque /// Sortir du nucléaire  38 /// Starting Block /// Stop Précarité /// Sud-PTT /// Survie /// Syndicat basque ELA /// Syndicat de la magistrature /// Terrafrik alternatives /// Terre des Hommes France /// Tous cobayes /// Transnational Institute /// Transparency International France /// UFISC /// UJFP /// Union syndicale Solidaires /// VoxPublic /// Weed Partenaires médias

globe-logo.png 

L’Université d’été bénéficie de financements apportés par 5 Cette Université d’été s’est donné 3 objectifs : FORMER les participant.e.s sur des questions de fond, mais aussi sur l’action non-violente, l’éducation populaire, la démocratie participative, etc ; FAVORISER les convergences et coalitions des mouvements sociaux et citoyens par le partage d’expérience, d’information, de savoir-faire, d’agenda commun et la co-construction de projets et d’actions ; VIVRE les alternatives, remotiver et faire ensemble dans des moments de réflexion, d’action, de convivialité et de festivités !

 Au total, ce sont: > 33 MODULES d’une journée chacun, de 9h30 à 16h30 jeudi, vendredi et samedi, pour apprendre et se former intensément > 73 ATELIERS de 2h15 le matin, le midi ou l’après-midi, de jeudi à dimanche matin, pour varier les thématiques selon l’humeur et les centres d’intérêt > 11 FORUMS de 17h à 19h pour débattre autour des grands enjeux d’actualité ! Le tout encadré par une séance d’ouverture le mercredi de 17h à 19h et une séance de clôture le dimanche de 14h à 15h. Comment ça se passe à l’Université d’été ?

 Par ailleurs, découvrez des conférences gesticulées, des jeux de sensibilisation, des balades militantes, des projections... Tout un programme à retrouver dans les activités militantes, culturelles et festives sur le campus et hors campus. Certaines seront l’occasion de découvrir Grenoble, son territoire et ses acteurs et actrices engagé.e.s. Un village associatif vous permettra de (re)découvrir le travail mené par des dizaines d’organisations au quotidien, et de discuter avec leurs membres. Vous percevrez l’Université d’été d’un autre œil et d’une autre oreille avec des plateaux télé et radio qui diffuseront images et sons pour ne rien rater de l’événement! On vous attend aussi à la journée spéciale « médias indépendants » du vendredi 24… Enfin, nous festoierons gaiement, et plutôt deux fois qu’une : vendredi, nous célébrerons l’étape grenobloise du Tour Alternatiba au Parc Paul Mistral, et samedi nous clôturerons en musique, au Jardin de Ville, cette belle aventure collective ! Vous trouverez tout le détail des activités proposées à l’université d’été, ainsi que des informations complémentaires concernant les intervenant.e.s, les co-organisateurs.trices, les bibliographies et/ ou sitographies... sur le site www.ue2018.org 6

globe-logo.png

Mercredi 22 août

Séance d’ouverture 17H > 19H • AMPHI WEIL Entre ancrage local et stratégies globales, cette séance mettra à la tribune des intervenant.e.s du local à l’international. Il.elle.s analyseront leurs contextes culturels, politiques, et militants respectifs pour apporter témoignages et prise de recul sur les enjeux auxquels nous faisons face en tant que mouvements sociaux. Ensemble, en complémentarité, il.elle.s tenteront de répondre à la question suivante : quels enjeux pour les mouvements sociaux et organisations citoyennes aujourd’hui ? Que faire, et comment faire ensemble ? De quoi donner du grain à moudre pour commencer ces cinq jours de débats, de formation et d’action… Intervenant.e.s : Éric Piolle (Maire de Grenoble), représentant.e.s des mouvements sociaux locaux, Massa Kone (No Vox Afrique, Mali), Florencia Partenio (DAWN, Argentine), Victor Vozian (Coalition européenne d’action pour le droit au logement et à la ville, Roumanie), Aurélie Trouvé (Attac), Emmanuel Poilane (CRID) ; Animation par Ivan Du Roy (Bastamag).

Dimanche 26 août

Séance de clôture 14H > 15H • AMPHI 1 Cette séance permettra de faire le point sur les cinq jours passés ensemble… en images et en témoignages ! Ce sera l’occasion de repartir fort.e.s d’un agenda plein à craquer des rendez-vous de la rentrée. L’Université d’été solidaire et rebelle des mouvements sociaux et citoyens, c’est aussi ça son engagement: s’ancrer dans un écosystème de transformation sociale, politique et économique, et faire le lien avec les mobilisations passées et à venir, pour que ce temps fort de l’agenda militant ne soit pas statique mais dynamique… à notre image ! Intervenant.e.s : Susan George (Présidente du Transnational Institute – TNI), Usul (You-tubeur et chroniqueur Médiapart), Nicolas Haeringer (chargé de campagne chez 350 International), et Sacnicte Caballero (France Amérique Latine 38) viendront faire part de leurs impressions, analyses et agendas; interventions ponctuées de vidéos et animations qui ne manqueront pas de vous surprendre...

Lors de ces plénières, des artistes engagé.e.s interviendront à leur manière ! Nous aurons droit au point de vue du Clown de Manicomi théâtre, et à celui du Ministre du Bonheur, de la Contemplation et de l’Exploration des Petits Mondes…

 7 apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes

globe-logo.png

jeudi 23 août MODULES 9h30 à 16h30

Quelle finance voulons-nous ? Amphi 3

Telle qu’elle fonctionne aujourd’hui la finance est déconnectée des besoins fondamentaux de la société. Que doivent faire les citoyen.ne.s pour que cela change? Ce séminaire cherche à apporter des élé- ments d’information et à ouvrir le débat sur cette question essentielle. Il comprend trois sessions: la session 1 analyse pourquoi les grandes banques sont devenues toxiques et les réformes nécessaires n’ont pas eu lieu; la session 2 montre qu’il existe des alternatives aux banques traditionnelles, ancrées sur les territoires, qui fonctionnent déjà en France et au-delà de nos frontières; la session 3 est consacrée à la finance citoyenne et solidaire, qui constitue une alternative et un champ d’expérimentation essentiels pour réussir la transition écologique et sociale. Intervenant.e.s: Bernard Horenbeek (La Nef), Guillaume Viandier (Finansol), Dominique Plihon (Attac), Eric Toussaint (CADTM) Organisé par: Attac, La Nef, Finansol, CADTM, CGT banques, Secours Catholique

Ensemble, défendons les droits humains et de l’environnement face au pouvoir des multinationales! Amphi 1

Partout dans le monde, on observe un sursaut citoyen contre l’impunité dont béné- ficient les multinationales en matière de violations de droits humains et environnementaux. Sous la pression de sa société civile, la France est notamment pionnière sur le sujet avec sa loi sur le devoir de vigilance du 27 mars 2017. Un an plus tard, il est l’heure d’un premier bilan: quelles possibilités s’ouvrent aux citoyen.ne.s? Quelles limites? Cette loi n’arrête cependant pas les offensives constantes de certaines multinationales contre le droit d’informer et de dénoncer: criminalisation, procès-bâillons, directive et loi sur le secret des affaires… Elles déploient aussi un intense lobbying contre toute tentative de régulation de leurs activités, que ce soit en termes de normes environnementales ou sociales. Au niveau international, l’intense lobbying de ces dernières freine par ailleurs une initiative historique. En effet, mouvements sociaux, société civile et certains États sont plus que jamais uni.e.s pour obtenir un traité contraignant actuellement en négociation à l’ONU, qui obligerait les multinationales à respecter les droits humains. Quels défis, quels enjeux et quelles perspectives pour ce traité? Ce séminaire analysera donc ces enjeux ainsi que les pistes à explorer pour mobiliser, plus encore, société civile et opinion publique. Intervenant.e.s: Campagne globale pour revendiquer la souveraineté des peuples, démanteler le pouvoir des multinationales et mettre fin à l’impunité, CCFD-Terre Solidaire, CGT, Collectif Ethique sur l’étiquette, France Amérique Latine, Transnational Institute Organisé par: Action Aid France - Peuples Solidaires, Amis de la Terre France, Attac France,

Comment gagner la bataille pour la justice fiscale? Amphi 4

Alors que les scandales d’évasion fiscale se multiplient (LuxLeaks, Panama Papers, Paradise Papers...), les pouvoirs publics continuent à prendre des mesures qui sont très loin d’être à la hauteur des enjeux. Comment mettre fin pour de bon à jeudi 23 8 l’évasion fiscale des multinationales et des ultra-riches? Quelles sont les revendications de la société civile pour arriver à une véritable justice fiscale? En quoi le travail des journalistes, des lanceuses et lanceurs d’alerte et des militant.e.s est-il indispensable pour mettre la pression à la fois sur les bénéficiaires de l’évasion fiscale et sur les pouvoirs publics? En quoi les mobilisations de la société civile ont permis de faire bouger les lignes? Intervenant.e.s: Laurence Blisson (syndicat de la magistrature), Anne Guyot-Welke (Solidaires finances publiques), Pauline Leclere (Oxfam France), Dominique Plihon et Raphael Pradeau (Attac France), Lison Rehbinder (CCFD-Terre Solidaire), Laure Rousseau (Sherpa) Organisé par: Attac, OXFAM, Solidaires Finances Publiques, Syndicat de la magistrature

 Quels espaces d’engagement politique pour la jeunesse dans les mouvements sociaux aujourd’hui? Salle D103

Acteurs et actrices de la solidarité internationale et des mouvements sociaux, permanent.e.s d’associations, militant.e.s, jeunes engagé.e.s ou en recherche d’engagement, mouvements, nous vous invitons à un séminaire qui interroge les nouvelles formes d’engagement dans les mouvements sociaux et la solidarité internationale, et le renouvellement générationnel de nos organisations. Comment se construit un parcours d’engagement? Au regard de quel projet politique? À quelles échelles? À partir d’analyses théoriques et de partages d’expériences nous chercherons à identifier ensemble ce qui aujourd’hui est/ devrait être moteur de l’engagement pour une transformation sociale. Trois temps seront proposés: un premier temps qui consistera à définir à partir de nos expé- riences ce que nous entendons par engagement, par projet politique et par solidarité internationales; un second temps qui permettra d’interroger nos méthodes et nos approches (récits expériences d’engagement dans differents contextes); enfin, au regard de ce qui aura été discuté, nous réfléchirons aux espaces à renforcer pour la construction d’un projet commun, aux alliances à imaginer dans des contextes d’engagement spécifiques, aux espaces à construire face aux discours institutionnels. Intervenant.e.s: Gustave Massiah, Céline Meresse, Lorna McCallum, Annick Coupé, Geneviève Azam, Sébastien Bailleul et des représentant.e.s d’autres organisations Organisé par: Échanges et Partenariat, Attac France, Attac Espagne, El Cantière, IPAM, CICP, Ambazada

Retraites: comprendre la réforme systémique qui vient pour être prêt.e à se mobiliser Salle B 103

Après avoir brutalement réformé code du travail, assurance chômage, formation professionnelle et apprentissage, le gouvernement va engager une réforme radicale du système de retraite, jugé complexe et inéquitable. Il s’agit de mettre en place un régime unique où «un euro cotisé donnera les mêmes droits quelque soit le moment où il a été versé, quelque soit le statut de celui qui a cotisé». Dans ce système, les droits sont comptabilisés en points sur un compte notionnel (virtuel) ouvert pour chaque cotisant et transformés en pension réelle lors du départ à la retraite via un coefficient de conversion calculé à partir de l’âge de départ à la retraite et de l’espérance de vie moyenne de chaque gé- nération lors de son départ à la retraite. Il s’agira de montrer que contrairement à ce que prétend le gouvernement, ce système aboutit à moins de solidarité, moins de justice et moins d’efficacité. Nous aborderons: propositions des organisations syndicales pour un système qui assure de véritables solidarités, dégradations liées aux réformes des 20 dernières années, enjeux d’un nouveau système par points jeudi 23 9 apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes ou comptes notionnels tel qu’envisagé par le gouvernement actuel. La retraite par répartition qui assure les solidarités intergénérationnelles est fruit de luttes, leur dégradation et les nouvelles menaces qui pèsent sur le système nécessitent une mobilisation large. Intervenant.e.s: 1. Les fondamentaux R.Perrot, E.Staëlen, 2. Le financement J.-M. Harribey, D. Rallet, 3. Le projet Macron G.Oberrieder Organisé par: Fondation Copernic, Attac, Économistes atterrés

Les communs: partager, contribuer et s’organiser Amphi 5

À partir des initiatives des communs à Grenoble et en Europe: récupération des espaces vacants, monnaie locale à Grenoble, Chartes des communs, Jardins partagés, remunicipalisation de l’eau, aménagement de l’espace public, réglementations pour la protection des communs, Partenariat Public Communs, le module nous met au travail pour faire mouvement à travers des ateliers pour: apprendre des communs à Grenoble et y contribuer; designer la gouvernance des communs urbains: chartes des communs, plateforme, cartographies et autogestion, quelles leçons nous enseignent l’expérience en Europe?; organiser le mouvement des communs: assemblées et fabriques, ZAD, réseaux, outils et plateforme, quelles stratégies pour que les communs contribuent pleinement à la transition? Intervenant.e.s: Militant.e.s des communs de Grenoble: David Bodinier (Atelier d’urbanisme populaire, association porteuse de la monnaie locale et architecte de la remunicipalisation de l’eau à Grenoble), Ruby van der Wekken (Assemblée des communs -Finlande), Giuseppe Micciarelli (Asilo Filangieri - Italie), Isabel Carlisle (Community Chartering – UK), Frédéric Sultan, Sylvia Fredriksson, Yves Otis (Remix the commons), Maïa Dereva (Point Commun), Julien Lecaille (Assemblée des communs Lille), Yannick Duthe, Simon Louvet, Olivier Consolo (Utopia), Anne Sophie Olmos (adjointe au Maire de Grenoble, engagée dans l’Assemblée des communs) Organisé par: Remix the commons, Assemblée des communs de Grenoble, Lille, Lyon, et Saint Etienne, Commons Alliance (Grèce), Labsus (Italie) Un Meetup Carto prolonge le module en hors les murs: retrouvez-nous à 18h au bar le Trankilou (p.51)!

Migrations: des causes et effets aux mobilisations citoyennes Amphi 2

La matinée sera consacrée à l’analyse des causes des migrations dans le cadre d’une mondialisation économique et financière d’ordre néo-colonial: conflits armés, ré- pression politique et culturelle, changement climatique, précarité économique, endettement, inégalités Nord-Sud: interrogations sur continuités et ruptures dans les migrations actuelles et futures, et ré- flexions sur des politiques alternatives, au-delà des frontières nationales.. L’après-midi sera consacré à un échange d’expériences sur les mobilisations citoyennes face à la politique de non accueil du gouvernement notamment à Briançon, la Roya, Calais et d’autres lieux. Quelles conditions d’accueil pour les exilés et les exilées? Quel accès des migrant.e.s au travail? Que faire face à la répression des citoyens bénévoles («délit de solidarité»)? Quelles initiatives face aux répressions, évacuations et expulsions? Organisé par: Attac, CADTM, CRID, ADEROC, La Roya citoyenne, Tous migrants, UJFP, Attac 06, Solidaires jeudi 23 10

Crise des progressismes, résistances populaires et tournant à droite en Amérique Latine Amphi 6

&à’Alors que la crise de la «Révolution bolivariennew au Venezuela s’approfondit et que l’on assiste à un reflux des gouvernements «progressistes», le retour des droites et des forces conservatrices se consolide en Amérique Latine que cela soit sur le plan électoral (Argentine, Chili), mais aussi par le biais de coups d’États institutionnels (comme au Brésil), soutenus par les oligarchies en place, et avec le soutien des États-Unis. Quelles leçons tirer de la fin du cycle progressiste pour le mouvement altermondialiste? Où en sont les mouvements populaires, indigènes et féministes dans la construction d’alternatives postcapitalistes dans la région? La situation au Mexique et en Colombie reste aussi extrêmement grave, dans le cadre d’une guerre sociale qui ne dit pas son nom. Ce module aura pour but d’établir une réflexion collective sur les manières d’exprimer notre solidarité internationaliste avec les résistances dans la région. Il combinera tables rondes, notamment avec nos invité.e.s latino-américain.e.s, débats en petits groupes et en plénière et projectiondiscussion autour d’un film-documentaire militant latino-américain. Intervenant.e.s: Florencia Partenio (Coalition Féministe d’Argentine et réseau de féministes du sud), Emilio Taddei (sociologue argentin), Franck Gaudichaud (France Amérique latine - FAL), Laurianne Bouvet (FAL), Christophe Aguiton (Attac), Gérard Fenoy (FAL) Organisé par: Attac, France Amérique Latine, Coalition Féministe d’Argentine et réseau de féministes du sud

Accompagner, défendre et soutenir les lanceurs d’alerte et l’alerte Salle B 104

Session1.«World café»: intro puis sessions de 30min sur l’accompagnement juridique, médias, financier, humain, le modèle économique de la Maison des lanceurs d’alerte, les outils pour le lanceur d’alerte, les différents types d’alertes (scientifiques, sanitaires, environnementales, économiques, fiscales, etc.) / Session 2.«Serious game» sur les lanceurs d’alerte: comment monter avec des outils simples et en peu de temps un système d’échanges d’information relativement sécurisé et anonyme / Session 3. Discussion en mode bâton de parole sur «quelle stratégie d’alliance des mouvements sociaux?» Les participant.e.s doivent disposer d’un ordinateur (non fourni) Intervenant.e.s: Ismaël Sene (Sciences Citoyennes), Grégoire Pouget (Nothing2hide), Glen Millot (Sciences Citoyennes) Organisé par: Sciences Citoyennes, Nothing2hide, Attac

Autodéfense numérique militante Salle D 104

Ce module a pour objectif de sensibiliser aux enjeux de la sécurité et de la protection des informations militantes face aux possibilités de la surveillance cela principalement (mais non exclusivement) dans les pratiques numériques. Présentation aussi bien les possibilités de surveillance étatiques que privées et les différents outils existants (dans un aspect juridique comme technique) dans une approche réaliste et leurs enjeux. Puis, dans une logique d’organisation militante réflexion collective sur la question des modèles de menaces pour les différentes informations et des processus de gestion de ces menaces pour trouver les compromis les plus adaptés en termes d’efficacité pour chaque objectif. Suite à cela, et selon les besoins exprimés, présentation d’outils et pratiques existantes pour sécuriser au mieux ses données numériques, ses navigations et ses communications en ligne: apports du chiffrement, outils dits libres, etc. Organisé par: La Quadrature du Net, Le Cecil, Ritimo, Gull local Grenoble, autres membres grenoblois d’associations amies (Framasoft, FDN...) jeudi 23 11 apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes ATELIERS 9h30 à 11h45

L’éducation populaire en questions (1/4) Salle C 101

Ce premier atelier, co-animé par trois associations, aura pour but de faire le point sur ce qu’est l’éducation populaire. Au-delà des techniques de l’éducation populaire que nous expérimenterons dès ce premier atelier ainsi que lors des trois ateliers pratiques ; nous nous intéresserons à la posture et aux objectifs de l’éducation populaire en faisant un détour par son histoire. Nous tâcherons d’élaborer collectivement une définition de l’éducation populaire et d’en déterminer les principaux piliers. En lien avec les ateliers du vendredi (p.27), samedi (p.39), dimanche (p.45)! Intervenant.e.s: Philippe Merlant (Naje), Gleda Nzalankazi (Sarting Block), Nolwenn Neveu (Attac) Organisé par: Attac, Starting Block, NAJE

