• gtiandwsf farewelltowsf discussion input16 fr

last modified February 3 by facilitfsm

DIBCO1: A propos de la discussion GTI sur le FSM  |   SurDIBCO1    Disc2020FR 

 apports                         | @I0- @I1 - @I2 - @I3 - @I4 - @I5 - @I6 - @I7 - @I8 - @I9 - @I10 - @I11 - @I12 - @I13 - @I14 - @I15- - @I16  

Commenté par   :                                                                            
Commentant sur  
Chronoliste des apports commentaires         
dibco1-logo-FR-90-petit.png Input 16  EN - ES - FR 


> Faites une entrée de commentaire voir cette entrée dans GTI Discussion (en anglais)

input16: Y-A-T-IL UN AVENIR POUR LE FORUM SOCIAL MONDIAL?
Une réponse à la discussion de Roberto
 
Dans les commentaires perspicaces de la discussion de ce mois, il y a eu un large accord sur l'importance et l'impact du Forum social mondial. Le FSM a ouvert un laboratoire utopique (pour citer Thomas Ponniah) et l’impact a été ressenti dans le monde entier. Mais cela n'a jamais été contesté. @1 Le fait que des centaines de milliers de personnes aient payé leurs frais de déplacement et de participation pour prendre part à une réunion où ils ont partagé leurs espoirs et leurs rêves était sans précédent - et allait au-delà de ce que nous avions envisagé lors des premières réunions de planification.
 
En ce qui concerne les raisons du déclin du FSM, cette unanimité s’écroule. Certains soulignent les tensions internes, les querelles politiques et le manque de démocratie inclusive; d'autres à la tension entre mouvements sociaux et ONG. D'autres évoquent des conflits culturels (par exemple entre le monde anglo-saxon et le monde latin), la décentralisation consistant à organiser une multitude d'ateliers, souvent sur le même sujet, comme dans une foire; ou les difficultés et les coûts de déplacement pour les organisations moins financées. @2 Ce qui est impressionnant, c’est que tous les points sont légitimes.
 
Mais là où il y a encore unanimité, c'est le Conseil international, qui est clairement considéré comme insuffisant pour la consolidation et la croissance du mouvement. @3 Le comité organisateur initial considérait que le rôle du CI était de faciliter plutôt que de diriger. C'est peut-être pour cette raison que le CI n'a pas été structuré comme un véritable lieu de débat (les interventions ont rarement été autorisées plus de trois minutes). Et le CI n’a jamais embauché un rapporteur, qui pourrait enregistrer les décisions qui seraient transmises au CI suivant ou à ceux qui n'étaient pas du tout au CI. Nous devons également nous rappeler que lors de chaque réunion du CI, la majorité des participants étaient nouveaux. Chaque réunion a donc commencé par des discussions sur des points sur lesquels il existait déjà un consensus. Mais chaque tentative visant à donner plus de structure au CI a été repoussée par ceux qui considéraient l'organisation comme synonyme de bureaucratisation. Comme le note Francine Mestrum, «l’horizontalisme et la peur des hiérarchies sont très justifiés. Mais ceux-ci ne devraient pas rendre la responsabilité impossible.»  Une telle responsabilité dépend de la communication. @4 Aucune transmission n'a été faite d'un forum à un autre. Les panels se sont répétés et se sont répétés à chaque forum, sans aucune contribution des précédents. Et comme les forums étaient organisés à différents endroits, les participants étaient souvent complètement différents.
 
J'ai été impliqué dans la Commission de la communication dès le début. Nous n'étions qu'un petit groupe et, dans le CI, la technologie de l'information était considérée comme un travail réservé aux professionnels. La différence entre information et communication n'était pas claire. @5 Je me souviens que lors d'une réunion du CI ​​à Mexico, nous avons demandé à chaque membre du CI de nous fournir dix noms de journalistes dans leur pays afin que nous puissions organiser un réseau d'information sur le FSM. Quatre seulement l'ont fait!
 
@6 Selon moi, l’une des principales causes du déclin du FSM est qu’il est devenu un mouvement endogamique, et non pas responsable devant l’extérieur. Rita Freire aborde ce point et Sally Burch propose un FSM Internet utilisant la technologie moderne pour le partage et l'inclusion. Il est vrai qu'au début du Forum, les médias sociaux et Internet n'avaient pas la portée qu'ils ont aujourd'hui. @7 Mais ce que je veux dire, c'est que si nous avions ouvert un processus de communication et de participation, le FSM aurait pu conserver sa fonction de laboratoire utopique, tout en permettant à de nombreuses nouvelles organisations et activistes de se joindre au processus. Peu de gens avaient les ressources financières pour se rendre à un forum et la communication les aurait tenus au courant. Mais la communication est une culture et non l'utilisation de moyens techniques. Et je crains que cette culture ait été cruellement manquante dans le CI.
 
Dans leurs commentaires, tout le monde souligne, d’une manière ou d’une autre, la nécessité de la survie du FSM pour réunir les nouveaux mouvements créés par le succès de la mondialisation. @8 Mais, dans la formule actuelle, tous ces mouvements doivent venir physiquement au Forum pour le faire. Cela rend le FSM de plus en plus obsolète.

