• gjetfsm article2 sur maison du peuple st nazaire

last modified February 11 by facilitfsm


http://www.saintnazaire-infos.fr/saint-nazaire-menace-d-expulsion-des-gilets-jaunes-de-la-maison-du-peuple-23-94-4028.html

Lettre ouverte de la maison du peuple concernant l’expulsion.Les gilets jaunes annoncent quitter les lieux « quand Macron aura démissionné. »

14 janvier 

" Ce mercredi à 9 h, les gilets jaunes de la maison du peuple et leurs soutiens se rassembleront devant le TGI de Saint-Nazaire pour soutenir les 5 habitants et frères de lutte pendant leur audience. 

Ils seront confrontés au propriétaire des lieux, promoteur immobilier de paris qui veut le détruire pour y construire un immeuble. Le juge devra arbitrer entre les droits du propriétaire retardé dans son chantier donc lésé financièrement (et pour qui le droit apporte de fortes protections) et ceux des habitants, précaires, dormant auparavant qui dans sa voiture, qui dans la rue, chez des amis ou parents, et pour qui il existe encore quelques protections légales garantissant un minimum de droit au logement. 5 habitants ont pu ou accepté de rentrer dans la procédure. Mais c'est environs une vingtaine de personnes qui habitent le lieu en permanence plus celles et ceux qui ne sont que temporairement. La maison du peuple est un véritable lieu d'habitation qui offre le refuge, chaleur humaine, lien sociaux à des personnes qui en seraient si non privées. Nous verrons de quelle façon le juge dira le droit, en arbitrant entre le droit de propriété et le droit au logement.

Une fois le délai accordé par le juge dépassé, il y aura un "recours à la force publique". Et c'est le préfet qui aura la main pour décider quand il procède à l'expulsion. On peut craindre qu'il ne relaie les consignes de fermeté du gouvernement et qu'il réalise avec zèle ce qui sera alors pour nous une opération de répression du mouvement. Mais on peut aussi essayer de faire entendre la parole des habitants de Saint-Nazaire et sa région qui sont attachées à ce lieu unique et demandent pour lui un sursis. Plus de 1000 personnes ont signé la pétition de soutien.

En deux mois, en partant de rien, la Maison du Peuple est devenue - en plus d'être un lieu de vie pour ses habitants et un lieu important pour le mouvement des gilets jaunes - un lieu ou des centaines de gilets jaunes ont retrouvé le sens de la solidarité, de la dignité, de la fraternité. Un lieu où on apprend à reprendre son destin en main grâce à la force du collectif. Où s'inventent des pratiques donnant au mot démocratie toute saconsistance. Où l'on redevient citoyen et où on s'engage pour changer le monde. Enfin un lieu où dans le respect des différences, énormément de choses se rêvent et se réalisent : organisation d'actions, projections culturelles, théâtre, débats, ateliers divers, maraudes pour les sdf, ... les projets fleurissent.

Dans le monde sinistre, malade d'individualisme, de misère sociale et d'entre-soi, un tel lieu est une formidable bouffée d'oxygène. ET, c'est ce dont témoignent le millier de personnes qui ont signé la pétition.

Monsieur le Préfet, mesurez ce que représentera l'expulsion de ce lieu au-delà de la froide application du droit.

Bien sûr, nous essayerons d'aller ailleurs. La Maison du Peuple, c'est d'abord un collectif de personnes, hébergées dans un lieu. Mais une telle expulsion, si elle devait arriver trop vite, serait certainement pour nous

une épreuve qui pourrait fragiliser ce que nous avons construit. De plus, ce lieu nous convient bien. Il est très fonctionnel, en bon état et nous y dérangeons (sinon le proprio) personne.

Bref, Monsieur le Préfet, Monsieur le Juge, nous vous demandons de retarder le plus possible l'expulsion de la Maison du Peuple. Jusqu'à quand précisément ? Difficile à dire ... En l'occupant, on avait dit qu'on le rendrait à la fin du mouvement. Donc, logiquement, on devrait vous dire "quand Macron aura démissionné".

Ce serait très sincère, mais ça risque d'être reçu comme un pied de nez. Comme on est des gents raisonnables, on vous propose autre chose. La trêve hivernale est sans doute le minimum décent à nous accorder. Mais on demande un peu plus, jusqu'au 17/11/19, date anniversaire du début du mouvement. Après promis on déménage tranquillement. Mais on vous assure qu'on va quand tout faire pour accélérer les choses, pour pouvoir partir avant, en obtenant la démission de Macron au plus tôt."

 voir les commentaires 

La Maison du Peuple