Pour une gratuité d’émancipation Salle C 103

La gratuité n’est pas une mesure sociale, ou de charité, elle est d’abord une mesure politique. L’air du temps transforme tout service public, tout bien produit par notre activité en représentation marchande. Face à cela, l’expérience de la gratuité dé- ment par les faits le dogme libéral, produit un espace dans lequel tout le monde est à égalité, crée des situations dans lesquelles le gouvernement de la vie collective se modifie dans le sens de l’émancipation. Intervenant.e.s: Magali Giovannageli (ancienne présidente de la Communauté d’agglomération du pays d’Aubagne et de l’Étoile), Patrick Le Moal (Fondation Copernic), René Ollier (Solidaires Haute Normandie), un.e intervenant.e du Collectif pour la gratuité des transports publics dans l’agglomération grenobloise Organisé par: Collectif pour la gratuité des transports publics dans l’agglomération grenobloise, Fondation Copernic, Solidaires haute Normandie

Explorer nos pouvoirs et nos privilèges dans nos groupes et au-delà Salle B 101

Nous souhaitons ouvrir un espace pour expérimenter ensemble autour des questions de pouvoirs et de privilèges, de façon bienveillante et constructive, et réfléchir ensemble à ce qu’on nous pouvons faire depuis là où nous sommes. Nous souhaitons aborder au fur et à mesure des termes qui sont importants pour définir ces réalités. Nous nous attacherons à explorer ensemble les notions de pouvoir, privilège, préjugé, discrimination, oppression et intersectionnalité. Nous sommes conscient.e.s qu’un atelier de deux heures est un temps très court pour creuser une réflexion sur ces enjeux, pour déconstruire nos privilèges et en tirer des outils pratiques pour lutter contre les oppressions. Nous proposons que ce temps soit une découverte ou un approfondissement de ces notions ainsi qu’un temps d’échange sur nos réalités et nos questionnements. Coordonné par: Diffraction jeudi 23 12

Des entreprises françaises complices de la colonisation israélienne! Salle D 101

 La colonisation des terres palestiniennes constitue le principal obstacle à une paix juste et durable. Les colonies sont illé- gales au regard du droit international. Elles constituent un crime de guerre. Or plusieurs entreprises françaises concourent directement à la colonisation: banques françaises ayant des liens avec des banques et entreprises israéliennes actrices de la colonisation, entreprises du secteur des transports publics engagées dans des projets renforçant la colonisation à Jérusalem-Est, distributeurs de produits des colonies. Nous vous présenterons les campagnes citoyennes en cours pour les dénoncer et pour les contraindre à cesser leurs activités. En lien avec la «déambulaction» hors les murs de vendredi à 10h (p.51) et avec l’atelier de samedi à 14h15 (p.42) Intervenant.e.s: Anne Tuaillon (AFPS), Olivier Schulz (BDS France) Organisé par: Association France Palestine Solidarité (AFPS), BDS France

Introduction à la thématique de l’alimentation durable et jeu de l’oie’limentation! Salle B 102

Objectif: échanger autour des notions d’agriculture et d’alimentation durables et des pratiques durables sur le territoire, temps d’information autour du lien agriculture-alimentation-santé, et mise en pratique avec l’animation d’un jeu de l’oie sur la thématique de l’alimentation Organisé par: Alliance PEC Isère - Réseau des Amap, Les Amis d’Accueil Paysan, La Frapna

Eau, sol, agriculture: et si c’était essentiel pour le climat et notre avenir? Salle C 102

En France les sols perdent 0,8% de carbone par an. Or, le carbone, c’est l’humus, c’est la capacité à stocker l’eau. Plus les sols agricoles productivistes s’appauvrissent, plus ils ont besoin d’engrais et d’irrigation. La vie y est largement anéantie (poids de lombrics divisé par 20 dans des sols céréaliers), le cycle de l’eau est rompu, l’absorption de l’eau est ralentie. Il est urgent de changer l’agriculture, de rompre avec la chimie, les OGM. L’agriculture doit travailler avec la nature, pour une alimentation saine, des sols vivants, stockant du carbone et réduisant ainsi l’effet de serre. C’est urgent pour que notre monde n’aille pas dans le mur. Organisé par: Eau bien commun AuvergneRhône-Alpes, Coordination eau Île de France, Science citoyenne, Fédération nationale de l’agriculture biologique, Attac Hautes Pyrénées, Commission eau d’Attac

Comment peser en tant que citoyen.ne.s pour construire un service de l’eau public et respectueux des ressources dans son bassin de vie (et en France)? Salle C 104

Malgré des coûts plus élevés pour le contribuable, une opacité dans la prise de décision et, souvent, une moins bonne qualité de service, les multinationales de l’eau continuent de convaincre les élu.e.s et gardent le secteur clef de l’eau dans leur giron. Alors que la privatisation des barrages se prépare, la mobilisation citoyenne porte ses fruits: poussées par des collectifs de plus en plus nombreux et organisés, un nombre croissant de collectivités optent pour la remunicipalisation des secteurs de l’eau jeudi 23 13 apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes et de l’assainissement en France et en Europe. De plus, eau, biodiversité et climat sont liés et la convergence des compé- tences liées à l’eau, pousse à une transversalité/interdisciplinarité dans la gestion de cette ressource vitale. Alors, comment, dans le contexte des municipales à venir, citoyens et citoyennes peuvent-ils être moteurs d’un passage en gestion publique et durable de l’eau de leur collectivité? Organisé par: Coordination eau île-de-France, Coordination eau bien commun AuvergneRhône Alpes, Coordination eau bien commun France, France eau publique

Comment construire des alliances autochtones/ allochtones pour les droits des peuples autochtones, la justice climatique et la Terre Mère? Stratégies d’action intersectionnelles et distribuées Salle B 105

L’atelier va nous permettre d’ouvrir ensemble un dialogue sur l’importance du tissage d’un lien vigoureux entre mouvements autochtones et allochtones, sur la nécessité de travailler à la décolonisation des pratiques de solidarité, et sur les exemples concrets de luttes et d’alliances. Intervenant.e.s: Isabelle L’Hériter, Claire Philippe, Guillaume Durin Organisé par: Coordination climat et justice sociale Suisse, Alternatives Canada

La fabrication des humains; des GAFA au post-humanisme Salle D 102 À l’heure des menaces qui pèsent sur les sociétés et sur la Terre, ceux qui ont déjà fait sécession, en refusant notamment de s’acquitter de la part fiscale de leur contribution aux sociétés, imaginent et mettent en œuvre des expérimentations de fabrication des humains, d’une humanité augmentée, faite d’intelligence artificielle et de fusion des corps et des machines, d’une humanité cyborg. Même si cette idéologie se nourrit de fantasmes et de chimères, elle a des effets réels. Cet atelier a pour but de comprendre ce mouvement pour y résister. Intervenant.e.s: Geneviève Azam Organisé par: Attac, Fondation Sciences Citoyennes, Basta et entre midi et deux...

Rendez-vous du changement concret: le speed dating pour ceux qui prennent en main leur quotidien. 12h30 • salle B101

Atelier animé par Enercoop Rhône-Alpes Que vous habitiez une petite commune ou en pleine ville, que vous recherchiez un panier bio, de l’électricité renouvelable, des solutions pour la mobilité douce ou d’autres alternatives vous ferez le plein de solutions. Simples, efficaces et locales. Cycle de rencontres initié par Enercoop Rhône-Alpes au format original et participatif. Plusieurs fois par an, Enercoop invite des structures qui comme elle sont porteuses de solutions concrètes pour initier le changement. Chacune se présente en 5 minutes pour ensuite laisser place aux échanges. Sont ici invitées: Energ’Y citoyennes (Solaire d’ici), ainsi qu’une structure de l’économie sociale et solidaire...

globe-logo.png

jeudi 23 14 12H30 •

SALLE B102 Cultivons la participation

Projection proposée par Nature & Progrès suivie d’un débat animé par Eliane Anglaret (présidente de Nature & Progrès) Labels, mentions et autres marques privées, nécessitent la mise en place d’un processus de certification. Différentes voies existent. Émanant des mouvements agroécologiques, les Systèmes Participatifs de Garantie (SPG) réunissent des consommateur.trice.s et des paysan.ne.s, artisan.e.s, qui assurent eux. elles-mêmes le contrôle des cahiers des charges qu’ils.elles ont définis ensemble. Les SPG peuvent s’organiser de multiples manières, mais tous partagent les principes suivants: vision commune, transparence, confiance, participation, horizontalité, apprentissage. Au-delà de l’objectif de garantie, les SPG visent l’amélioration collective des pratiques, le partage des savoirs et savoir-faire! Venez découvrir le fonctionnement de Nature & Progrès, association pionnière de la Bio à travers son film Cultivons la Participation. 14H30 •

ESPLANADE STENDHAL (tables de l’espace restauration) La Jai Jagat 2020:

changer le monde en marchant par un Forum social itinérant entre Delhi et Genève Présentation de l’initiative par Ekta Europe, SOL, CRID et Attac France. Jai Jagat 2020 (la «victoire du monde») est une grande campagne internationale pour promouvoir un autre modèle global dans lequel plus personne ne soit laissé au bord du chemin et qui réclame notamment la réalisation concrète des Objectifs de Développement Durable des Nations Unies. Lancée depuis l’Inde par le mouvement de défense des sans terres Ekta Parishad, cette campagne se concrétisera par une immense marche partant de Delhi le 2 octobre 2019 (jour anniversaire de Gandhi) pour rejoindre Genève le 25 septembre 2020 afin d’organiser pendant une semaine une assemblée des peuples devant les locaux des Nations Unies. Jai Jagat peut être l’occasion de relancer la dynamique des FSM sous une nouvelle forme, celle d’un forum social en mouvement. Débattons-en toutes et tous lors de l’université d’été solidaire à Grenoble.

globe-logo.png

ATELIERS 14h15-16h30

 Recherche responsable et actions citoyennes: pourquoi et comment se renforcer mutuellement pour réussir la transition démocratique et écologique Salle C 103

Les sciences, telles qu’elles se fabriquent aujourd’hui, notamment autour de l’hyper-spécialisation disciplinaire et des commandes émanant essentiellement du secteur marchand, ne peuvent répondre aux enjeux écologiques et sociaux. En outre, les technologies envahissent le monde au point de pénétrer jusqu’au plus profond du vivant. Il y a donc urgence à repenser ce système techno-scientifique qui impose une fuite en avant à nos socié- tés. L’objectif de l’atelier sera de mettre en débat la finalité de la recherche scientifique, en s’appuyant notamment sur un Manifeste rédigé par Sciences citoyennes et sur la réflexion amorcée lors d’un cycle de colloques. Pour favoriser une prise de jeudi 23 15 apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes conscience éthique des acteurs du monde de la science et rebâtir la confiance entre science et société, l’implication de la société civile organisée est cruciale. Avec Global Change et AITEC, nous illustrerons cette question de façon transverse et thé- matique pour ouvrir la discussion avec les participant.e.s. Intervenant.e.s: Jacques Testart, Dominique Cellier, Aude Lapprand (Sciences Citoyennes); Jean-Pierre Chanteau (Université Grenoble Alpes); Marc Delepouve (FMTS); Edgar Blaustein (Global Chance) Organisé par: Sciences citoyennes, Global Chance, AITEC.

Le jeu «Vivre la Palestine»: un support pédagogique interactif pour comprendre le quotidien des Palestinien.e.s Salle C 102

La Plateforme propose un support pédagogique interactif pour comprendre le quotidien des Palestinien.e.s. Cette animation a été conçue à partir de sources internationalement reconnues pour aider différents publics, à comprendre le quotidien de la population palestinienne. Les méthodes de pédagogie veulent rendre les participants acteurs de leurs savoirs par leur implication. L’animation vise à favoriser une meilleure compréhension de la lecture de l’histoire et de l’actualité de la question israélo-palestinienne et déconstruire les stéréotypes pour reconstruire une vision plus juste des sociétés concernées. Par des pratiques de pédagogie active, permettre à des groupes de personnes d’accéder à des clés de compréhension sur la manière dont vit le peuple palestinien et à une représentation plus étayée du conflit. Réfléchir ensemble plutôt que donner des réponses et contribuer à une éducation au vivre ensemble et à la paix. Intervenant.e.s: Anne Tuaillon (AFPS), Claude Léostic (Plateforme des ONG françaises pour la Palestine) Organisé par: Association France Palestine Solidarité (AFPS), Plateforme des ONG françaises pour la Palestine

Repenser l’aide publique au développement Salle B 101

Cet atelier a pour objectif d’interroger la nécessité de repenser l’aide publique au développement dans un contexte de moyen terme où Emmanuel Macron s’est engagé à la porter à 0,55% du RNB à l’horizon 2022 et de court terme avec une mission parlementaire en cours destinée à «moderniser» l’APD. Outre que l’aide annoncée ne correspond jamais à l’aide perçue réellement, la nature et les objectifs de cette aide ne sont jamais interrogées. L’APD est elle un des instruments du néocolonialisme? Entretient elle la dé- pendance? Près de 60 ans après la fin des Empires coloniaux, peut on en faire le bilan? Quel est le rôle dans ce cadre des ONG de développement? L’atelier s’orientera vers l’exploration de la pertinence d’une «dé- colonisation des solidarités Nord-Sud» en s’intéressant notamment aux réalisations/ succès des coopérations Sud / Sud Intervenant.e.s: David Millet en animation (Coopérative écologie sociale) Organisé par: Réseau Sortir du colonialisme, Coopérative politique écologie sociale

Stop aux grands projets inutiles, bien vivre dans un monde soutenable Salle B 102

Pourquoi bétonner la terre plutôt que de la cultiver et d’y préserver la biodiversité? Pourquoi vouloir aller toujours plus vite alors qu’il y a urgence à ralentir? Pourquoi pousser à la consommation énergétique alors qu’il y a nécessité de la réduire drastiquement? Le monde dans lequel nous vivons est de plus en plus insoutenable: face à cette obsession de croissance à tout prix, de plus en plus de projets destructeurs voient le jour alors que des expériences sociales s’insurgent contre ce monde à bout jeudi 23 16 de souffle et ébauchent d’autres mondes solidaires. Ces expériences se relient par les espoirs qu’elles portent et les modes d’organisation qu’elles mettent en place pour y parvenir. Nous aborderons ces diffé- rentes questions avec des militant.e.s engagé.e.s sur leur territoire dans des luttes contre tous les grands projets inutiles de Bure, Notre-Dame-des-Landes ou encore du gazoduc STEP/MidCat en Occitanie, à travers les réflexions sur la démocratie, la justice climatique, le respect des écosystèmes, le bien vivre, les circuits courts... Intervenant.e.s: Geneviève (NDDL), Joël (Bure), Éric (Stop Step) Facilitation: Jade Lindgaard (journaliste) Organisé par: Attac, 350.org, Acipa

Agriculture paysanne et changements climatiques: impact de notre consommation Salle C 104

 L’atelier proposera, à l’aide de jeux, de vidéos, d’apport de contenus et d’échanges actifs avec la salle, de mieux comprendre l’organisation des filières alimentaires au Sud comme en France, d’illustrer l’impact du changement climatique sur les productions agricoles et d’appréhender comment notre consommation peut permettre de favoriser des modes de production résilients au Sud comme en France. L’atelier sera basé sur les exemples du café et du lait. Intervenant.e.s: Julie Maisonhaute (Responsables filières France, CEF) Lise Trégloze (Responsable éducation FAdM) Emilie Sarazin (Présidente de Max Havelaar France) Christophe Alliot (Le Basic) Organisé par: Commerce Équitable France (CEF), Fédération Artisans du Monde (FAdM), Max Havelaar France, Le Basic

Vers de nouvelles obligations des États: le climat à la barre des tribunaux ! Salle B 105

La Cour suprême de Colombie a donné raison, le 5 avril, à un groupe de 25 jeunes qui, avec l’association Dejusticia, ont attaqué en justice le gouvernement colombien, l’accusant de ne pas protéger leurs droits à la vie et à un environnement sain. Dans cet arrêt, les juges ont consacré les droits de la nature: l’Amazonie devient sujet de droit, dotée de moyens pour défendre ces droits. En Colombie, au Pakistan ou aux Pays-Bas, les juges ont ordonné au secteur public d’agir plus pour le climat avec des plans d’action concrets. Face à la crise climatique, c’est une révolution juridique qui est en train d’être menée: les États doivent faire face à la nouvelle donne climatique et se doter de nouveaux instruments juridiques pour préserver les communs naturels et les droits humains fondamentaux. Qu’en est il de ce mouvement en France et en Europe? Quels sont les évolutions que pourraient connaître notre droit afin d’assurer un droit protecteur de la nature et des humains? Intervenant.e.s: Coline (CliMates), Marie Pochon (NAAT), Emmanuel Poilane (France Libertés) Organisé par: Notre Affaire à Tous (NAAT), End Ecocide on Earth, CliMates, France Libertés

Eau, climat, biodiversité: et si la gestion du grand cycle de l’eau était la clé? Salle D 102

Malgré des coûts plus élevés pour le contribuable, une opacité dans la prise de décision et, souvent, une moins bonne qualité de service, les multinationales de l’eau continuent de convaincre les élu.e.s et gardent le secteur clef de l’eau dans leur giron. Alors que la privatisation des barrages se prépare, la mobilisation citoyenne porte ses fruits: poussées par des collectifs de plus en plus nombreux et organisés, un nombre croissant de collectivités optent pour la remunicipalisation des secteurs de l’eau et de l’assainissement en France et en Europe. De plus, eau, jeudi 23 17 apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes biodiversité et climat sont liés et la convergence des compétences liées à l’eau, pousse à une transversalité/interdisciplinarité dans la gestion de cette ressource vitale. Alors, comment, dans le contexte des municipales à venir, citoyens et citoyennes peuvent-ils être moteurs d’un passage en gestion publique et durable de l’eau de leur collectivité? Intervenant.e.s: Daniel Hofnung ( Coordination Eau Île de France) Organisé par: Coordination Eau île-de-France, Coordination Eau Bien Commun AuvergneRhône Alpes, France Eau Publique (pressenti), Coordination Eau Bien Commun France

Interagir avec les élu.e.s et les journalistes Salle C 101

L’association VoxPublic a pour mission d’apporter son soutien et ses conseils aux associations et collectifs citoyens qui la sollicitent pour les aider à renforcer leur capacité d’action et d’interpellation des décideurs. Cela inclut aussi des conseils en stratégie et sur la manière d’interagir avec les journalistes. Le but de cet atelier est de partager à travers les témoignages des associations partenaires (CRID, Échanges et Partenariats) quelques fondamentaux en matière d’interpellation des décideurs, de bon usage des annuaires numériques (mis à disposition par l’association) et de bonnes pratiques pour les relations presse. Intervenant.e.s: Jean-Marie Fardeau, Benjamin Sourice, Erika Campelo, Sébastien Bailleul, Céline Méresse, et d’autres representant.e.s des associations partenaires Organisé par: VoxPublic , CRID,Échanges et Partenariats

globe-logo.png

FORUMS 17h-19h

Migrations: actions locales et mobilisations collectives aux niveaux national, continental, international Amphi 2

La France et les pays européens font face à une crise des politiques d’accueil des personnes étrangères. Si une grande diversité d’acteurs·trices travaillant, parfois depuis longtemps, à des niveaux différents (local, national ou international) a été mise en lumière, il·elle·s ont été confronté au besoin de coordonner leur action. Durant ce forum, nous aurons donc l’occasion d’identifier des enjeux et des solutions concrètes permettant aux personnes concernées et aux acteur·trice·s de terrain comme de plaidoyer de renforcer leurs liens et de mieux travailler ensemble. Intervenant.e.s: Marie-Christine Vergiat (députée européenne), Marta Peradotto (Carovane Migranti), Sidibé Mamadou (délégué Coordination Sans Papiers 75), Maëlle Boudet (EGM Lyon), Jean Vettraino (Secours Catholique-Caritas France)

Quelles alternatives face au libre-échange et à la guerre commerciale? Amphi 3

La multiplication des accords de libre- échange a des effets dévastateurs sur les pays du Sud et du Nord. Ces accords sont rejetés par la majorité des populations car ils aggravent les inégalités, contribuent à détériorer les normes sanitaires et environnementales et permettent aux multinationales d’échapper à toute forme de régulation. Les dirigeants européens sont dans une impasse quand ils proposent de relancer les accords de libre-échange en réponse à la guerre commerciale lancée par Trump. Ils ne voient pas que leurs politiques néolibérales, fondées sur la concurrence entre pays, sont responsables de l’arrivée au pouvoir des forces politiques populistes et xénophobes. Pour le mouvement altermondialiste, une conception jeudi 23 18 alternative des échanges entre les peuples, fondée sur la solidarité, est non seulement possible, mais nécessaire. Intervenant . e . s: Mehdi Abbas (Université de Grenoble), Amélie Canonne (Aitec), Jean Blaylock (War on Want) Facilitation: Dominique Plihon (Attac)

Faire face aux restrictions de l’espace civique et à la régression démocratique Amphi 4

Aujourd’hui les mouvements sociaux témoignent d’une réduction de l’espace démocratique en France, en Europe et dans le monde. Dans de nombreux cas, l’État, démocratique, parvient même à légaliser cette restriction (poursuite-bâillon, État d’urgence…); ailleurs encore, la démocratie est fantoche. Pourtant, on se bat pour sa défense. En France nos mouvements réclament toujours plus de démocratie, l’ouverture d’espaces démocratiques. Les sociétés civiles polonaises, roumaines, bulgares…voient en l’Europe l’opportunité d’un formidable espace démocratique, un ressort pour établir une nouvelle société, débarrassée de ses démons totalitaires. Il existe donc une forte demande pour plus de démocratie et donc plus d’espace de participation pour la société civile. Mais de quoi parle-t-on exactement? Qu’estce que la démocratie, que demande-t-on en réalité? Plus de participation? Plus de libertés? Moins de répression ? Intervenant . e . s: Benjamin Sourice (auteur du livre «La démocratie des places»), Laurence Blisson (magistrate et secrétaire générale du Syndicat de la magistrature), Julien Talpin (chargé de recherche au CNRS sur la politisation des classes populaires et la démocratie participative; co-rédacteur en chef de la revue Participations), Laurent Duarte (coordinateur de la campagne internationale «Tournons la page») Facilitation: Rachel Knaebel (Bastamag) et encore...

