• Forum Social Départemental des Alpes Maritimes

last modified January 2, 2012 by jean_michel_coulomb

FFSLbanner3.JPG  Forum Social Départemental des Alpes Maritimes  

retour page d'accueil

retour page précédente

 

Le FSD (Forum Social Départemental) des Alpes Maritimes est né en 2002 dans la foulée du FSE de Florence. Une certaine gageure si on considère la sociologie du département. Une association loi de 1901 permet d’obtenir régulièrement un financement du Conseil Régional.

Dans les premières années, tous les syndicats y participaient (Solidaires, CGT, FSU, CFDT, …) aux côtés de nombreuses associations nationales comme ATTAC, Amnesty, etc.) et locales (Les amis de la Démocratie, ADN, etc.). le FSD avait en soutien tous les partis politiques de gauche (y compris le PS).

Le collectif d’animation se réunissait pendant une bonne partie de l’année et travaillait pour un évènement sur un thème se déclinant à la fois au niveau local et aux niveaux national, européen et mondial. Thèmes abordés : la démocratie, les violences, le sexisme, les discriminations, l’égalité des droits, l’égalité homme/femme, la prostitution, le travail, l’école, la mixité sociale, l’aménagement du territoire, la relocalisation de l’économie, etc.. Chaque année, après avoir dressé son bilan, le FSD se donnait rendez-vous pour l’année suivante afin d’expérimenter autrement ce qui n’avait pas marché et de réitérer sur un autre sujet ce qui avait été un succès.

Une tentative de décentralisation de l’évènement dans le département, a conduit le FSD à tenir certains ateliers ou séances plénières, à l’extérieur de Nice dans un territoire plus péri-urbain, à Gattières, à Carros et à Mouans-Sartoux. La mobilisation y a été cependant assez peu soutenue. Les quartiers populaires de la ville de Nice et de sa périphérie immédiate ont été et sont toujours des lieux privilégiés, pour la tenue des FSD. Ex : l’Ariane, Bon Voyage, Drap, La Trinité. Un projet sur Les Moulins n’a pas pu voir le jour faute de salles adéquates pour se réunir (à Nice c’est toujours très difficile où la mairie fait de la résistance au prêt de locaux).

Au-delà des organisations qui y participent, l’équipe d’animation du FSD 06 est aussi un collectif de personnes travaillant dans un esprit commun (la charte de Porto Alegre). Cette équipe d’animation s’est renouvelée il y a environ 4 ou 5 ans.

Le Forum s’est un peu rétracté depuis : au-delà d’une très longue liste d’organisations appelantes, la construction d’un évènement n’est réellement prise en charge aujourd’hui que par quelques organisations (Amnesty International, Artisans du Monde, Attac, LDH, …), deux syndicats (CGT Educ’action et Solidaires ) et seules 2 organisations politiques le soutiennent (Alternatifs et FASE).

Une origine de cet essoufflement pourrait être une certaine perte de compréhension de la place des FSL dans le processus FSM et plus généralement dans le mouvement altermondialiste .Pour restituer la compréhension de la place des FSL dans le mouvement altermondialiste, l’équipe d’animation a cherché, lors du dernier FSD 06, d’une part à se rapprocher du « FSM en Provence » (assez peu disponible à ce moment là, mais ce n’est que partie remise) et d’autre part  elle a invité Christophe Aguiton pour donner un ancrage dans les forums mondial et européen et tâcher d’y puiser force et dynamisme.

Le thème de ce dernier évènement a été  était «  Vivre ensemble autour de la Méditerranée », notamment sous les aspects économique et culturel. L’évènement s’est déroulé un vendredi soir et toute la journée du samedi dans un centre d’animation d’un quartier populaire. Les associations de quartier contactées ne se sont pas vraiment investies (hormis sur la restauration). La soirée s’est déroulée autour d’un orchestre marocain. Malgré des débats de haute tenue (plénières sur les révolutions arabes et sur la culture avec une troupe niçoise, ateliers sur la démocratie active (éducation populaire, réseaux informels), ateliers sur l’agriculture et son économie (respectueuse de la nature, par production locale et biologique, par des échanges en circuit court, pour une souveraineté alimentaire ici et ailleurs), l’assistance est restée limitée. Le bilan n’est pas nul mais peut être qualifié de mitigé. Peut-être faudrait-il d’abord travailler avec les populations de ces quartiers et faire le forum après.

Nous avons l’intention de continuer, nous sommes très contents de savoir que d’autres forums sociaux existent et de rentrer en contact avec eux via le réseau F-FSL.

Un constat : les récentes activités anti-G20, celles sur l’audit de la dette et sur la construction du FAME, dont certes les campagnes sont impulsées nationalement ou internationalement, n’ont pas utilisé le support du FSD qui se tenait  peu avant cette période et alors que ce sont les mêmes organisations, pour une bonne part, qui portent ces thématiques et qui animent le FSD. Ceci peut apparaître comme dommageable car la dette, par exemple, a certes une origine qui transcende, largement le local mais elle s’y décline très concrètement et on gagnerait en audience à s’appuyer là-dessus et à faire cette articulation entre local et global. A noter cependant que l’association support du FSD, à l’intitulé large AESS (Association pour une Europe Sociale et Solidaire) a été utilisée par le collectif du contre-G20 niçois pour son compte financier. Preuve que le lien existe bien entre le FSD et les luttes  pour un autre monde (qu’il soit  local,  régional,  national, européen et/ou planétaire).