Attac a 20 ans ! Apéro offert par Attac France 19h - esplanade Stendhal L’association célèbre ses vingt ans d’exis - tence pour mieux se projeter dans les vingt prochaines années...


globe-logo.png

vendredi 24 août

MODULES 9h30 à 16h30

Ceta, Tafta, Jefta et les autres: nos droits et l’environnement à la poubelle Amphi 1

Chaque atelier du module est spécifique d’une thématique particulière. Les diffé- rents accords de libre-échange (CETA, JEFTA, Mercosur, Mexique, Australie et Nouvelle Zélande, Tafta, etc.) en application, en négociation ou en préparation sont réinvestis en ce qu’ils impactent ces thématiques. Chaque thématique s’efforce d’énoncer quelques éléments d’alternatives qui lui sont propres. Thématiques retenues (ordre chronologique dans la journée): alimentation et santé, propriété intellectuelle et données personnelles, droits sociaux. La méthodologie retenue pour chaque atelier est participative et se conclut par un temps récapitulatif de mutualisation. Intervenant.e.s: Thomas Borell (Amis de la Terre), Jean Michel Coulomb (Attac), Thomas Dauphin (Veblen), Lucile Falgeyrac (S2B), Sylvain Goldstein (CGT), Nicolas Roux (Amis de le Terre), Shira Stanton (Greenpeace), Aurélie Trouvé (Attac), Lora Verheecke (consultante) Organisé par: Attac, Amis de la Terre, CGT, Confédération Paysanne, Aitec

La crise systémique: ses causes et son évolution, les contre-réformes de Macron, nos alternatives Amphi 3

Ce module a pour objectif de faire le point sur l’évolution de la crise financière, économique et sociale, et de montrer qu’il existe des analyses et des propositions de sortie de crise alternatives au discours libéral dominant. Ce module comprend trois sessions: 1. une analyse des principales dimensions de la crise, de ses racines systémiques, 2. montrer que la crise est instrumentalisée par les classes dirigeantes en Europe et en France pour renforcer l’emprise du capital sur la société, d’analyser dans ce cadre le projet porté par Emmanuel Macron et 3. de présenter et débattre de nos alternatives pour promouvoir une véritable transition économique, sociale et écologique, seule voie pour sortir de la crise du capitalisme financiarisé et mondialisé. Intervenant.e.s: Jean-Marie Harribey, Pierre Khalfa, Dominique Plihon, Peter Wahl, Catherine Samary, Éric Piolle Organisé par: Économistes Atterrés, Attac France, Fondation Copernic, Attac Allemagne - Weed, Cadtm

Face à l’école néolibérale, construire l’école de l’émancipation Salle B 105

Face à la marchandisation grandissante de l’école comment penser, dans un cadre éducatif laïque, l’égalité d’accès aux savoirs que peut seul garantir le service public? Quelle éducation au politique dans et par l’école peut permettre la formation de sujets et de travailleur.euse.s émancipé.e.s, de citoyen.ne.s éclairé.e.s à même de poser un regard critique sur le monde pour y agir et non le subir? Comment faire vivre la capacité de tou.te.s à apprendre et se transformer? Quelles exigences de savoirs et de culture commune pour tou.te.s les élèves, loin de toute forme de spécialisation pré- coce et de logiques concurrentielles? Intervenant.e.s: Philippe Sultan, Laurence De Cock, Paul Devin, Erwan Lehoux, Véronique Ponvert, Christine Passerieux, Grégory Chambat, Matthieu Brabant, Matthias Perez, J. Charles Hellequin Organisé par: FSU-Secteur Education, Revue vendredi 24 20 N’autre école (Question de classe(s)), Revue Dialogue (GFEN), Revue Carnets rouges (Réseau écoles), Revue regards croisés (Institut de recherches de la FSU), Copernic, Ferc-CGT, Sud-Education-Solidaires

Travail et émancipation Salle B 101

Le module sera organisé en trois parties: «Travail et écologie», «Travail et reconquête du pouvoir d’agir», «Travail et dé- mocratie».Le travail humain survivra-t-il à la révolution numérique? Face à l’essor du travail indépendant, le salariat a-t-il encore un avenir? Faut-il le regretter, au regard d’une souffrance au travail aujourd’hui généralisée? À ces questions, beaucoup sont tenté.e.s de répondre par la négative. Mais d’autres formes d’organisation du travail ne sont-elles pas en train d’émerger, dans les marges du système ou même en son cœur? Ne pourrions-nous pas travailler autrement, en nous souciant de la qualité de notre travail, des valeurs d’usage qu’il permet de créer, du soin qu’il nous permet de prendre des autres et de la nature? En recréant dans le travail des rapports de coopération et d’égalité, sources vives d’un renouveau démocratique plus général? Sur ce terrain du travail démocratique, quelles stratégies et quelles initiatives innovantes pour le syndicalisme et les mouvements sociaux? Intervenant.e.s: Didier Aubé (Solidaires), Geneviève Azam (Attac), Benoît Borrits (Association Autogestion), Bernard Bouché (Solidaires), Marylène Cahouet (FSU), Thomas Coutrot (Attac), Alexis Cukier (Fondation Copernic), Laurent Garrouste (Fondation Copernic), Spéphane Le Lay (sociologue du travail), Pascale Molinier (professeure de psychologie sociale), Fabienne Lauret (Attac) Organisé par: Attac, Aitec, Fondation Copernic, Union syndicale Solidaires, FSU

La métropolisation, au service de qui? Salle C 101

Au cours de trois ateliers-débats (lien recherche- industrie-formation, transports, services publics), le séminaire engage la réflexion sur le sens de la métropolisation en cours, qui concentre l’activité économique (industrie et services) pour servir les intérêts du capital, et amplifie considérablement les inégalités entre la métropole et le reste des territoires d’une part, mais aussi au sein même de la métropole. Organisé par : CGT 38, Solidaires 38, FSU 38, Collectif transports gratuits, Collectif départemental Poste Isère En lien avec la déambulation hors les murs Grenoble qui lutte, de jeudi à 9h45 (p.50)

Réinventer nos fonctionnements pour créer une utopie vivable Amphi 2

Partout des femmes et des hommes se lèvent pour œuvrer à la construction d’un monde solidaire, en développant des lieux alternatifs, en œuvrant à la défense des biens communs, et à de nouvelles relations avec les institutions. Ils cherchent ainsi des valeurs, des formes d’organisation, qui reposent sur l’auto-gestion des personnes en conservant, cependant, souvent des formes d’actions militantes traditionnelles qui méritent d’être réinterrogées. La transformation de la société peut-elle se passer d’une transformation de nos pratiques militantes? C’est ce que nous examinerons ensemble en faisant témoigner des collectifs qui conjuguent de fortes exigences d’autonomie avec l’impérieuse nécessité de faire mouvement, ensemble. Nous proposerons un mode d’échange circulaire qui implique l’ensemble des personnes présentes lors de ce séminaire, à partir d’un film où les acteurs revisitent leurs modes d’agir. Intervenant.e.s: Sylvie Dreyfus (Autour du 1er mai), Gilda Farrel et Samuel Thirion (CARMEN), Adèle Clément (Maison de la solidarité), Félix Grucker (CapaCités), Pierre Mahey (Capacité citoyenne), Bruno Lamour et Patrick Viveret (collectif NAnoub), Siamak Shoara et Florence vendredi 24 21 apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes Godinho (membres du CA du collectif pour le triangle de Gonesse), Pierre et Christiane Burguière (paysans du Larzac), Dider Ménard (président de l’Association Communautaire Santé Bien-Être du quartier Franc-Moisin), Isa, Pascal, Nico, Apache, Pierre-Louis, Sarah et Pierre (Parlons-en), Daniela Ciaffi (LabsusPacte de collaboration en Italie) Organisé par: Autour du 1er mai, CARMEN, Maison des solidarités, CapaCités, Capacitation citoyenne, collectif Nanoub

Municipalisme, Transition, Communs et Territoires Salle B 104

Les «démarches municipalistes» se multiplient et sont sensées apporter des ré- ponses concrètes et originales aux défis que rencontrent les habitants. Quelles politiques publiques alternatives et communs promouvoir dans le cadre d’une démarche municipaliste? Qu’apprenons-nous du terrain? Quelle reliance entre les multiples dynamiques en cours? Quel écosystème pour que s’épanouissent ces initiatives citoyennes? Organisé par: La Belle Démocratie, CommonsPolis, le Collectif pour une Transition Citoyenne (CTC), L’IRG (Institut de Recherche sur la Gouvernance), Osons les Jours Heureux, Remix the Communs, Utopia, Collectif Pas Sans Nous (observateur), le CRID

On y vit, on agit! Passez à l’action collective et locale pour le climat Amphi 5

Notre atelier vise à montrer comment les citoyen.ne.s peuvent agir dans leurs territoires, sans attendre les prochaines échéances électorales. Les organisations Alternatiba Grenoble, Alternatiba, Ré- seau Action climat, 350.org et Notre Affaire à Tous vous invitent à échanger sur différentes tactiques de groupes locaux pour faire bouger nos élu.e.s, pousser à l’adoption des mesures ambitieuses sur le climat et gagner des victoires locales qui auront un impact global. Tout au long de la journée, nous proposerons des ateliers participatifs et des échanges autour de la promotion d’alternatives au niveau des politiques publiques locales. Nous aurons des temps de focus particuliers autour des initiatives pouvant mener les collectivités à sortir des énergies fossiles et à porter des recours juridiques pour établir la responsabilité des pollueurs. Nous vous invitons à participer à nos simulations, à partager vos techniques, à demander conseil sur vos situations locales et explorer les pistes d’actions et de solutions à mettre en œuvre dans vos territoires pour vous faire entendre de vos élu.e.s. Intervenant.e.s: Alternatiba et Alternatiba Grenoble, Charlotte Izard (Réseau Action Climat), Victoire Guillonneau (350.org), Marie Pochon (Notre Affaire à tous) Organisé par: 350.org, Notre Affaire à Tous, Réseau Action Climat-France, Alternatiba

Au coeur de nos campagnes: l’agriculture paysanne face à de nombreux défis. Salle D 103

Ce module se développe autour de trois thématiques: 1. Accaparement/concentration des terres agricoles: une même agression de l’agriculture paysanne et familiale à l’international et en Europe; la lutte en France contre la concentration, l’exemple de NDDL, par un projet de loi foncière agricole, lequel, pour faire quoi ; la réalité de l’installation en agriculture: candidats, accompagnement, résultats. 2. Climat / pastoralisme / environnement: l’état des lieux : sols, espaces naturels, le jeu de massacre et l’urgence; quelle agriculture pour préserver l’emploi et l’environnement?; la reconquête, d’espaces en déprise, par les troupeaux. 3. OGM cachés, dématérialisation, agriculture dite intelligente face au climat: quelles conséquences peuvent avoir ces évolutions technologiques sur le travail des paysans et sur l’orientation et la qualité des productions agricoles?; biopiraterie, vendredi 24 22 confiscation des savoirs et de l’autonomie des paysans/ végétal Intervenant.e.s: Gérard Leras (AGTER), Morgan Ody (Confédération Paysanne), Nicolas Champurney (ADDEAR de l’Isère), Robert Levesque (AGTER), Nadège Garambois (Agroparistech), Guy Kastler (Confédération paysanne), Fanny Metrat (Confédération Paysanne) Organisé par: Confédération Paysanne, Attac, AGTER, ADDEAR

Mobilisations sociales et répressions en Afrique Amphi 6

Trois séances successives pour aborder l’actualité brûlante des mobilisations sociales en Afrique: 1. Actualité des luttes sociales, en faisant un focus sur: la campagne Tournons La Page pour l’alternance au pouvoir (Gabon, Togo, Tchad, Congo-B, RDC, Cameroun, Burundi, etc.); les luttes des riverain.e.s des plantations de la Socfin, holding liée au groupe Bolloré (Cameroun, Sierra Leone, Libéria, etc.); la lutte des Sahraouis contre l’occupation marocaine du Sahara Occidental. 2. Utilisation des outils numériques: coupures internet et des réseaux sociaux les jours ou pé- riodes de mobilisation populaire, surveillance/flicage électronique, etc. 3. Coopé- ration militaire et policière française avec les dictatures: maintien par la France de conseillers militaires et policiers auprès de dictatures malgré la répression, organisation de formations à la «gestion dé- mocratique des foules» (sic), fourniture de matériel de répression... Intervenant.e.s: Laurent Duarte (Tournons la Page), Marielle Benchehboune (projet ReAct), Jeanne Leroux (Amis avec le peuple du Sahara Occidental – APSO), Julie Owono (Internet Sans Frontières), Virginie Duval (Ritimo), Laurent Ciarabelli et Thomas Borrel (Survie), Sylvain (La Quadrature du Net), Tony Fortin (Observatoire des Armements) Organisé par: Survie, campagne «Tournons la Page» (coordonnée par le Secours Catholique Caritas France), projet ReAct, Ritimo, Internet Sans Frontières, Observatoire des Armements, Amis du Peuple du Sahara Occidental (APSO), Quadrature du Net

On ne se taira pas! Stratégies de résistances face à la criminalisation de la société civile Amphi 4

Le droit de questionner et de critiquer les pouvoirs économiques et politiques est-il encore une réalité? La liberté d’expression est un droit fondamental, aujourd’hui menacé par de nombreuses pratiques... légales! Poursuites-baillons, protection du secret des affaires, menaces sur nos actions et prises de position… comment éviter l’autocensure et résister au piège de la criminalisation de la société civile? Procédés légaux de délégitimation et de criminalisation, risques d’auto-censure, batailles menées et gagnées, nouveaux risques de bâillonnements de l’opposition... de nombreux aspects de ce que l’on appelle plus largement la «criminalisation des mouvements sociaux» seront abordés tout au long de la journée. Nous vous proposons de nous intéresser à la fois aux procédés de criminalisation de la société civile et de l’action militante et aux straté- gies de résistance mises en place. Au-delà de ce qui existe, nous serons amené.e.s à imaginer ensemble de nouvelles formes communes d’alliances et d’actions de ré- sistance. Intervenant.e.s: Sylvie Paquerot (professeure de Sciences Politiques), Olivier Petitjean (Observatoire des multinationales), Adrien Roux (ReAct), Emmanuel Poilane (Fondation France Libertés), Raphaël Pradeau (Attac) Organisé par: CRID, Ritimo, Survie, Observatoire des Multinationales, ReAct vendredi 24 23 apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes

globe-logo.png

ATELIERS 9h30 à 11h45

#BalanceTonEmpruntToxique! Salle D 102

Le scandale des prêts toxiques contractés par de nombreuses collectivités et autres organismes publics français éclate en 2011. Aujourd’hui la situation est loin d’être résolue! Des collectifs de citoyens et citoyennes se sont d’ailleurs lancés dans des actions en justice pour refuser que le contribuable paie à la place des banques. Cet atelier sera l’occasion d’en savoir plus sur ces différents recours juridiques mais surtout permettra aux militants et militantes qui y sont impliqué.e.s de se rencontrer, d’échanger sur leurs expériences respectives. Et qui sait, l’atelier donnera peut-être envie à d’autres de leur emboîter le pas en remettant eux aussi en cause les prêts toxiques ;) Intervenant.e.s: Marie-Claude Carrel (CAC 38), Yvette Krolikowski (CAC 30), Frédéric Panne (Attac Bassin de Vichy) Organisé par: CADTM France, CAC 38, Attac Bassin de Vichy, CAC 30

Économie et droits humains Salle D 101

Les initiatives d’économie solidaire couvrent une large diversité d’activités: services de proximité, agriculture locale-biologique, commerce équitable, finances solidaires, culture, éducation populaire, etc… Convergeant autour de valeurs partagées, ces initiatives collectives ré-articulent politique et économique et réhabilitent notre pouvoir d’agir. Cette dynamique croissante traduit l’aspiration des citoyen.ne.s à participer à la vie sociale et économique et à s’extraire des représentations dominantes. Ces initiatives s’ancrent dans une historicité associationniste, de société civile et d’économie plurielle, inventant des modes de faire entre autogestion, enjeu d’intérêt général et émancipation. Initiatives privées, elles s’intéressent au commun, à la chose publique. Au-delà de la domination du marché concurrentiel et de la concentration financière, elles tentent de poser la primauté de la dignité, la liberté des personnes et l’effectivité des droits humains. Intervenant.e.s: Bruno Lasnier (Mouvement pour l’économie solidaire), Patricia Coler (UFISC), Laura Aufrere (Centre d’Economie de Paris Nord - Université Paris 13), Jean-Claude Boual (CAC), Josette Combes (Ripess Europe) Organisé par: Mouvement pour l’économie solidaire, Union fédérale d’intervention des structures culturelles, RIPESS Europe, Collectif des associations citoyennes

Reconnaissance de l’expertise de terrain: faire de la recherche participative! Salle C 104

 La recherche participative désigne les pratiques de co-construction des savoirs entre chercheur.e.s académiques et acteur.e.s de terrain dans un but de transformation socio-environnementale. L’atelier insistera sur la nécessité d’impliquer les organisations de la société civile, porteuses d’une réelle expertise de terrain, dans la production de savoirs scientifiques utiles pour la résolution des problèmes socio-environnementaux actuels. La co-construction des savoirs rendue possible par la recherche participative assure rigueur scientifique et pertinence sociale aux savoirs qui en résultent pour faire face aux enjeux complexes d’aujourd’hui. L’atelier visera à faire connaître les pratiques de recherche participative à travers le partage d’expériences en matière de collaborations avec le milieu scientifique. Intervenant.e.s: Mathieu Thomas (CIRAD), Jean-Pierre Anglade (Nature & Progrès), Cyril Fiorini (Sciences Citoyennes) vendredi 24 24 Organisé par: Sciences citoyennes, Nature et progrès, GRAB, ARDEAR AURA, CIRAD

Agir pour la défense du service public, un enjeu particulier pour les femmes et l’égalité! Salle B 103

 La réduction des services publics a des impacts spécifiques sur les femmes. Elles sont usagères des services publics et sont majoritaires dans le personnel. Par ailleurs, la petite enfance, l’éducation, les services sociaux et de santé, sont des secteurs clefs et conditionnent une égalité réelle notamment dans l’accès des femmes au travail, à l’IVG... Les attaques contre la fonction publique, et les services publics n’ont jamais été autant d’actualité et aussi frontales. Quels sont les effets des attaques contre la fonction publique (suppressions d’emplois, recours aux primes variables, fin des CHSCT...), de la privatisation des services publics et de leur éloignement (régionalisation) pour les femmes et en terme d’égalité? Quelles sont les réflexions à mener en terme de luttes sur des services publics clefs, celui de la santé, de la dépendance, (par exemple dans les Ehpad), de la petite enfance, où la dimension genrée de ces luttes, de fait menées par les femmes, reste souvent dans l’invisibilité? Intervenant.e.s: Thérèse Villame (Attac), Assumpta Barbens ( syndicat IAC, Catalogne), Murielle Guilbert (Union syndicale Solidaires), un.e intervenant.e de la Fondation de Copernic Organisé par: Attac, le syndicat IAC de Catalogne, l’Unions syndicale Solidaires et Copernic

Les mouvements sociaux face à la crise des partis de gouvernement et la montée de l’extrême droite Salle B 102

Dans cet atelier il sera analysé les ressorts de la crise des partis de gouvernement en Europe. Face à cette crise et à la montée des nationalismes xénophobes quelles perspectives et quels défis se présentent aux mouvements sociaux? Intervenant.e.s: Catherine Samary, Christophe Aguiton Organisé par: Attac, Fondation Rosa Luxembourg

Comment mettre en liaison les mouvements sociaux? Salle C 102

Dans un cadre de multiplication des luttes sociales et de transformations importantes au sein des mouvements sociaux (aussi bien générationnelles que sociologiques), cet atelier a comme objectif d’initier une réflexion collective autour des questions soulevées par ces différents processus. L’intention centrale est, à partir du partage de différentes expériences (E&P, Intercoll, etc) de penser à des stratégies pouvant faciliter la mise en relation des différents mouvements sociaux. Intervenant.e.s: Glauber Sezerino (IPAM), Céline Meresse (IPAM), Lorna McCallum (E&P), Laure Million (E&P), Gustave Massiah (CEDETIM). Organisé par: IPAM, CEDETIM, Echanges et Partenariats

Alerte scientifique et réforme de l’expertise Salle C 103

À partir d’exemples précis (toxiques chimiques, OGM et round up, nucléaire), il s’agit de montrer la difficulté de porter une alerte scientifique s’opposant à l’expertise officielle. Entre contestation et évolution, quelles sont les marges de manoeuvre pour les lanceurs d’alerte et quelles pistes envisager pour modifier la manière dont est élaborée l’expertise. Intervenant.e.s: Glen Millot (Sciences Citoyennes), Nicolas Farge (CRIIGEN), une représentante du RES vendredi 24 25 apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes Organisé par: Sciences Citoyennes, CRIIGEN, Réseau Environnement Santé

Comment réconcilier les journalistes et les quartiers populaires? Salle D 104

Préjugés, sensationnalisme, défiance ré- ciproque, prédominance des sources policières et officielles… Les obstacles sont nombreux, à l’exercice serein et équilibré du journalisme dans les quartiers populaires. Mais les expériences pour les dé- passer foisonnent. Comment repenser les méthodes de travail des journalistes pour tordre le cou aux préjugés? Comment organiser une parole citoyenne, a contrario des représentations négatives ou infantilisantes sur “la banlieue”? Témoignages et réflexion avec des acteurs et actrices des médias indépendants, des journalistes spécialisé.e.s et des citoyen.e.s engagé.e.s. Dans le cadre de la journée spéciale «médias indépendants» (p.49) Coordonné par: Politis

globe-logo.png

et entre midi et deux...

Comment enquêter sur les multinationales? (atelier pratique) 12h - salle C 103

 Militant.e.s d’associations, journalistes, simple citoyen.ne.s - nous nous trouvons tou.te.s confronté.e.s à des multinationales dans le cadre de notre travail ou de notre engagement. Cet atelier pratique et interactif, basé sur l’expérience de l’Observatoire des multinationales, a pour objectif de donner un aperçu général des informations utiles à connaître sur les multinationales (ou leurs filiales et fournisseurs), où trouver ces informations et comment les exploiter, et de donner quelques pistes sur les moyens de décrypter et démystifier la com’ des grandes entreprises. Dans le cadre de la journée spéciale «médias indépendants» (p.49) Intervenant.e.s: Olivier Petitjean (Basta/ Observatoire des Multinationales) Coordonné par: Bastamag, Observatoire des multinationales

Le rôle des médias dans les mobilisations sociales. Le cas du nouvel outil de comptage des manifestant.e.s. 12h - salle C 102

Plusieurs médias ne se satisfont pas des chiffres – et de leurs écarts – des mobilisations sociales, tels qu’ils sont estimés par la police comme par les organisateurs. C’est pourquoi le 22 mars 2018, un collectif de médias a organisé son premier comptage. Le résultat, et les débats qu’il a déclenchés, montre bien l’intérêt de cette démarche singulière, mais aussi les améliorations à y apporter. «Dé-fétichiser» le chiffre dans le traitement d’un mouvement social. Être en capacité de produire sa propre estimation, c’est ne pas dépendre des évaluations des uns et des autres, et d’un grand écart qui contribue à “binariser” une mobilisation. Cela permet aussi de mieux se concentrer sur l’essentiel. Il n’est aucunement question pour Mediapart de réduire un mouvement à un banal décompte de ses participant.e.s. Nous essayons surtout de lui donner du sens: qui est présent dans le cortège? D’où viennent les manifestant.e.s? Sont-il.elle.s des militant.e.s aguerri.e.s ou des citoyen.e.s habituellement peu mobilisé.e.s?, etc. La genèse et l’évolution de cette initiative, de ses contraintes et de ses vendredi 24 26 failles, de sa méthodologie discutable mais justement discutée… et nous pensons que ces Universités d’été sont un cadre idéal pour en reparler. Dans le cadre de la journée spéciale «médias indépendants» (p.49) Coordonné par: Mediapart

 L’éducation populaire en pratique (2/4) 12h - salle C 104

Pratiqué par la NAJE (Nous n’Abandonnerons Jamais l’Espoir) depuis 20 ans, le théâtre-forum (Théâtre de l’Opprimé) permet de décoder les enjeux d’une situation d’oppression et d’explorer les pistes de transformation. Notre atelier constituera une première sensibilisation à cette mé- thode. A partir de situations vécues par les participant.e.s, nous travaillerons sur la question de la «maltraitance médiatique» afin de préparer la conférence gesticulée «Le mystère du journalisme jaune» qui aura lieu le soir-même. En lien avec les ateliers du jeudi (p.12), samedi (p.39), dimanche (p.45), mais aussi avec la conférence gesticulée de Philippe Merlant ce soir en hors les murs (p.54)! Intervenant.e.s: Philippe Merlant (NAJE) Coordonné par: La Compagnie NAJE

Du secteur formel au secteur informel: les droits des femmes au travail 12h - salle D104

Longtemps invisibilisées dans les mouvements sociaux luttant pour les droits des travailleurs.es, les femmes sont souvent les premières concernées par l’exploitation et les discriminations au travail. Dans le secteur formel, surtout dans les industries, les femmes sont victimes de nombreuses violations de leurs droits fondamentaux (sexuels, reproductifs et sociaux). Dans le secteur informel, elles sont les premières touchées par la précarité et la pénibilité du travail et surtout la non-reconnaissance de leurs compétences et de leur force de travail. Se trouvant souvent à l’intersection de différentes formes de discriminations (du sexisme, mais aussi parfois du racisme et du fait de leur classe sociale), les travailleuses se mobilisent pour faire valoir leurs droits. Lors de cet atelier, des témoignages de travailleuses nous aideront à mieux comprendre la ré- alité quotidienne de ces femmes et leurs façons de se mobiliser pour lutter contre ces discriminations, sans les hiérarchiser. Organisé par: Réseau Classe Race Genre, Action Aid - Peuples Solidaires, Attac France

Où va l’argent de ma facture d’électricité? 12h30- Salle B103

Atelier /jeu de rôle animé par Enercoop Rhône-Alpes Si payer votre facture d’électricité est toujours un moment qui vous est assez obscur, cet atelier est fait pour vous! Prenons le temps ensemble de décortiquer les composantes de votre facture pour faire le point sur les acteurs qui se cachent derrière.

25 ans de lutte contre une pollution majeure: l’affichage publicitaire. 12h30 • salle B102

 Présentation par Pierre-Jean DelaHousse (Paysages de France) Le paysage, bien commun par excellence, ne doit pas être soumis aux diktats des publicitaires et de leurs commanditaires. Paysages de France mène, depuis 25 ans, un combat sans relâche qui la conduit à saisir régulièrement la justice. C’est ainsi que l’État français a déjà été condamné 74 fois par 23 tribunaux administratifs différents. Pierre-Jean Delahousse (fondateur de l’association et ancien président) reviendra sur ces luttes ponctuées d’éclatantes victoires et leur mode d’emploi. vendredi 24 27 apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes

globe-logo.png

ATELIERS 14h15-16h30

Un observatoire et un laboratoire pour renforcer les actrices et les acteurs de l’Éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI) Salle C 104

 L’ECSI est peu connue du grand public et mal identifiée par les autres acteurs du changement social. Pourtant une grande diversité d’acteurs met en place des actions éducatives inspirantes dont l’objectif est de favoriser la contribution individuelle et collective à la construction d’un monde juste solidaire et durable. L’enjeu de collecte des données en ECSI et de leurs traitements pour accroître sa visibilité et sa lisibilité est donc essentiel. Comment faciliter cette culture de la mutualisation et mieux communiquer sur le sens des actions d’ECSI? Par ailleurs, si expérimenter fait partie du quotidien de l’acteur d’ECSI, innover le met dans une position plus volontariste, l’obligeant à sortir de sa zone d’intervention habituelle. Comment accompagner cette posture et permettre à l’ECSI de mieux répondre aux enjeux de transformation sociale qu’elle vise? L’atelier permettra de présenter et débattre des espaces et outils proposés au sein du projet OPEIRA: Observer, promouvoir, expérimenter et impulser en ECSI en rassemblant les acteurs. Intervenant.e.s: Anne Kaboré Leroy (Educasol), Lise Trégloze (FADM), Alice Duplay (Festisol) Organisé par: Éducasol, Fédération Artisans du Monde, Festisol, Ecole de la Paix

Impact de l’occupation militaire sur les enfants palestiniens et résilience Salle D 102

Les enfants en Palestine occupée: les défis que présente le bien-être des enfants à Gaza, à Jérusalem-Est et en Cisjordanie. Cette présentation décrit les conditions de vie des enfants dans le contexte de Gaza, de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie, en particulier les défis posés par les problèmes psychosociaux provoqués par l’occupation. Ces conditions de vie englobent la blessure directe causée par les tirs et les bombardements mais aussi l’impact indirect et très fort de leurs conséquences: pauvreté, fragmentation sociale et développement humain rendu impossible. On examine l’impact de l’occupation au regard de l’impossibilité des familles de protéger leurs membres, de les nourrir et de faciliter pour chacun un développement optimal, plus particulièrement à cause de la prévalence du deuil. Certains problèmes qui semblent spécifiques à la Palestine, tels que la prévalence des arrestations et de l’emprisonnement des enfants, sont discutés. On débattra à partir d’une présentation des services de santé mentale pour les enfants et d’exemples de programmes novateurs. La présentation tentera de faire des recommandations pour des interventions socio politiques visant à améliorer le bien-être des enfants en Palestine. Intervenant.e.s: Samah Jabr (psychiatre palestinienne) Organisé par: AFPS, BDS France, UJFP

Les guerres de dislocation et la «sécuritisation» du monde Salle B 103

Les «nouvelles guerres» d’aujourd’hui (civiles et globales, internes avec interaction internationale, provocant des déplacements massifs de population, etc.) sont décrites comme «guerres de dislocation». vendredi 24 28 Elles s’accompagnent, même dans des pays en paix, ou en tensions sans conflits armés, de politiques concrètes et d’idéologies de «sécuritisation» (sécuritaire et militaristes). On abordera ces sujets à partir de quelques exemples (Ukraine, Sahel, France...) Intervenant.e.s: Bernard Dreano, Anne Le Huerou Organisé par: Assemblée européenne des citoyens, Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale, CEDETIM, Athéna 21, Groupe de travail « Les mouvements sociaux face à la guerre et à la sécurité» d’Intercoll.

De la Kanaky à la Catalogne, du Kurdistan au Sahara, le droit des peuples à décider Salle C 103

L’étape de la décolonisation n’est pas achevée . Avec la mondialisation néolibé- rale et son chaos , le droit des peuples à décider de leur avenir est de nouveau au centre de l’actualité. Cet atelier se propose d’examiner à travers plusieurs cas ( la Catalogne, le Rojava, la Kanaky, le Sahara Occidental), les différentes formes de l’autodétermination: indépendance, confédéralisme démocratique, autonomie... Cet atelier a pour objectif d’interroger la nécessité de repenser la question nationale dans le cadre d’un capitalisme mondialisé dans un contexte où la gauche et les mouvements citoyens, marqués par une tradition jacobine sont divisés face à ce type de phénomène. Intervenant.e.s: Patrick Farbiaz, Raphaël Lebrujah (Initiative pour un confédéralisme démocratique), une militante du Comité de Défense de la République Catalane et un.e membre du Mouvement des jeunes kanaks de France Organisé par: Réseau Sortir du Colonialisme, Collectif de Solidarité avec le Peuple catalan, Coopérative Ecologie Sociale, Initiative pour un confédéralisme démocratique(à confirmer), Mouvement des jeunes kanaks de France

“Thé palabre”: un autre accueil est-il possible? Salle B 102

La crise des politiques migratoires interroge les citoyen.ne.s que nous sommes sur nos capacités à concevoir des sociétés hospitalières et plurielles. Confrontées à cette crise, des personnes solidaires s’organisent, à l’image de la mobilisation des États Généraux des Migrations (EGM) en Europe, et tentent de faire valoir une autre politique d’accueil. Bien que leur implication soit moins visibilisée, les organisations issues des migrations sont également impliquées dans ce mouvement de soutien actuellement en cours et contribuent activement à la déconstruction des idées reçues ainsi qu’au développement de formes de solidarité, d’hospitalité et d’accueil. Nous mettrons en avant ces initiatives solidaires et valoriserons les actions portées par les organisations issues des migrations, principalement en Europe, mais aussi dans les territoires d’origine. L’atelier est organisé sous forme d’un “thé palabre”... à découvrir! Intervenant.e.s: Théophile Yonga (président de Terrafrik Alternatives), Pierangela Fontana (chargée de communication au FORIM), Alain Mulaba (Président du COSIM Rhône Alpes - pressenti, ou représentant), Maël Galisson (Chargé de projet à Grdr MigrationCitoyenneté-Développement), Aura Rojas (Artiste plasticienne, Déléguée de Terre des Hommes à Paris, (Abdallah Zniber, Personne Ressource IDD) Organisé par: Terrafrik Alternatives, Terre des Hommes Délégation 75, Grdr MigrationCitoyenneté-Développement, Solidarité Laïque, FORIM / COSIM Rhône Alpes, IDD Immigration Développement Démocratie

 Initiatives citoyennes, intérêt général et communs Salle D 104

 Dans une période de tensions, entre un capitalisme qui ouvre le champ de l’intérêt général aux entreprises capitalistiques et remet en cause les corps intermédiaires frein à la généralisation du marché: vendredi 24 29 apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes le développement d’initiatives citoyennes qui à l’échelle des territoires s’organisent collectivement pour répondre à des besoins mal couverts dans une logique d’utilité sociale et de développement local; le développement de nombreux chantiers sur la question des communs qui cherchent à soustraire à la seule logique du marché, des biens et des services qui nous appartiennent à tou.te.s; la lutte de nombreux mouvements pour sauvegarder un modèle social (services publics, droits sociaux...); toutes ces pistes nous poussent à nous interroger: quelles nouvelles formes d’alliance entre des mouvements historiquement ancrés dans la lutte sociale et des initiatives qui sont dans le faire autrement? Comment favoriser la convergence, la coopération, la capacité à parler et agir ensemblepour un monde plus juste et solidaire? Intervenant.e.s: Josette Combes (Mouvement pour l’Economie solidaire, MES), Hervé Roussel-Dessartre (Attac), Bruno LASNIER (Mouvement pour l’Economie solidaire, MES) Organisé par: Mouvement pour l’Economie Solidaire, Attac

Militant.e.s: se protéger contre les surveillances illégitimes Salle C 102

Avec l’aide de nombreux acteurs spécialisés dans les questions de protection des libertés en ligne et de sécurité informatique cet atelier a pour vocation d’améliorer votre compréhension et votre niveau de protection face aux menaces dont vous pouvez être la cible. Des sous-ateliers seront organisés autours de différents types de sujets (protéger son identité sur Internet, protéger l’accès à ses données, protéger ses communications, améliorer la protection de son «mouchard de poche» (smartphone), hygiène numé- rique générale, etc.) pour creuser sur les solutions possibles à partir des questionnements et problèmes des participant.e.s. Intervenant.e.s: Florian C. (Ritimo), d’autres personnes des GULL de Grenoble Organisé par: La Quadrature du Net, Ritimo, Le Cecil

L’indépendance: un défi économique pour les médias, un enjeu social pour les journalistes Salle D 101

Les médias indépendants, locaux comme nationaux, sont contraints d’imaginer chacun un modèle économique et social qui leur est propre, pour rendre concrète leur promesse d’indépendance. Pour les journalistes, cette recherche d’équilibre est parfois synonyme de précarité et de conditions de travail difficiles. Et les menaces qui pèsent sur l’exercice du métier de journaliste sont nombreuses, dans toutes les entreprises médiatiques. Cet atelier interroge le modèle social et économique de l’indépendance, par un retour de témoignages de journalistes et d’acteurs des médias indépendants. Il examine les clés de la pérennité financière et les écueils qui menacent l’ambition d’une information exigeante, indépendante et attachée aux principes déontologiques du journalisme. Il s’arrête sur les innovations, les expériences réussies et les tentatives de convergence qui émergent dans le paysage des médias indépendants, en constante mutation. Dans le cadre de la journée spéciale «médias indépendants» (p.49) Coordonné par: Politis vendredi 24 30

16H45 • ESPLANADE STENDHAL (tables de l’espace restauration) Avant-première du Grand Quizz de l’Alter’consommation Animation par Julien Vidal et proposée par La Nef, Enercoop, Artisans du Monde et les Amaps Vous avez l’impression que parler des sujets d’éco-citoyenneté est souvent angoissant et culpabilisant? Banque, énergie, alimentation, vous ne savez pas trop par où commencer pour agir à votre échelle? Cette première du Grand Quizz de l’Alter’consommation est faite pour vous. Venez comparer vos connaissances avec vos amis, votre famille, ou en solitaire! Vous apprendrez tout (ou presque) pour une consommation plus saine, plus éthique, plus durable! Et en plus, il y aura des super lots à gagner pour les plus expert.e.s d’entre-vous! Activité prévue pour 40 personnes • inscriptions possibles au point info ainsi que sur les stands de La Nef et Enercoop

18H • ESPLANADE STENDHAL (tables de l’espace restauration) Voix engagées: s’allier pour changer? Débat proposé par la Pépinière de Frères des hommes On se dit souvent que partir plus ou moins loin pour réaliser des actions solidaires ça va nous changer et aussi changer la socié- té. Mais en fait, en quoi la rencontre avec des personnes qui vivent dans des conditions difficiles nous fait changer? Qu’est-ce qui provoque ces changements? De quels changements parle-t-on? Finalement, en quoi ces expériences contribuent à faire changer la société? Avec les bénévoles et partenaires de la Pépinière de Frères des Hommes (dispositif d’accompagnement deporteurs de projet), on y a réfléchi: venez découvrir leur voix et entrer dans les débats! Ce débat est également proposé samedi (p.43) et dimanche (p.48)

globe-logo.png

FORUMS 17h à 19h Quand les féministes font bouger les lignes Amphi 3

 Comment renouveler les cadres de pensées à partir des questions soulevées par les mouvements de femmes en lutte? S’inspirer des mobilisations/rencontres récentes au niveau national et international pour réfléchir ensemble sur les espaces communs à construire. A partir des expériences de luttes et de mobilisations en Argentine, Espagne, Mexique, France, nous questionnerons la dynamique féministe et sa dimension critique, nous verrons en quoi les mouvements de femmes renouvellent le cadre de pensées d’analyses et de mobilisations. Comment ces mouvements s’organisent pour combattre à la fois les violences et les inégalités et repensent une société plus égalitaire, qui réponde à l’exigence de justice sociale. Les organisations invitées à débattre s’attacheront d’une part à montrer en quoi mais aussi.apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes les violences faites aux femmes sont la résultante d’une multitude de discriminations. D’autre part, des mobilisations sans précédent ont dénoncé les violences contre les femmes, les inégalités analysant celles-ci comme une questions politique, qu’envisager et comment se questionner à partir des mobilisations en Argentine, en Espagne, lors du dernier FSM de Bahia? Intervenant.e.s: Florencia Partenio (DAWN, Argentine), Itzel Gonzales (Red Mesa de mujeres de Ciudad Juarez, Mexique), Assumpta Barbens (syndicat IAC, Catalogne), Louiza Belhamici/Fatima Ouassak (Réseau classe race genre) Animation: Jules Falquet (sociologue)

Libérons-nous du travail ou libérons le travail? Amphi 2

Robotisation, intelligence artificielle, né- cessité sociale et écologique de réduire le temps de travail: est-ce la fin du travail? Deux stratégies sont souvent opposées: celle de l’abolition du travail et celle de sa démocratisation… mais sont-elles vraiment incompatibles? Il paraît en tout cas nécessaire de repenser notre rapport à la production de biens, de services et de valeur, et d’envisager les voies concrètes d’une libération du travail. Mise en place d’un revenu universel, démocratisation de l’entreprise et de l’économie, bifurcation écologique par la création de nouveaux emplois “0 carbone”, réduction du temps de travail: nos mouvements peuvent-ils s’accorder sur des alternatives communes? Intervenant.e.s: Thomas Coutrot (Attac), Tony Fraquelli (CGT), Noémie de Grenier (Coopaname), Ly Katekondji (MFRB) Animation: Alexis Cukier (fondation Copernic)

Penser l’antiracisme, l’inscrire dans la contre-offensive Amphi 4

Comment aujourd’hui penser la riposte à un racisme qui balaye toute l’Europe, entré dans les débats politiques comme dans les conversations les plus quotidiennes, se traduisant massivement en actes depuis des propos jusqu’aux violences les plus dramatiques? Alors que les racistes prônent des rejets multiples, des un.e.s et des autres, le mouvement antiraciste apparaît régulièrement dans ses divisions. Peut-il assumer des clivages sans en faire autant de freins? Est-ce que la diversité des combinaisons des facteurs de discriminations doit conduire à penser le combat antiraciste comme des combats antiracistes? Les associations et syndicats engagés dans l’antiracisme interviennent dans le débat. Intervenant.e.s: Verveine Angeli (Solidaires), Najat Bentiri (Pacte 34), Fatiha Ait Alla (Espoir 34), Franco Lollia (Brigade Anti Négrophobie) Animation: Malik Salemkour (LDH)

L’indépendance des médias, un défi politique, économique et citoyen. Amphi 1

Rencontre avec des médias nationaux et locaux autour des grandes menaces qui pèsent sur leur indépendance. La liberté d’informer est compromise par la loi sur le secret des affaires et les entraves institutionnelles, qui protègent les intérêts financiers. Les pressions politiques, psychologiques ou physiques menacent jusqu’à l’intégrité des journalistes. Et les médias répondent de modèles économiques fragiles, parfois dépendants de la publicité ou des aides à la presse, qui menacent leur indépendance et leur pérennité. Débat introduit par trois personnalités du monde universitaire, suivi d’un temps de discussion avec des représentants de médias indé- pendants: Les menaces institutionnelles et politiques contre la liberté d’informer / Les défis économiques de l’indépendance des médias / Médias «citoyens», mythe ou réalité? / Discussion avec la salle. Dans le cadre de la journée spéciale «médias indépendants» (p.49) vendredi 24 32

globe-logo.pngsamedi 25 Août

MODULES 9h30 à 16h30

Les penseurs critiques du capitalisme Amphi 1

Ce module sera consacré à présenter les pensées de Karl Marx, Simone Weil et André Gorz, à la fois critiques du capitalisme et porteurs d’un projet émancipateur pour les travailleurs et l’humanité. 9h30-11h15 Gorz: André Gorz est un penseur à la fois critique du travail et précurseur de l’écologie politique anti-capitaliste. Il y a une continuité entre la pensée philosophique de Gorz et sa problématique socio-écologique: c’est la liberté de l’individu qui conduit à l’émancipation sociale. 11h15-13h Weil: Après une lecture de textes de Simone Weil choisis par Coraly Zahonero de la Comédie française: «L’expérience de la nécessité» est pour Simone Weil l’expérience concrète du travail, dans la grande industrie ou à la campagne. Elle en retire une réflexion philosophique sur la nécessité du travail et sur les voies pour en retrouver l’ancrage et le sens. 14h15-16h Marx: Les concepts critiques du capitalisme restent-ils pertinents pour comprendre la mondialisation et la crise sociale et écologique qu’elle provoque? La conception du travail chez Marx : faut-il libérer le travail ou se libérer de celui-ci? Le prolétariat est-il encore le sujet porteur de la révolution ou faut-il un sujet révolutionnaire? Intervenant.e.s: Geneviève Azam, Françoise Valon, Jean-Marie Harribey, Françoise Gollain, Pierre Khalfa, Coraly Zahonero, Stéphanie Treillet Organisé par: Attac France, Fondation Copernic, institutions universitaires

Tout va-t-il s’effondrer? Résistances éco-féministes et construction d’alternatives Amphi 6

La multiplication, l’intensification et la permanence des «crises» (climatique, environnementale, sociale, financière, nucléaire, géopolitique, etc.) fait peu à peu place à l’idée que notre futur ne serait pas marqué par une alternative entre transformation durable et catastrophe, mais par un horizon plus sombre: celui de l’effondrement. Un horizon non pas lointain, mais proche - contemporain - qui marquerait un point de non retour, un basculement rapide, profond et irrémédiable de nos sociétés. Comment penser des stratégies et des mobilisations face à cette perspective d’effondrement? Doit-on se résoudre à ce que «tout s’effondre»? Pourtant les alternatives existent, que ce soit du côté de l’éco-féminisme, du buen vivir, de la dé- croissance ou des communs. Devons-nous renoncer à l’idée même d’alternatives, avec leurs points forts, leurs limites, leurs contradictions, qui traduisent la diversité des mondes en gestation? Intervenant.e.s: Bénedikte Zitouni, Marta Music, Florencia Partenio, Émilie Hache Organisé par: Attac France, 350.org, Collectif Les Terrestres, Fondation Solon, Revue Mouvements, Focus on Global South

Reprendre la main sur la finance plutôt que lui confier la planète et notre avenir Amphi 2

Le 15 septembre 2018, marquera les 10  ans de la faillite de Lehman Brothers, le point de basculement de la crise financière. Malgré les promesses, aucun des problèmes fondamentaux du secteur financier n’ont été réglés et le spectre d’une nouvelle crise financière majeure refait surface. Nocif et dérégulé, le système samedi 25 33 apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes financier représente une menace sur notre avenir collectif, tant du point de vue de sa stabilité, de nos emplois et des services publics, que de la préservation de la planète et du financement de la transition écologique. L’un de nos principaux défis est donc de reprendre la main sur la finance, en utilisant les leviers politiques, économiques et financiers, qu’ils soient déjà disponibles ou qu’il faille les inventer, pour accélérer sans attendre la transition écologique et sociale. Après une présentation des enjeux, ce séminaire s’attachera à mettre sur pieds les mobilisations pour construire un monde “Zéro finance nocive, zéro évasion fiscale, zéro fossile”. Organisations: 350.org, Amis de la Terre, Attac, CRID, Finance watch, SUD PTT, Secours Catholique Intervenant.e.s: Maxime Combes et Wilfried Maurin (Attac France), Clémence Dubois et Victoire Guillonneau (350.org), Grégoire Niaudet (Secours Catholique), Olivier Petitjean (Observatoire des multinationales), Lorette Philippot (les Amis de la Terre)

L’engagement social et environnemental: oui! mais pour qui et par qui? Les enjeux et pratiques des nouveaux publics de l’ECSI D 103

ONG, associations de la société civile, collectifs… mais aussi jeunesse des quartiers, des milieux ruraux, travailleurs sociaux, monsieur et madame Toulemonde: les engagements fleurissent aux quatre coins de notre société; comment faire pour ouvrir nos organisations à ces publics qu’on ne touche jamais? Nos organisations qui s’engagent pour une société juste, responsable et solidaire, ont tendance à s’enfermer malgré elles dans un entre-soi associatif fréquenté uniquement par nos publics de prédilection. Mais la transformation sociale concerne tout le monde, et elle se fait à tous les niveaux ! Encore faut-il trouver les méthodes et les positionnements pour rendre nos messages accessibles, et surtout pour ouvrir nos organisations à de nouveaux engagements, à de nouveaux publics, aux militant.e.s du futur! Nous tâcherons d’identifier vers quels publics il est nécessaire de se tourner pour renforcer la lutte pour la transformation sociale, et chercherons à faire évoluer nos postures, nos discours, méthodes, supports et organisations pour que des personnes de tous horizons puissent trouver un écho dans nos actions et faire converger les leurs avec nous pour construire un monde plus juste et solidaire. Partons à l’abordage des méthodes et des postures à adopter pour faire avec les engagements de tous et toutes! Intervenant.e.s: Jeunes engagé.e.s dans nos organisations (bénévoles, militant.e.s), La ZEP- Zone d’Expression Prioritaire, Parcours Le Monde, Youth We Can, Amnesty International, Oxfam (antennes jeunes), Associations étudiantes de solidarité, professionnel.le.s... Organisé par: Etudiants & Développement, Ingénieurs sans frontières, CCFD Terre Solidaire, Starting Block

Défense et alternatives pour les services publics Salle C 101

À partir d’échanges autour des attaques qui visent les services publics, il s’agira, dans un premier temps, de décrypter les projets qui portent atteinte à notre modèle social (Europe...) avec des interventions: syndicalistes, économiste, sociologue. Des services publics ont été et sont actuellement des laboratoires de l’idéologie libé- rale. Ce sera l’objet du deuxième temps du séminaire qui permettra de mettre en évidence les réactions aux externalisations, privatisations de missions de services publics à travers des démarches de relégitimations (remunicipalisation de l’eau...). Le troisième temps du séminaire portera sur les alternatives et les dynamiques de socialisation. Il permettra d’évoquer des questionnements: «services publics samedi 25 34 nationaux et communs», «rôle de l’économie sociale et solidaire», et les alternatives (ex: les transports gratuits à Grenoble). Intervenant.e.s: Partie 1- Communication intersyndicale (Fabienne Bellin FSU, Gaëlle Martinez Union Syndicale SOLIDAIRES, intervenant∙e CGT); sociologue (Willy Pelletier, Fondation Copernic et Université de Picardie). Partie 2- Pôle emploi (intervenant∙e SNU TEFI), Poste (Nicolas Galepides SUD PTT et François Auguste coordination nationale Poste); Partenariats Public Privé: la situation à Marseille (Pierre Marie Ganozzi FSU 13); Remunicipalisation services des eaux (Yannick Belat, Amandine Fontaine, Philippe Fossat Eau Bien Commun Auvergne Rhône Alpes et Daniel Hofnung Coordination Eau Ile-de-France) Partie 3- SP du XXIe siècle (Michel Jallamion président Convergence Nationale des Collectifs de Défense et de Développement des SP); la gratuité des transports publics (Isabelle Metral membre du collectif gratuité transports publics agglomération Grenobloise) Organisé par: FSU, Union syndicale solidaires, Fédération CGT des Services Publics, Convergence nationale des collectifs locaux de défense et de promotion des services publics

Vivons les jours heureux sans attendre: le bien vivre en actes! Amphi 4

Il n’y a de résistance créatrice possible (R) que si elle s’articule avec des expé- rimentations anticipatrices (E) et une vision transformatrice (V). Cette stratégie du Rev(e) prônée par l’économie sociale et solidaire suppose que nous dépassions un modèle militant souvent “sacrificiel” (seuls les lendemain sont censés chanter) pour faire du “bien vivre” un enjeu d’expé- rience et pas seulement d’espérance. Intervenant.e.s: Patrick Viveret, Claude Henry, Anne Murat Organisé par: Archipel citoyen : Osons les Jours heureux ! , Mouvement Sol (monnaies citoyennes pour le Bien Vivre), Dialogues en humanité, Chemins de la métamorphose, Chemins faisant

Droit à la Ville et luttes dans les quartiers populaires: défendons nos logements! Amphi 5

50 ans après la publication du Droit à la ville, la question de la place des habitant.e.s dans la prise en main de leurs conditions de vie et de leur environnement urbain reste plus que prégnante. De nombreux quartiers sont concernés par des processus de gentrification, de spéculation immobilière, de financiarisation ou de rénovation urbaine entraînant l’éviction des classes populaires du centre vers les périphéries des métropoles. Face à ces dynamiques d’exclusion urbaine, des luttes d’habitant.e.s s’organisent, multipliant les initiatives et les résistances. Qu’il s’agisse de la politique de rénovation urbaine, ou plus récemment de la Loi ELAN, nous faisons face aujourd’hui à la déstructuration du logement social et à l’aggravation de la situation sociale notamment dans les quartiers populaires. À partir des expériences des participant.e.s, cette rencontre vise à articuler nos luttes, échanger sur nos stratégies communes et construire des campagnes d’action. Nous discuterons des perspectives des luttes d’habitant.e.s dans les quartiers populaires souvent liées au projet de rénovation urbaine. Nous prolongerons également les échanges suite aux activités organisées pour les 50 ans du Droit à la Ville dans plusieurs villes (Marseille, Lille, Paris, Nanterre, Lyon, Grenoble...). Organisé par: AITEC, Réseau Appuii, Atelier Populaire d’Urbanisme (APU) Fives, APU Villeneuve, Collectif contre les Démolitions Imposées, Common Language, Coordination nationale Pas Sans Nous, Habitat en Mouvement, Groupe d’Action Municipale (GIM), Un centre Ville pour Tous Marseille

Armes nucléaires: aujourd’hui interdites, demain l’élimination Salle B 101

La possession de l’arme nucléaire assuret-elle la sécurité mondiale? La France prétend assurer la sienne sur la théorie samedi 25 35 apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes de la dissuasion nucléaire, en la pérennisant pour les décennies à venir. Qu’en est il exactement? La paix mondiale repose-telle sur cette terreur? C’est aussi un marché juteux pour le lobby de la finance. Son emploi dans un conflit, aurait des consé- quences très grave pour l’avenir de l’humanité, pouvant remettre en cause son existence même, selon le CICR. Le traité d’interdiction des armes nucléaires établit une nouvelle norme pour la sécurité internationale. 122 états surtout du Sud l’ont voté, le monde occidental et surtout les grandes puissances nucléaires le boudant, et même agissant sur les états qui ont voté, pour qu’ils ne le ratifient pas. quelles actions des citoyen.ne.s mais aussi des États pour aller vers une ratification du traité et son entrée en vigueur ? Le processus de démantèlement des arsenaux nucléaires est prévu dans le traité. C’est aussi une affaire de citoyens. Organisé par: Le Mouvement de la Paix, Observatoire des armements, Pugwash France, Les villes pour la Paix

Mouvements sociaux et alternatives systémiques Amphi 3

 Le 1er temps sera dédié à l’analyse de la situation internationale après l’élection de Donald Trump, assiste-t-on à une inflexion dans la mondialisation? Le 2e temps traitera des alternatives systémiques et du livre «Le monde qui émerge» ainsi que de la suite de ce projet. Le 3e temps abordera les perspectives de mobilisations pour les alternatives et les nouvelles formes de dé- mocratie. Organisé par: Attac, Fondation Rosa Luxembourg

 Comment résister de façon créative? Formation à l’action et à la désobéissance civile Salle B 103

 Comment se donner les moyens d’agir concrètement contre les abus des multinationales, contre la construction de nouveaux grands projets inutiles, contre les inégalités et les discriminations? Comment David peut-il agir contre Goliath? Comment s’organiser pour monter un groupe d’activistes, préparer des actions désobéissantes ayant un fort retentissement médiatique et qui font ré- agir les multinationales ou les pouvoirs publics? Comment se mobiliser de façon créative? Face à l’essoufflement des modes d’actions conventionnels, nous avons besoin d’inventer de nouveaux répertoires d’actions collectives. Face au durcissement de la crise écologique et sociale, les individus, les collectifs et les organisations militantes et associatives doivent trouver des instruments permettant à tou.te.s d’agir.. Ce module qui se veut aussi participatif que possible a pour objectif de s’interroger sur la notion de désobéissance civile, de réflé- chir collectivement à de nouveaux modes d’actions et aux éléments clés permettant de construire une action militante créative à travers l’artivisme. Intervenant.e.s: Charlotte Dupré (Attac France), Arthur Lauvergnier (Attac France), Valentine Pignon (Action Aid) Organisé par: Attac France, Action Aid Peuples solidaires, Diffraction, 350.org

L’ère de la post-vérité: ce que l’on nous donne à croire. Salle B 102

Dans le monde de la recherche, des mé- dias, comme dans celui de la société toute entière, établir et reconnaître une vérité des faits est la seule voie permettant l’échange de points de vue contradictoires et la construction de nouvelles objectivités. À l’heure où plusieurs facteurs contribuent à instaurer une situation menaçante (réchauffement climatique, populisme politique, complotisme favorisé par l’effet démultiplicateur des réseaux samedi 25 36 sociaux, lobbying généralisé, etc.) nous sommes confrontés à une information plé- thorique, dont les sources occultées ou brouillées entravent toute possibilité de controverse et, ce qui est sans doute pire, conduit à dévaloriser des notions mêmes de vérité et de connaissances objectives. Ce qu’on nomme ainsi la post-vérité donne en effet plus d’importance aux émotions et aux croyances qu’à la réalité des faits avérés. Elle cherche à façonner et infléchir l’opinion publique, pour laquelle elle existe et à laquelle elle s’adresse, en jouant sur les craintes et la démagogie. De l’industrie du déni, (lobbies du tabac, de l’industrie pharmaceutique, phytosanitaire etc.) qui fabrique du mensonge à dessein pour semer le doute, en passant par la banalisation d’une fraude molle dans les sciences, l’ère de la post-vérité revêt de multiples aspects. Face à cela, seules les actions citoyennes sont efficaces, c’est à la société civile, au monde de l’éducation et bien sûr aux milieux de la recherche et des médias de diffuser les vérités scientifiques, pour éclairer l’action commune. Intervenant.e.s: Maryvonne Holzem, Marc Gustave, Virginie Duval, Michel Goldberg biologiste Organisé par: Association Sciences Citoyennes, Les Petits Débrouillards, Ritimo, Maison des citoyens du Monde de Nantes, Starting Block Formation

Batucada militante! Rdv à 9h30 à la buvette - Atelier participatif de Batucada militante (ensemble de percussions brésiliennes de rue) pour 50 à 200 stagiaires de l’U.E. avec déambulation dans le centre de Grenoble ponctuée de slogans conçus ensemble. Déambulation en centre-ville jusqu’au Jardin de Ville en fin de journée! Formation à la journée - Détails au point info.

globe-logo.png

ATELIERS 9h30 à 11h45

 Sortir du piège de la dette Salle C 103

Le discours officiel sur la dette publique repose sur un mensonge: elle ne vient pas d’une orgie des dépenses publiques, mais de l’érosion organisée des recettes fiscales. Trois mécanismes, au cœur du système néolibéral creusent les déficits: la concurrence fiscale entre les pays, les cadeaux fiscaux et l’évasion fiscale au profit des multinationales et des ultra-riches. En empruntant sur les marchés financiers à des taux d’intérêt souvent excessifs pour financer ces déficits, les États se sont enfoncés d’avantage. La dette est instrumentalisée aujourd’hui par les autorités pour imposer les politiques d’austérité aux populations alors que les responsables de la dette ne sont pas inquiétés. Il y a des solutions pour sortir du piège de la dette, à condition de remettre en cause les politiques néolibérales et la domination des marchés financiers. Intervenant.e.s: Pierre Khalfa, Dominique Plihon, Eric Toussaint Organisé par: Fondation Copernic, Attac, Economistes atterrés, CADTM

Accords et désaccords autour du revenu d’existence Salle B 104

Pour aborder sereinement ce nouveau paradigme, il convient de poser les bases du débat, de partager l’information et de mettre à distance les présupposés idéologiques et les procès d’intention.Revenu de Base, Allocation Universelle, Revenu d’Existence, Revenu Décent Garanti, DIA… De quoi parle-t-on? Quels sont les invariants ou points communs, mais aussi les différences qui se cachent derrière ces différentes appellations? Qu’est-ce qui oppose réellement les partisans du RE samedi 25 37 apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes et ceux qui prônent la libération du travail et la RTT? Peut-on séparer revenu et travail? Ce revenu est-il le bon ou le meilleur outil pour éradiquer la pauvreté, pour s’émanciper du travail contraint tout en garantissant un accès à toutes et à tous à un travail décent, pour renforcer les protections sociales et les solidarités, pour promouvoir l’égalité homme femme et la responsabilité citoyenne, pour mieux distribuer les richesses, pour se libérer des rapports de domination, pour dépasser le capitalisme et permettre la sobriété et la transition écologique? Intervenant.e.s: Patrick Viveret, Jean Marie Harribey, Sébastien Groyer, Denis Vicherat, Guy Valette Organisé par: Le MFRB (mouvement français pour le revenu de base), L’archipel citoyen osons les jours heureux, La coopérative citoyenne d’éducation populaire, Utopia, Fondation Copernic

En route vers la citoyenneté active Salle D 101

En s’appuyant sur de multiples expériences concrètes de consultations citoyennes ré- alisées en Isère, exposé et échanges sur: la pertinence de développer la citoyenneté active dans le contexte actuel; les enjeux d’un tel développement; l’éthique propre à la citoyenneté active, qui la différencie du populisme et de la démocratie participative; les grands principes méthodologiques de la consultation citoyenne; comment ces consultations peuvent faciliter la création des groupes de citoyens actifs. Organisé par: Comité citoyen du Pin, AttacNord Isère, le Forum Citoyen Renageois, Al Humosphère (Velanne).

Syrie, révolution et guerres Salle D 102

 Le mouvement populaire pacifique du printemps arabe en Syrie a été confronté à une répression qui a rapidement donné lieu à une réponse militaire évoluant en une (ou des) «guerre.s de dislocation» à la fois civile, régionale et internationale. Comment analyser cette évolution, en comprendre les dynamiques, en évaluer les conséquences? Intervenant.e.s: Françoise Clément, Mohamed Taha, Samira Mobaied, Bernard Dreano Organisé par: Assemblée européenne des citoyens, CEDETIM, Collectif «Avec la révolution syrienne», Collectif «Pour une Syrie libre et démocratique»

Migrations: quelles solidarités? Quelle autre politique migratoire? Salle C 104

 Depuis les années 2008-2010 les politiques migratoires européennes sont fondées sur la peur des migrants, la dissuasion, l’externalisation, l’enfermement, un droit d’asile de plus en plus restreint. Il est urgent de re-visiter les questions basiques: d’où viennent les migrant.e.s? Les responsabilités économiques et géopolitiques des pays du Nord? Sur quels principes et valeurs devrait reposer une toute autre politique migratoire? Quelle politique d’accueil? d’asile? Avec quels droits? Autant de questions qui esquivent le projet de Loi Colomb/ Macron, une Loi conçue pour fermer portes et frontières aux migrant.e.s, rendre de plus en plus difficiles et l’asile et le séjour, renvoyer le maximum de migrant.e.s soit directement dans leur pays d’origine (accords de «réadmission») soit dans le pays de l’UE où l’on a pris leurs empreintes (les «Dublinés»), et en attendant en enfermer le maximum dans des centres de rétention. Intervenant.e.s: Martine François (RESF/Attac), Daniel Delpeuch (La Cimade Isère), Jo Briant (porte-parole CISEM - Coordination iséroise de solidarité avec les étrangers migrants) Organisé par: La CISEM (Coordination iséroise de solidarité avec les étrangers migrants), La Cimade samedi 25 38

Jusqu’où faut-il changer pour vivre dans une société soutenable? Salle D 104

Nous atteignons rapidement les limites d’un monde soutenable, avec des consé- quences sociales et environnementales terribles. Il est nécessaire de transformer drastiquement nos modes de production et de consommation. Mais concrètement qu’est-ce que cela implique vraiment? Comment opérer ce changement? On ne peut pas se satisfaire d’une transition qui remplacerait les fossiles et le nucléaire par des énergies renouvelables. Mais qu’estce que «consommer radicalement moins d’énergie» implique? jusqu’où faut-il aller dans la déconstruction de nos modes de production et de consommation? Quel trajet emprunter pour réussir à réduire drastiquement notre consommation, en particulier concernant l’énergie et les ressources non renouvelables? Comment se réorganiser de façon démocratique pour se réapproprier nos territoires, produire localement l’énergie, l’alimentation dont nous aurons besoin; comment assurer à tous un moyen d’exister dignement sans piller les ressources des autres peuples? Intervenant.e.s: Mathilde Szuba (enseignante-chercheuse en science politique), Laure Dobigny (chercheuse en sociologie de l’énergie), Aurelien Boutaud (consultant expert en transition écologique), Nicolas Sersiron (chercheur en extractivisme) Organisé par: Attac, Amis de la Terre, Institut Momentum

Faut-il aller vers un autofinancement des acteurs et actrices du mouvement social? Salle B 105

 Tou.te.s celles et ceux qui s’investissent dans une démarche qui ne répond pas aux exigences entrepreneuriales se retrouvent dans une grande difficulté pour mener à bien leur projet. Pourtant, nous ne nous démobilisons pas: avec des associations comprenant salariés et bénévoles, un collectif autogéré et sans financement extérieur, et des chercheurs, nous vous proposons un temps qui débutera par une controverse autour de la question «financement privé ou financement public?». Celle-ci, suivie d’un débat, nous amènera à définir des stratégies communes pour définir quelles solutions et coopérations mettre en place face à l’arrêt du soutien au secteur associatif. Organisé par: Culture et liberté, Debout Education Populaire, End Ecocide, Archipel Osons les Jours Heureux

On ne naît pas homme, on le devient Salle C 102

 Dans un contexte de luttes féministes et de libération de la parole des femmes, quel rôle pour les hommes? La construction du masculin n’est ni neutre, ni innée, comment à travers la déconstruction des stéréotypes de genre, les hommes peuvent aussi se libérer d’injonctions et ainsi promouvoir une égalité de genre. Organisé par: Quartiers du Monde, Archipélia

globe-logo.png

et entre midi et deux...

 L’éducation populaire en pratique (3/4) 12h - salle B 105

Cet atelier pratique vous fera tester l’arpentage, une méthode d’éducation populaire qui permet de découvrir des lectures collectivement. Ce sera l’occasion de lire autour de différents points de vue sur l’éducation populaire: des textes qu’on n’aurait pas forcément lu tout.e seul.e; un outil qui permet de favoriser la compré- hension collective en échangeant avec samedi 25 39 apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes d’autres et créer un savoir commun avec ce qu’on en retient. En lien avec les ateliers du jeudi (p.12), vendredi (p.27), dimanche (p.45)! Intervenant.e.s: Gleda Nzalankazi (Starting Block) Coordonné par: Starting Block

Présentation de OpenStreetMap 12h30 • salle C102

OpenStreetMap est à la cartographie ce que Wikipédia est à l’encyclopédie. Depuis 2004, un nombre toujours croissant de contributeurs OpenStreetMap enrichissent une base de données cartographique, et construisent ensemble une carte mondiale et un éco-système utilisable par tou.te.s gratuitement, et pour tout usage: ludique, associatif & militant, territorial, scientifique, humanitaire et même commercial. La connaissance et les données comme un bien commun auquel tout le monde contribue pour le bénéfice de tou.te.s. Venez découvrir l’engouement mondial pour la cartographie OpenStreetMap! Présentation par Paul Desgranges (membre du groupe grenoblois des contributrices-teurs OpenStreetMap)

Formation «Faire la différence entre électricité verte et électricité verte!» 12h30 • salle B104

Pour se vanter d’une offre d’électricité 100% renouvelable, un fournisseur est obligé d’utiliser le mécanisme des Garanties d’Origine (GO). Mais une GO c’est quoi? On va vous l’expliquer. Et comme chez Enercoop, on aime aller plus loin, en plus des GO, on vise le 100% de contrats directs! Et on vous explique aussi pourquoi c’est mieux... Présentation par Enercoop Rhône-Alpes

globe-logo.png

ATELIERS 14h15-16h30

Le libre échange en Afrique, un néocolonialisme économique Salle B 105

L’atelier fait le point sur les «accords de partenariat économique» prônés par l’Union européenne ainsi que sur la Zone de libre échange continentale africaine (ZLEC) pour les Etats de la CEDEAO. Il en montre les liens possibles et ses conséquences pour les populations. L’atelier fait aussi le point sur les résistances rencontrées et à construire. Intervenant.e.s: Jacques Berthelot (Attac), Thomas Borell (Survie), Jean-Jacques Guigon (CGT), Nicolas Roux (Amis de la Terre), Confédération Paysanne, Aitec Organisé par: Attac, Amis de la Terre, Survie, Confédération Paysanne, Aitec

En finir avec l’Union européenne néolibérale! Quelles alternatives? Salle C 104

L’Union européenne et la zone euro font face à des contradictions majeures tout en consolidant un fédéralisme anti-social et anti-démocratique. Les traités et les politiques néolibérales ne font qu’aggraver la crise pour l’immense majorité des populations, mises en concurrence au bénéfice de profits et de dividendes qui flambent. Cet atelier a pour objectif de débattre des différentes voies d’une refondation radicale d’un projet européen cohérent avec nos objectifs (nationaux et internationaux, sociaux, écologiques et démocratiques). Il mutualisera les débats qui interrogent les Attac et leurs partenaires: comment combiner des situations hétérogènes et de possibles choix européens «à géométrie variable» avec l’objectif de peser samedi 25 40 ensemble et de mettre en crise le pouvoir de nuisance des décideurs, institutions et politiques dominantes? Comment dé- fendre le droit légitime, d’autodétermination des peuples pour d’autres unions, sur des bases non xénophobes, anti-libé- rales? Quelle démocatrie alternative aux actuels Etats-Nations et aux institutions européennes? Intervenant.e.s:Catherine Samary (France), Peter Wahl (Allemagne) ou/Et membre d’Attac Autriche, Felipe Van Klerbilk (Belgique)-ou autre représentant.e de l’Altersommet Organisé par: Fondation Copernic, Attac (notamment Attac France, Autriche, Allemagne), Économistes atterrés, Weed, Représentant.e.s de l’Altersommet

Le revenu d’existence et les différentes propositions d’expérimentation, de transition ou d’alternatives Salle B 104

Que l’on ait ou non comme perspective la création d’un revenu d’existence, celui-ci ne pourra se mettre en place que s’il rencontre à la fois acceptation et soutien social, ainsi qu’une volonté politique forte. Pour ne pas être dans le tout ou rien, pour poser des jalons ou mettre un pied dans la porte du revenu d’existence, des propositions d’expérimentation, de transition ou d’alternatives s’élaborent. Nous proposons d’en examiner les principales, leurs intérêts et leurs limites: Les expérimentations proposées en France par 13 départements // Les expérimentations hors de France // Un revenu d’existence couplé à une réduction du temps de travail // Une allocation inconditionnelle d’autonomie pour les 18/25 ans // Un revenu de base agricole // Un revenu de transition écologique Intervenant.e.s: Patrick Colin de Verdière, Sébastien Groyer, Jean-Pierre Hardy, Denis Vicherat, Christian Massault Organisé par: MFRB (mouvement français pour le revenu de base), l’Archipel citoyen osons les jours heureux, la coopérative citoyenne d’éducation populaire, Utopia, Fondation Copernic

Démocratie, citoyenneté, pouvoir d’agir: quels moyens pour quels résultats? Salle D 102

Mettre en place un processus démocratique, qui intègre la variété des points de vue, pose très souvent de réelles difficultés. Les types de biais sont extrêmement variés. Constituer ou simplement conserver une cohésion de groupe autour d’une décision relève parfois de la gageure. La division et la démobilisation s’organisent trop souvent d’elles-mêmes avec une facilité désarmante. Et de manière générale, la bonne volonté ne suffit pas. Cet atelier propose de faire un point sur les méthodes qui ont fait leurs preuves et les pièges à éviter. Les discussions porteront autant sur des aspects théoriques que sur des enseignements tirés de l’expérience. Les intervenants traiteront des différentes application qui les concernent: la concertation citoyenne, l’éducation populaire, la gouvernance démocratique dans le milieu associatif, les processus de vote et de décision collective. Ces exposés s’articuleront avec des temps d’échange sur les bonnes pratiques. Intervenant.e.s: Hermann Bouly, Julia Demarque, Cindy Fournier Organisé par: lechoixcommun.fr, Alternatiba, E-graine

Résistances à la financiarisation et à la Thatchérisation du logement en France et en Europe Salle C 103

En France et partout en Europe, les gouvernements mettent en œuvre des politiques néo-libérales, se désengagent des questions sociales et notamment du logement. Ces politiques favorisent ainsi la marchandisation et de plus en plus la financiarisation du logement au profit des investisseurs capitalistes et au détriment samedi 25 41 apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes de sa fonction sociale, alors même que le mal-logement, le sans abrisme, les expulsions locatives et hypothécaires augmentent, et que l’épuration sociale des villes s’accélère. En France, le projet de loi ELAN confirme cette tendance plus générale: une véritable “uberisation” du logement dans la lignée des politiques néo-libérales. Airbnb, bail précaire, Camelot, logement modulaire, attaques sur le modèle français du logement social... comment la financiarisation et la Thatchérisation se mettent en place en Europe et en France? Quelles conséquences pour les habitant.e.s? Organisé par: AITEC, DAL, DAL 38, Coalition Européenne d’action pour le droit au logement et à la ville

France / Israël, l’argument sécuritaire en question Salle C 102

L’atelier traitera des politiques répressives et liberticides en France et en Israël. Israël invoque les menaces à sa sécurité pour justifier l’ensemble de sa politique d’apartheid, de la colonisation de la Palestine au refus absolu du retour des réfugiés. En France c’est la menace terroriste qui sert à justifier la restriction des libertés publiques et qui conduit à l’israélisation de la société. Exploitant les «champs expé- rimentaux» que représentent Gaza et la Cisjordanie, Israël développe une industrie militaire et de sécurité, et vend de par le monde son modèle d’État sécuritaire. L’atelier cherchera les réactions nécessaires aux collaborations militaires et sé- curitaires entre la France, l’Europe et Israël. On cherchera comment structurer et amplifier la campagne d’embargo militaire contre Israël que mène le mouvement BDS. En amont de cet atelier, il est possible de faire la “déambulaction” hors les murs de vendredi à 10h (p.51) Intervenant.e.s: Shir Hever (économiste et journaliste israélien), un.e intervenant.e de BDS France Organisé par: La Campagne BDS France, AURDIP (Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine), AFPS (Association France Palestine Solidarité) Inégalités et justice environnementale : comprendre et agir Salle D 101 Les mouvements pour la justice environnementale ont mis en lumière le fait que les dégradations et catastrophes environnementales touchent en premier lieu les pauvres et les classes populaires, et que les classes les plus aisées sont celles qui polluent le plus. Comment mettre en lumière ces inégalités? Comment construire un mouvement pour la justice environnementale et climatique basé sur les premier.e.s concernées? Organisé par: Attac France, 350.org, Tous Cobayes

Acteurs et actrices de solidarité locale et de solidarité internationale: comment travailler ensemble pour sensibiliser et mobiliser plus largement? Salle D 104

En France, nous, acteurs et actrices de solidarité locale, de solidarité internationale et de transition portons des actions au quotidien, avec parfois la difficulté de le faire ensemble. Pourtant, nous partageons des valeurs et des enjeux communs. Par ailleurs, nos savoir-faire sont complé- mentaires et permettraient de sensibiliser et de mobiliser plus largement les publics ciblés par nos actions. Comment créer ces synergies? Comment les mettre à profit pour être plus pertinent.e.s dans nos actions de sensibilisation? Comment élargir et diversifier nos publics touchés en maintenant des approches pédagogiques adaptées? Une des pistes identifiées serait de mieux impliquer dans nos actions samedi 25 42 les premières personnes concernées par les questions de solidarité (notamment les personnes en situation de précarité ou discriminées). Cet atelier s’adresse à toute personne intéressée par le développement de synergies entre acteurs et actrices de solidarité. Intervenant.e.s: Guillaume Amorotti et Geoffrey Renimel (ATD Quart Monde), Adrien Roux (Alliance citoyenne), Claire Rozé (Secours Catholique), Antoine Atthalin (Artisans du Monde) Organisé par: Festival des Solidarités

mais aussi...

18H • ESPLANADE STENDHAL (tables de l’espace restauration) Voix engagées: s’allier pour changer? Débat proposé par la Pépinière de Frères des hommes On se dit souvent que partir plus ou moins loin pour réaliser des actions solidaires ça va nous changer et aussi changer la socié- té. Mais en fait, en quoi la rencontre avec des personnes qui vivent dans des conditions difficiles nous fait changer? Qu’est-ce qui provoque ces changements? De quels changements parle-t-on? Finalement, en quoi ces expériences contribuent à faire changer la société? Avec les bénévoles et partenaires de la Pépinière de Frères des Hommes (dispositif d’accompagnement de porteurs de projet), on y a réfléchi: venez découvrir leur voix et entrer dans les débats! Ce débat est également proposé vendredi (p.31) et dimanche (p.48)

globe-logo.png

FORUMS 17h à 19h

Droit au logement et droit à habiter la ville. Contre la financiarisation du logement Amphi 2

Le logement et le foncier, bien commun ou coffre-fort de la finance mondialisée? C’est la lutte en cours dans nos villes, une lutte internationale, tant les grandes agglomérations et leurs environs sont la proie des prédateurs immobiliers. Comme dans toute l’Europe, le logement social, bien commun, est menacé et attaqué. Jusqu’alors épargné, les HLM en France sont dans le viseur de Macron avec la loi ELAN, comme la stabilité du logement, facteur essentiel de la vie urbaine. Il met en œuvre les théories libérales les plus éculées qui ont conduit à de nombreux dé- sastres, en Europe et dans le monde. Ville “intelligente”, “smart city”, “métropolisation”, “ville durable”, “ville en transition” et autres mots de la novlangue spéculative, viennent camoufler les terribles impacts sociaux des politiques de “valorisation urbaine”, conduites main dans la main par les requins de l’immobilier, la grande finance, l’état, les collectivités territoriales.Avec les mouvements d’habitant.e.s, de locataires, de sans-abris entrés en résistance dans de nombreux pays d’Europe, mais aussi en France et à Grenoble, aussi bien dans les quartiers populaires que dans les centres, contre les politiques d¹exclusion et d’épuration sociale, nous éclairerons les chemins des luttes en cours et à venir. Intervenant.e.s: Jean Pierre Garnier, Jean Baptiste Eyraud, Victor Vozian, membres de la Coalition européenne d’action pour le droit au logement et à la ville et autres militant.e.s

Vers la justice climatique Amphi 1

L’altermondialisme a fait son irruption voilà 20 ans. Débutait alors un cycle de mobilisations transnationales qui parviendrait rapidement à rouvrir des espaces samedi 25 43 apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes pour le développement d’alternatives à la mondialisation néolibérale. Le panorama s’est depuis assombri et donne l’impression d’une fin de cycle. Le contexte appelle a minima à une réflexion sur nos stratégies - en particulier à l’aune des mobilisations pour la justice climatique, qui ont contribué à changer notre rapport au changement social - en posant, notamment, la question des limites. Ces luttes articulent défense de territoires, solidarité internationale, résistance aux accords de libre- échange, critique du système financier, construction d’alternatives. Elles s’entrecroisent avec les questions de justice sociale, raciale et de genre. Elles entremêlent exigences de compensation, de coercition et de contrainte, et des pratiques novatrices de mise en commun et de préfiguration - en ayant pour horizon le changement “systémique”. Elles sont, en cela, l’un des terreaux les plus féconds d’innovation stratégique et tactique. Intervenant.e.s: Massa Koné (Convergence Malienne contre l’Accaparement des Terres et Union des Associations et des Coordinations d’Associations pour le Développement et la Défense des Droits des Démunis), Geneviève Azam (Attac), Bridget Burrows (350.org), Tadzio Müller (Rosa-Luxemburg-Stiftung)

Que faire de l’Europe? Amphi 3

Les institutions européennes et les gouvernements n’ont pas tiré les leçons qui s’imposaient de la crise financière de 2008 et ont mis en place un fédéralisme autoritaire avec de nouveaux instruments institutionnels pour imposer des politiques d’austé- rité et la remise en cause des protections des salarié.e.s. Les marchés financiers, qui ont été abreuvés de liquidités par la BCE, restent tout-puissants et peuvent contidans chaque pays, et comme on le voit avec les migrant.e.s, le rejet de l’autre, la xénophobie, toutes choses confortées par les orientations mise en œuvre par la plupart des gouvernements européens. Après le Brexit, l’étranglement financier du gouvernement Syriza, l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir dans plusieurs gouvernements de pays de l’Union, quelle stratégie pour la gauche de transformation sociale et écologique? Intervenant.e.s: Peter Wahl, Pierre Khalfa, un.e représentant.e du mouvement social italien ou espagnol. Animation: Isabelle Bourboulon (journaliste) Quelle stratégie des mouvements sociaux face au pouvoir autoritaire et néolibéral en place? Amphi 4 Comment faire face à l’offensive menée par Emmanuel Macron et son gouvernement contre les services publics, les droits sociaux et la solidarité, la démocratie ? Quelles leçons peut-on tirer de l’année qui vient de s’écouler et des tentatives de résistance sociale ? Face à la multiplication des attaques de la part du gouvernement, peut-on, doiton se rassembler au-delà des luttes sectorielles ? Comment opérer ces alliances, quels en sont les obstacles ? Dans le même temps, ce néolibéralisme autoritaire nourrit la montée des nationalismes et l’extrême droite. Quelles stratégies de résistance et de lutte adopter pour faire face à ces deux blocs idéologiques - néolibéralisme et nationalisme xénophobe - ? Intervenant.e.s: Marie José Kotlicki (UGICTCGT), Murielle Guilbert (Solidaires), Benoit Teste (FSU), Sihame Assbague (militante / Stop contrôle au faciès), Gus Massiah (Crid / Ipam) Facilitation: Julien Rivoire (Attac / FSU) samedi 25 44

globe-logo.png

dimanche 26 août

ATELIERS 10h à 12h15

L’éducation populaire en pratique (4/4) Salle D 104

Ce dernier atelier vise à vous faire découvrir et mettre en pratique la méthode du «porteur.euse de parole», dont l’objectif est de provoquer des discussions et des débats dans l’espace public. Après avoir exploré les objectifs d’un tel dispositif et ce qu’il peut (et ne peut pas permettre), nous vous proposerons de passer directement à l’application en montant un «porteur.euse de parole» dans l’espace de l’université d’été. Atelier en lien avec les ateliers du jeudi (p.12), vendredi (p.27) et samedi (p.39)! Intervenant.e.s: Nolwenn Neveu, Benoit Girault, Clément Benoit, Charlotte Rivière, Cécile Hanff Organisé par: Attac

Le FN et les classes populaires Salle D 103

Toutes les conditions sont, plus que jamais, réunies pour que les votes Le Pen ou Wauquiez progressent. Les “modernisations” libérales exacerbent les concurrences dans et pour l’emploi. Elles insé- curisent les carrières, les avenirs. Elles explosent les collectifs de travail, séparent, empêchent qu’entre salarié.e.s se forge l’intérêt commun qui, hier, faisait voir le collègue, les jeunes, les travailleur.euse.s immigré.e.s, comme des semblables. Dans cet univers où chacun.e se sent menacé.e mais sans prise sur la menace, les plus proches devenus rivaux, localisables, mé- connus, inquiètent. S’avive ainsi en milieux populaires, un “chacun pour soi” vécu dans l’isolement, un sauve qui peut géné- ral doublé d’un sentiment d’impuissance. Les votes FN proviennent, pour beaucoup, de cette guerre des proches contre les plus proches, de cette guerre des pauvres contre de plus pauvres qu’eux.elles. Or il faut lutter sans attendre contre les idées nationales-autoritaires qui progressent. Comment faire? Discutons-en. Intervenant.e.s: Frédéric Bodin (Solidaires), Pascal Debay (CGT), Willy Pelletier (Fondation Copernic) Organisé par: Fondation Copernic, Solidaires/Visa

Audit de la dette de l’assurance chômage, luttes, droits et revenus des chômeurs et précaires Salle B 105

 L’Audit de la dette de l’assurance chômage par le CADTM révèle que la dette de l’assurance chômage, prétexte à la réduction des droits des chômeuses et chômeurs, résulte de politiques et est en grande partie illégitime. Exigeons sa suppression! Stop Précarités nous explique comment les travailleuses et travailleurs précaires (à temps partiel et /ou en CDD) se battent pour conquérir leurs droits et pérénniser leurs emplois. Le MNCP discute les alternatives au RSA: revenu “garanti” pour les plus pauvres ou revenu “de base” pour tous? Intervenant.e.s: Pascal Franchet (CADTM), Evelyne Perrin (Stop Précarité), Marc Desplat (MNCP) ; Françoise Clement (Attac) Organisé par: Attac, Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde, Stop Précarité, Mouvement National des Chômeurs et des Précaires, Agir contre le Chômage! dimanche 26 45 apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes

«Reliance» entre acteurs locaux et nationaux souhaitant s’engager ensemble et durablement pour que prospèrent les initiatives «Municipalisme, Transition et Territoires» Salle B 104

Les organisations à l’initiative des deux séminaires sur «Municipalisme, communs, transition et territoires», doivent utiliser les contributions des jours pré- cédents pour s’engager dans une convergence pérenne et souple afin de contribuer à disséminer les expériences et à relier les différents acteurs locaux intéressés et porteurs de ces démarches alternatives au niveau local: modes de coordination et de mutualisation horizontales, principes communs, répartition des rôles, priorités pour une première phase 2018-2020. Organisé par: Mouvement Utopia, CRID, CommonsPolis, Remix the Commons, Collectif pour une Transition Citoyenne, Institut de Recherche sur la Gouvernance, La Belle Démocratie, Osons Les Jours Heureux

Lutte pour le logement social et public Salle B 102

La politique de financiarisation et de tatchérisation mise en place en France et en Europe touche aussi le logement social. En France, 20% des habitant.e.s vivent en logement social et y rester est de moins en moins garanti. Les logements sociaux sont de plus en plus chers, trop souvent mal entretenus; les expulsions de locataires se multiplient; les opérations d’urbanisme ou de rénovation urbaines, prétexte à une vé- ritable épuration sociale, se développent... Les HLM sont une marchandise et leur vente est encouragée par le gouvernement, alors même que la crise du logement bat son plein. Cette situation va s’empirer encore avec ce qui est prévu dans le projet de loi ELAN et entre autres l’accélération de la vente de logements sociaux. Face à cela, des locataires s’organisent et luttent pour défendre leurs droits. Témoignages et échanges sur les luttes des locataires de logement sociaux en France et en Europe. Organisé par: DAL, Association Résidents 10-20 Arlequin, DAL HLM, DAL 38, Coalition Européenne d’action pour le droit au Logement et à la ville

La crise migratoire des deux côtés de la Méditerranée Salle B 101

 Des milliers de citoyen.e.s de l’Afrique subsaharienne fuient leurs pays dans l’espoir d’atteindre les pays de l’Afrique du nord et de l’Europe. Initialement terre d’émigration, le Maghreb est devenue aussi, au fil des années, une région de transit et d’émigration pour des milliers de subsaharien.e.s qui fuient la misère et la guerre dans leur pays respectifs. Celles. ceux qui sont établi.e.s au Maghreb vivent dans des situations très difficiles et sans prise en charge. Lorsqu’ils.elles ne sont pas exposé.e.s à des expulsions parfois arbitraires au mépris des droits humains des migrant.e.s et des réfugié.e.s. Organisé par : Immigration Développement Démocratie (IDD), Association des Travailleurs Maghrébins en France (ATMF), Agir pour le changement et la démocratie en Algérie (ACDA), La Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives ( FTCR) dimanche 26 46

En route vers le Forum Social Mondial des Migrations de Mexico: dialogues EuropeAmérique Latine sur les migrations Salle B 103

Cet atelier se donne comme objectif d’éta - blir un dialogue Europe-Amérique Latine sur les enjeux migratoires en vue du FSMM de Mexico. Nous aborderons la question des causes des migrations (rôle des mul - tinationales et du modèle de développe - ment), de l’externalisation et la militarisa - tion des frontières et du développement de nécro-politiques qui produisent toujours plus de “disparu . e .s”; au Sahara, dans la Méditerranée ou sur les routes meso-amé - ricaines de l’exil. Cet atelier sera également une invitation à se nourrir des expériences de résistance que proposent les organisa - tions de migrants et de la société civile non seulement pour dénoncer les déplacements forcés que produit le système néolibéral et face à la violence des politiques migratoires actuelles mais aussi pour faire “migrer le système”; et construire d’autres possibles à travers notamment les exemples de ca - ravanes migrantes qui parcourent actuelle - ment différentes parties du monde et dont le FSMM permettra la rencontre. Intervenant . e . s: Justine Festjens et/ou Braulio Moro (France Amérique Latine) Gus Massiah et/ou Glauber Serezino (Intercoll). Organisé par: France-Amérique Latine, Intercoll, CRID dimanche 26 47

apports de savoirs théoriques échanges de savoirs-faire et d’expériences formation pour agir convergence et construction d’initiatives communes Synergie numérique Salle D 101

Depuis quelques années, de nombreuses cartographies/annuaires/agendas numé- riques apparaissent sur le web qui permettent de recenser des initiatives, alternatives et communs portées par des citoyens sur des territoires. Ces outils se développent à travers l’utilisation de différentes technologies issues de l’internet libre et militant mais sont parfois peu connus entre eux. L’atelier est un temps d’échanges et de travail entre ces projets numériques OpenSource qui sera axé sur l’interconnexion et l’interopérabilité au service de la transition et des communs numériques. Participation au «Meet up carto» (p.51) du jeudi à 18h fortement conseillée ! Organisé par: Transicope (Portail des alternatives), Assemblée Virtuelle, Alternatiba, MeetupCartoParis, collectif Point Communs, CRID, Mycelia

Produire des alternatives en coopérative: ils l’ont fait! et après? Salle D 102

Face aux mastodontes mais aussi à l’individualisme, des citoyennes et citoyens se regroupent en coopératives pour produire ensemble l’énergie de leur territoire, pour gérer leur habitat de manière collective, pour entreprendre ou encore pour mettre en place une épicerie favorisant les circuits courts. Quels sont leurs secrets? Associer les salarié.e.s, consommateur. trice.s et les producteur.trice.s à la prise de décisions, les impliquer dans le choix stratégiques de leur entreprise, se réapproprier le travail et les moyens de production. Les coopératives s’organisent de manière à ce que l’intérêt collectif prime face à la recherche de la performance économique et permettent à chacun de repenser son lien à la consommation ou à la production. Actrices incontournables de la transition écologique et sociale, elles portent une alternative au système économique dominant. Comment naissent de telles initiatives? Comment mobiliser autours de projets coopératifs? Vers quels lendemains nous emmènent-ils? Intervenant.e.s: Arthur Lauvergnier (Le PHARES / Coopaname), Benoît Borrits (Association Autogestion), Paul-Jean Couthenx (CoopaWatt / Energie Partagée), un.e intervenant.e d’Enercoop Rhônes-Alpes Organisé par: Le PHARES / Coopaname, Association Autogestion, CoopaWatt

 

mais aussi... 12H30 • ESPLANADE STENDHAL (tables de l’espace restauration) Voix engagées: s’allier pour changer? Débat proposé par la Pépinière de Frères des hommes On se dit souvent que partir plus ou moins loin pour réaliser des actions solidaires ça va nous changer et aussi changer la société. Mais en fait, en quoi la rencontre avec des personnes qui vivent dans des conditions difficiles nous fait changer? Qu’est-ce qui provoque ces changements? De quels changements parle-t-on? Finalement, en quoi ces expériences contribuent à faire changer la société? Avec les bénévoles et partenaires de la Pépinière de Frères des Hommes (dispositif d’accompagnement de porteurs de projet), on y a réfléchi: venez découvrir leur voix et entrer dans les débats! Ce débat est également proposé vendredi (p.31) et samedi (p.43). dimanche 26 48

globe-logo.png

MEDIA 

DES STANDS Venez rencontrer, discuter et échanger avec la plupart de ces médias qui tiendront un stand dans le village associatif pendant l’Université d’été.  Les médias indépendants investissent l’Université d’été solidaire et rebelle des mouvements sociaux et citoyens. Pendant 5 jours les médias indépendants partenaires organiseront des activités, participeront à des débats, tiendront des stands au sein de l’Université d’été.  VENDREDI 24 JOURNÉE SPÉCIALE MÉDIAS INDÉPENDANTS Quatre ateliers co-organisés par différents médias indépendants :  > Comment réconcilier les journalistes et les quartiers populaires > Le rôle des médias dans les mobilisa ? (p.26) - tions sociales ? Le cas du nouvel outil de comptage des manifestant·e·s. (p.26) > L’indépendance : un défi économique pour les médias, un enjeu social pour les journalistes. (p.30) > Comment enquêter sur les multinationales ? Le cas des enquêtes dans le domaine de l’environnement. Un forum (p.26) > L’indépendance des médias, un défi politique, économique et citoyen Rencontre avec des médias nationaux et locaux autour des grandes menaces qui pèsent sur leur indépendance. (p.32) UN PLATEAU TV ET RADIO  TV Bruits installe un plateau TV dans l’Université. Jeudi, vendredi et samedi de 13h à 16h une émission sera diffusée en direct pour débattre et revenir sur les grandes thématiques qui animent cette université d’été. Rendez-vous dans le hall principal pour venir assister aux émissions en direct. Chaque matin le programme des émissions sera dévoilé sur un tableau devant le plateau TV. Ces émissions seront co-animées par des journalistes des différents médias partenaires. Radio Parleur et Radio Campus Grenoble s’associent pour tenir des émissions radios pendant toute la durée de l’événement. Venez assister aux émissions en direct: jeudi, vendredi et samedi de 12h à 14h sur le parvis du bâtiment Stendhal. Au programme : Interviews, reportages, émissions de débats pour vous faire vivre chaque jour le meilleur de l’Université d’été. L’espace médias indépendants de l’Université d’été est composé de : Bastamag, Le Media, Mediapart, Politis, Silence, Radio Parleur, TV Bruits, Reporterre, Alternatives économiques, Sans Transition, Le Ravi, Le Postillon, Place Gre’net, Radio Campus Grenoble. 49

 globe-logo.png

hors-les-murs en journée!

 A u-delà des ateliers, modules, forums qui se déroulent sur le campus, nous vous proposons un programme «Hors les murs» d’activités qui se dérouleront en ville. Ces activités sont proposées principalement par des organisations locales, au plus proche du terrain, et seront l’occasion de participer à l’Université d’été autrement: marcher, visiter, regarder, débattre autour d’un café...à la découverte de Grenoble, de ses acteur.trice.s, de ses lieux hors campus. Nous vous proposons également dans cette rubrique un programme «En soirée», pour celles et ceux qui souhaiteraient prolonger la journée par des activités réflexives... et/ou festives! Profitez-en bien! NB: ces activités sont proposées et auto-gérées par les organisateur.trice.s qui les portent. Se référer à eux.elles pour toute question, ils.elles en portent la responsabilité. Les activités sont gratuites, sauf mention contraire. Les chiffres dans les pastilles rouges se reportent au plan du centre-ville page 59.

 Jeudi 23 août 9H45 -

12H15 • RDV PLACE DE LA GARE DE GRENOBLE (tram A et B) Grenoble qui lutte

 Déambulation animée par Solidaires 38 Balade militante à travers la ville autour de lieux symboles des luttes récentes pour la défense des services publics de proximité. L’itinéraire choisi permettra de rencontrer les collectifs de salarié.e.s et d’usagers sur les lieux concernés par les luttes. Une autre manière de voir Grenoble et les enjeux de son évolution urbaine. En lien avec le module «La métropolisation au service de qui?» du vendredi 24 à 9h30 (p.21).

14H • RDV DEVANT L’OFFICE DU TOURISME - 14 rue de la république Du campus: tram B, dir. Presqu’île, arr. Hubert Dubedout

Balade révolutionnaire Visite guidée par l’Office du tourisme de Grenoble Grenoble, capitale de la Province royale du Dauphiné, est une ville en effervescence au 18e siècle. Nobles, intellectuels, scientifiques et beaux esprits font de cette ville un foyer propice aux idées des Lumières. Découvrez les lieux fréquentés par Rousseau, Barnave, Mounier et la célèbre Journée des Tuiles, prémices de la Révolution française à l’œuvre. Pour 30 personnes maximum • inscription obligatoire au point info du campus 14H • MNEI (maison de la nature et de l’environnement de l’Isère) 1 pl. Bir Hakeim Du campus: tram c direction «seyssins-le prisme», arrêt «hôtel de ville»

Cabaret de la Crise Spectacle créé par la compagnie Canopée Depuis 40 ans, la crise est sur la bouche de tou.te.s, au point de devenir une sorte de fourre-tout pour désigner les paradoxes de notre temps. Ce récit a un potentiel théâtral et comique énorme: c’est une véritable épopée de la crise qui se profile sur la scène mondiale. Les sketchs du Cabaret de la Crise ont été conçus en s’inspirant de sources précises (articles, documentaires, ouvrages de sciences économiques et sociales, de sciences naturelles) dans une grande variété de styles: saynètes dialoguées, chansons, monologues, slam, chorégraphies, etc. Notre but n’est pas d’imposer un message précis, mais de montrer les points de vue des différents personnages, avec leurs paradoxes et absurdités.

16H,

 6 RUE JAY Du campus: tram B, direction «Presqu’île» arrêt «Alsace-Lorraine» (comptez 30 minutes de transport) Droit au logement pour tou.te.s et lutte contre les expulsions discussion animée par DAL, DAL 38, Coalition européenne pour le droit au logement et à la ville, No Vox, Copaf En 10 ans, près d’un million de locataires ont reçu un jugement d’expulsion en France. Une tendance croissante favorisée par l’augmentation des loyers, la stagnation du coût de la vie, les politiques austéritaires et les processus de gentrification. Une tendance qui n’est pas qu’hexagonale mais se retrouve aux échelles européennes et mondiales comme l’a montré un récent rapport de l’ONU sur la financiarisation du logement. Face à ce phénomène, quels sont les résistances, les moyens d’action ici et ailleurs pour le droit au logement digne? Comment se coordonner avec les autres mouvements de base qui existent sur ce sujet? C’est autour de ces expériences, tant au niveau du constat que des luttes, que nous échangerons lors de cet atelier. 18H

• BAR LE TRANKILOU - 42 bd joseph vallier Du campus: tram C, direction «Seyssins - Le Prisme», arrêt «Vallierdocteur Calmette» (30 minutes de transport) Meetup Carto Un meetup Carto est un espace d’échange numérique et réel où des porteurs de projets peuvent présenter à une communauté de cartographes leurs idées, leurs solutions ou leurs besoins. L’objectif de ce meetup Carto est de présenter les projets avant l’atelier «synergie numérique» de dimanche matin (p.48) où nous travaillerons directement sur l’intéropérablité des différentes plateformes.

globe-logo.png

Vendredi 24 août

10H • HABITAT GROUPÉ PARTICIPATIF LE PASSAGE - 23 rue Claude Génin Du campus: ligne C5 arr. Saint-Augustin Visite d’un habitat groupé participatif Rencontre-discussion avec un habitant du lieu, membre du CA de l’association Les Habiles (habitats isérois libres et solidaires) Participer à la conception puis à la gestion collective de son lieu de vie? Mutualiser des espaces et du matériel avec ses voisin.e.s? Cultiver l’entraide et la solidarité au quotidien? Les 5 familles habitant le PasSage ont fait ces choix, à travers leur projet d’habitat participatif réalisé en 1995! Ils vous ouvrent leurs portes pour vous présenter ce lieu, son fonctionnement collectif et le mouvement local de l’habitat participatif. Pour 20 personnes maximum • inscription obligatoire au point Info du campus

10H • RDV PLACE NOTRE-DAME (à côté de la Fontaine) Du campus : tram B, dir. Presqu’île, arr. Notre-Dame Musée Déambulaction BDS dans le centre-ville de Grenoble Déambulation organisée par la Coordination Grenobloise de la campagne BDS Balade à pieds dans le centre-ville de Grenoble à la découverte des lieux emblématiques de la collaboration des entreprises fran- çaises avec le régime d’apartheid israélien. Prises de paroles devant les différents lieux, interpellations, distribution de tracts aux citoyens de passage. En lien avec les ateliers «Des entreprises françaises complices de la colonisation israélienne de la Palestine» du jeudi 23 à 9h30 (p.13) et «France/Israël, l’État sécuritaire en question» du samedi 25 à 14h15 (p.42) hors-les-murs journée 51 14H •

 6 RUE JAY Du campus: tram B, dir. Presqu’île, arr. Alsace-Lorraine (env.30 min) Vivre et habiter autrement Réflexion animée par DAL, Halem, Collectif rue Jay... Les ZAD qui se sont illustrées en France à Notre-Dame-des-Landes ou encore à Sivens ont proposé des modèles agricoles alternatifs, mais aussi des modes d’habiter différents. Dans la lignée du combat mené par Halem, pour les droits des personnes vivant en habitat légers et mobiles. En ville aussi, face à la cherté du loyer, à la difficulté de se loger, ou par choix de vie collectif et revendicatif contre la gentrification, certain.e.s choisissent de vivre en squat. Nous proposons de réfléchir sur ces alternatives, les façons de les développer et de les préserver.

14H45 • RDV DEVANT LES RESTOS DU CŒUR Quartier St-Bruno, angle des rues Nicolas Chorier et Parmentier Afrique-Europe: le rêve en exil Promenade sonore animée par Modus Operandi Muni d’écouteurs, le public est invité à se promener au gré des indications de l’objet radiophonique diffusé dans les oreilles. Cette promenade est conçue à partir de la matière sonore recueillie dans un atelier radio qui se déroule dans des cours de français de l’association Accueil demandeurs d’asile. Les exilé.e.s choisissent des sujets autour desquels est ensuite collectivement réalisé un travail radiophonique: interviews, prise de son d’ambiance, déclarations... Afin de poursuivre les débats mis en écoute dans la promenade, nous proposons ensuite un échange entre le public et les participant.e.s au projet. Pour 25 personnes maximum • inscription obligatoire auprès de info@modop.org • Il faut être muni d’un smartphone ou d’un lecteur MP3, et d’écouteurs. Merci de nous signaler lors de l’inscription si vous avez besoin qu’on vous en prête.

globe-logo.png

Samedi 25 août

10H • RDV DEVANT L’OFFICE DU TOURISME DE GRENOBLE 14 rue de la république. Du campus: tram B, dir. Presqu’île, arr. Hubert Dubedout Balade révolutionnaire Visite par l’Office du Tourisme de Grenoble Grenoble, capitale de la Province royale du Dauphiné, est une ville en effervescence au 18e siècle. Nobles, intellectuels, scientifiques et beaux esprits font de cette ville un foyer propice aux idées des Lumières. Découvrez les lieux fréquentés par Rousseau, Barnave, Mounier et la célèbre Journée des Tuiles, prémices de la Révolution française à l’œuvre. Pour 30 personnes maximum • inscription obligatoire au point Info du campus

14H30 • RDV DEVANT LA MAISON DE LA CULTURE Du campus: tram C direction «seyssins-le prisme», puis tram A direction «Echirolles, Denis Papin», arrêt MC2 Balade du matrimoine déambulation animée par Osez le féminisme ! 38 Partez en balade avec Osez le féminisme ! 38 dans le sud de Grenoble à la (re)découverte de femmes, illustres ou inconnues, qui ont oeuvré dans les arts, les sciences, la politique, parfois au péril de leur vie, comme Marie Reynoard, enseignante engagée à Grenoble et résistante pendant la Seconde Guerre mondiale. A la fin de la promenade (16h), vous êtes invité.e.s à partager un goûter au Parc de la Villeneuve (arrêt «Arlequin» du tram A). Amenez un goûter à partager ! Pour 20 personnes maximum • inscription obligatoire au point info du campus

hors-les-murs journée 52

ÇA SE PASSE À LA MAISON DE L’INTERNATIONAL! Située en bordure du Jardin de ville et du centre historique, anciennement hôtel particulier de Lesdiguière avant de devenir l’Hôtel de ville de Grenoble jusqu’à son transfert en 1968 au parc Paul Mistral, la Maison de l’international est aujourd’hui dédiée aux activités de solidarité internationale et nous ouvre ses portes pour la journée du samedi 25 août : en plus de sa valeur historique propre, elle est pour la journée entière le lieu d’une exposition sur le travail au sein de l’entreprise Alsthom-Hydro, de deux conférences gesticulées sur les impacts des activités humaines sur le climat ainsi que d’une lecture théâtralisée d’une chronique sociale de Philippe Malone.

>>> 10H - 22H AU FIL DE L’EAU Exposition proposée par Attac Isère >>> 11H30 SCULPTEURS DE MONDES, L’EXPÉRIENCE D’UN MARCHEUR COLPORTEUR Conférence gesticulée jouée par Christian Lefaure >>> 14H LE CLIMAT EST DANS L’ASSIETTE Conférence gesticulée jouée par Frédéric Tordo >>> 16H30 BIEN LOTI Bien loti Lecture théâtralisée par Gilles Cordier

 FESTIVITÉS MILITANTES AU JARDIN DE VILLE! UN VILLAGE DES ALTERNATIVES, UNE BATUCADA, UNE SOIRÉE ENFLAMMÉE... Le jardin de Ville, lieu de promenade rafraîchissant pour les journées étouffantes d’été dans la «cuvette» grenobloise, sera ce samedi 25 août un lieu militant et festif. DÈS 10h, Village des alternatives organisé par Alternatiba Grenoble, puis soirée dès 19h avec batucada militante, restauration et concerts ! (voir p.55)

globe-logo.png

hors-les-murs en soirée... Mercredi 22 août

21H30 • LA BOBINE -42 bd clémenceau Du campus: tram C, dir. Seyssins-le Prisme, arr. Grenoble, Hôtel de Ville

Puisque nous devons vivre ensemble Spectacle de Fred Dubonnet Puisque nous devons vivre ensemble, nous devons régler nos montres à la même heure. Mais vu que l’heure est grave, il va falloir en rire. Un fou commence à réfléchir sur le “vivre ensemble”. Il met son nez dans notre quotidien et la notion de pouvoir. Au fur et à mesure qu’il avance, minutieusement il va soulever tous les lièvres de la politique, de l’économique, de nos dialectiques et tout ce genre de hic. En s’appuyant sur des références nationales, internationales, personne ne va être épargné. De plus, qui dit pouvoir dit contre-pouvoir et peut-être, quand tout le monde sera passé à la moulinette, on pourra se demander qui est le plus fou d’entre nous et comment un autre monde est possible. Faire de l’éducation populaire joyeuse. Voilà l’enjeu de ce spectacle. Un rendez-vous avec nos mésaventures, nos envies et... nos zygomatiques. Nombre de places limité à 150 – Tarif au chapeau La Bobine est un lieu culturel et associatif, à la fois bar et salle de spectacle. En plus de cette représentation de «Puisque nous devons vivre ensemble», elle accueillera un 2e spectacle: «Le Rouge et le vert. Impromptu théâtral et citoyen pour enfin parler de demain!», jeudi 23 (voir p.54). Jouxtant le Parc Paul Mistral, vous pourrez vous y restaurer et boire un verre. hors-les-murs soirée 53

Jeudi 23 août 20H30 • ANTIGONE - 22 rue des Violettes Du campus: tram C, dir. Seyssins /le Prisme, arr. Vallier – docteur Calmette Françafrique: la France, pompier pyromane en Côte-d’Ivoire Discussion animée par Survie 38 Présentation du nouvel ouvrage de Survie et discussion avec l’un des deux auteurs, David Mauger. 2004, violences en Côte d’Ivoire, des milliers de Français rapatriés; 2011, crise électorale sur fond de guerre civile, l’armée française intervient pour rétablir la dé- mocratie; l’ex-président Laurent Gbagbo déferré à la Cour Pénale Internationale: au-delà de ce récit passé au filtre médiatique, que savons-nous du rôle de la France dans ce grand pays d’Afrique de l’Ouest? Ce nouveau «Dossier Noir» publié par Survie l’explique pourtant: derrière une neutralité affichée, la France n’a cessé d’intervenir dans la vie politique ivoirienne, défendant ses inté- rêts économiques et son influence régionale. De la mort d’Houphouët-Boigny à la chute de Gbagbo, tout l’arsenal de la Fran- çafrique s’est déployé en Côte d’Ivoire: diplomatie parallèle, coups tordus, crimes de guerre de l’armée française. Entrée à prix (très) libre

21H30 • LA BOBINE - 42 bd clémenceau Du campus: tram C, dir. Seyssins-le Prisme, arr. Grenoble, Hôtel de Ville Le Rouge et le vert, impromptu théâtral et citoyen pour enfin parler de demain! D’après Jean Gadrey, L’écologiste et le syndicaliste, ou le désaccord fécond Spectacle joué par la compagnie Spectabilis, suivi d’un débat avec les acteurs, des membres de la plateforme Emplois-Climat, Gaëlle Ronsin (directrice de publication de la revue Silence!) et, sous réserve, Jean Gadrey. L’écologiste, le syndicaliste et le conférencier sont dans un bateau. Le conférencier tombe à l’eau. Qu’est ce qui reste? Chacun rame de son côté? On se jette à l’eau pour trouver des complémentarités? Un impromptu théâtral ludique et décalé sur la difficulté de naviguer en eaux troubles...! Une plongée dans l’actualité des inégalités sociales, des dérèglements climatiques, de la gestion de l’eau, des emplois dans la transition énergétique, de la croissance aveugle, du temps de travail... et on ne vous parle pas des paradis fiscaux ! Même en convoquant les scénarios «Négawatt 2017», «Afterre 2050» ou la «Plateforme Emplois-Climat», pas facile de faire se rapprocher ce qui parait vraiment antagoniste! Parviendront-ils à rendre leur désaccord fécond? Une conférence sans conférencier, à la fois pertinente et impertinente... déconseillée aux amateurs d’austérité. Nombre de places limité à 150 – Entrée à prix libre

globe-logo.png

Vendredi 24 août

21H • MNEI (maison de la nature et de l’environnement de l’Isère) 1 pl. Bir Hakeim Du campus: tram c direction «seyssins-le prisme», arrêt «hôtel de ville» Le Mystère du journalisme jaune Conférence gesticulée de et par Philippe Merlant Sur les traces de Joseph Rouletabille, Philippe Merlant part élucider ce très grand et très curieux mystère: «Pourquoi les mé- dias sont-ils si souvent du côté du manche, du côté du pouvoir, du côté des puissants?» Une enquête de l’intérieur, nourrie par quarante ans d’exercice du métier de journaliste. Et une invitation à trouver des pistes pour réconcilier information et démocratie. Le contenu de cette conférence sera modifié et enrichi à partir de l’atelier d’éducation populaire (sensibilisation au théâtre-forum), animé par la Cie NAJE le même jour sur le campus, à 12h (p.27).

VENDREDI 24 AOÛT FESTIVITÉS MILITANTES AU PARC PAUL MISTRAL! UN TOUR À VÉLO, UNE CONFÉRENCE-CLIMAT, UNE SOIRÉE ENDIABLÉE... >>> 18H - 19H: VÉLORUTION ÉTAPE DU TOUR ALTERNATIBA Grenoble sera une des 200 villes-étapes du Tour Alternatiba: des cyclistes militant.e.s sillonnent les routes depuis le 9 juin pour se mobiliser contre le dérèglement climatique et promouvoir des alternatives concrètes. Venez les rencontrer et prendre part à cette belle mobilisation citoyenne pour le climat! Et rejoignez-les le temps d’une «vélorution» (parade à vélo) à travers le centre-ville de Grenoble (5km). >>> 19H - MINUIT: SOIRÉE FESTIVE Alternatiba et l’Université d’été solidaire, citoyenne et rebelle réchauffent le parc, mais pas le climat! Concerts de Kalune, La Baronesa et Tchapack! >>> 20H30 - 22H: CONFÉRENCE «Climat: est-ce déjà trop tard?» Alternatives et résistances pour agir concrètement. Organisée par Alternatiba avec l’Université d’été solidaire, citoyenne et rebelle.

globe-logo.png

hors-les-murs soirée 54 SAMEDI 25 AOÛT

FESTIVITÉS MILITANTES AU JARDIN DE VILLE! UN VILLAGE DES ALTERNATIVES, UNE BATUCADA, UNE SOIRÉE ENFLAMMÉE... Le jardin de Ville, lieu de promenade rafraîchissant pour les journées étouffantes d’été dans la «cuvette» grenobloise, sera ce samedi 25 août un lieu militant et festif.

>>> DÈS 10H: Village des alternatives organisé par Alternatiba Grenoble >>> DÈS 19H Batucada militante présentée par la troupe de jeunes grenoblois.es BatucaVI tet des participant.e.s de l’Université d’été >>> DÈS 20H Restauration et buvette sur place sous les sons des instruments du duo de chanteurs Une touche d’optimisme, puis place à l’ambiance dansante et engagée du groupe Sidi Wacho!

VENDREDI 24 AOÛT FESTIVITÉS MILITANTES AU PARC PAUL MISTRAL! UN TOUR À VÉLO, UNE CONFÉRENCE-CLIMAT, UNE SOIRÉE ENDIABLÉE...

>>> 18H - 19H: VÉLORUTION ÉTAPE DU TOUR ALTERNATIBA Grenoble sera une des 200 villes-étapes du Tour Alternatiba: des cyclistes militant.e.s sillonnent les routes depuis le 9 juin pour se mobiliser contre le dérèglement climatique et promouvoir des alternatives concrètes. Venez les rencontrer et prendre part à cette belle mobilisation citoyenne pour le climat! Et rejoignez-les le temps d’une «vélorution» (parade à vélo) à travers le centre-ville de Grenoble (5km). >>> 19H - MINUIT: SOIRÉE FESTIVE Alternatiba et l’Université d’été solidaire, citoyenne et rebelle réchauffent le parc, mais pas le climat! Concerts de Kalune, La Baronesa et Tchapack! >>>

20H30 - 22H: CONFÉRENCE «Climat: est-ce déjà trop tard?» Alternatives et résistances pour agir concrètement. Organisée par Alternatiba avec l’Université d’été solidaire, citoyenne et rebelle. hors-les-murs soirée 55

 globe-logo.png

LIEU

L’Université d’été se déroule sur le campus de l’Université Grenoble-Alpes (UGA), dans le bâtiment Stendhal (1080 av. Centrale, 38400 St-Martin-d’Hères) situé au milieu du domaine universitaire. Transports en commun En sortant du bâtiment Stendhal, vous avez devant vous -légèrement sur votre droitel’arrêt «Bibliothèques universitaires » des lignes B et C du tramway. Pour rejoindre l’hyper-centre, prendre la ligne B, direction « Presqu’île » et descendre à l’arrêt « Victor Hugo ». (N’oubliez pas de composter votre ticket sur le quai : il n’y a pas moyen de composter son billet à bord des tramways). Toutes les informations relatives aux transports en commun de l’agglomération grenobloise sont disponibles sur le site www.tag.fr Des tickets au tarif préférentiel « congrès » sont en vente au point info dans le hall Nord du bâtiment. Hébergements Les cités-U (Fauré et Résidence Ouest) sont situées sur le campus, accessibles à pied en une dizaine de minutes. L’accès à l’Auberge de jeunesse (10, avenue du Grésivaudan, Échirolles) depuis le campus nécessite l’usage d’un transport motorisé ; de même que pour rejoindre l’internat du lycée Roger Deschaux (5, rue des Pies, Sassenage). L’ensemble de vos trajets pour rejondre depuis le campus un lieu d’activité de l’Université d’été (hébergements, ateliers, soirées, départ en déambulation militante...) peut être retrouvé sur la carte au point info. Espace Enfants 4-12 ans Dans la salle des Actes (située au rez-dechaussée dans le bâtiment Stendhal), deux animateur.trice.s accueillent les enfants «propres» qui leur seront confié.e.s (dans la limite des normes de l’animation. Cet accueil des enfants est une expérimentation au sein des Universités d’été et autres rendez-vous militants. Nous remercions les Francas de l’Isère de le rendre possible. Nous laissons le soin aux animateur.trice.s sur place de vous donner les dernières informations et indications à jour (horaires, consignes...). Horaires : mercredi 16h30 - 19h /// jeudi, vendredi et samedi 9h - 19h /// dimanche 9h30 - 15h /// temps de repas non inclus /// prévoir un goûter. restauration Pour le petit-déjeuner: petit-déj à prix libre à la buvette : les bénéfices seront reversés aux collectifs de soutien aux migrant.e.s. Pour le déjeuner: un ensemble de points de restauration ambulante est présent sur l’esplanade devant le bâtiment Stendhal et propose 1 200 repas chaque midi ainsi que des en-cas en soirée. Formules variées à des tarifs que nous avons voulus abordables. Options végétariennes prévues