Lier les acteurs politiques signifie beaucoup plus que quelques conversations. Le FSM doit pouvoir distribuer des papiers avec des propositions d’action. Sans cela, comment pouvons-nous travailler avec les autres? En leur demandant de rejoindre le CI? Ce serait un moyen infaillible de provoquer la bureaucratisation, comme l'ont souvent fait des intellectuels et des organisations importantes. @9 Le CI doit être réduit en taille, avoir des règles réelles et transparentes, et accepter son rôle d'organe directeur, responsable du contenu du Forum et de ses liens avec le monde des institutions, des organisations et des militants du monde entier.
 
De nombreux commentateurs ont souligné à quel point le monde avait radicalement changé depuis 2000. La mondialisation a perdu de sa crédibilité et n'est défendue que par les défenseurs du statu quo. Personne aujourd'hui ne défend l'idée que la «marée montante» du marché lève tous les bateaux. @10 L'inquiétude de ceux qui ont été laissés de côté a favorisé la montée en puissance de personnes comme Trump, Orban, Bolsonaro, etc. En 2017, les 500 personnes les plus riches de la planète sont devenues, collectivement, plus riches de 1000 milliars de dollars que l'année précédente. Dans quatre ans, ils auront augmenté leur richesse d'un montant équivalent au budget des États-Unis. Ceci est clairement insoutenable.

Notre monde est issu d’une série d’événements, tous basés sur la cupidité, moteur principal de l’histoire. Premièrement, la chute du mur de Berlin a été perçue comme la fin de l’histoire, car le capitalisme unifierait désormais le monde. Le consensus de Washington offrait un manifeste et un plan: tout ce qui ne créait pas de profits était un gaspillage. Les idéologies ont été abandonnées pour le pragmatisme, qui était lui-même une idéologie. Les chefs d'État conservateurs tels que le président américain Ronald Reagan et la première ministre britannique Margaret Thatcher luttaient contre le multilatéralisme, la justice sociale et la solidarité depuis le début des années 80; les dirigeants des partis sociaux-démocrates, tels que Tony Blair de UK Labour, ont contribué à cet héritage. La Troisième Voie de Blair a remplacé les ambitions de la social-démocratie par la résignation: personne ne pouvant arrêter la mondialisation, travaillons pour lui donner un visage humain.
 
Puis vint la crise financière de 2008, qui a ouvert une période de vingt ans de peur après vingt ans de cupidité. Avant cette crise, seule la France avait un parti de droite, xénophobe et nationaliste. Ces partis ont fleuri aux États-Unis et en Europe, à l'exception du Portugal. Les séquelles de la guerre en Irak, en Syrie et en Libye ont créé une crise migratoire. Les forces xénophobes ont retrouvé le bouc émissaire des immigrés fuyant la destruction de leur pays.
 
Pendant tout ce temps, le FSM a suivi une formule clairement insuffisante  @11 Rencontrons-nous, discutons, partageons, dans des réunions autoréférentielles, sans relation avec le processus politique et sans aucune pratique de la communication. Ses participants prenaient part à ces débats politiques dans leur une large majorité. Mais lors du FSM, ils ont dû s'abstenir de toute activité politique. Cela ressemblait beaucoup à un événement religieux: on rencontrait des personnes partageant les mêmes idées, partageant des expériences et des espoirs, afin d’agir au retour à la vie normale. Mais dans leur vie normale, ils ont trouvé beaucoup d'acteurs engagés dans l'action. @12 Et tandis que les réactions à la cupidité et à la peur, puis aux injustices sociales, puis au changement climatique, créaient de nouveaux points de rencontre, le FSM devenait une formule désuète et dépassée, qui nécessitait de l'argent pour participer, car qui nécessitait votre présence physique, pour des réunions de discussion, et sans place pour l'action. Essayez d’amener Greta Thunberg à cette dimension.
 
@13 Je suis convaincu que, à moins que nous ne prenions des mesures radicales pour actualiser le FSM, avec un espace ou des mécanismes pour interagir avec le monde extérieur et un espace ou un mécanisme pour un certain niveau d'action politique, le FSM continuera à diminuer et éventuellement à mourir.
 
@14 Les talmudistes du FSM diront non, cela signifie de possibles divisions au sein du FSM, réduisant ainsi sa pluralité et son unité. Mais la tendance actuelle est inquiétante. Une nouvelle formule peut être trouvée, et je pense que les contributions à ce débat démontrent clairement qu'il existe suffisamment de connaissances, de vision et d'expérience pour pouvoir le faire.

Dans ce monde fracturé et éclaté, nous saurons très bientôt quel est l'avenir du FSM. @15 Dans un monde sans valeurs, sa nouvelle identité pourrait être de ramener un débat sur les valeurs qui ont gardé les guerres et les conflits à distance. Paix, justice sociale, solidarité, transparence, participation, etc.

Les valeurs que la mondialisation néolibérale a éliminées, qui se retrouvent dans les constitutions de tant de pays, constitueraient aujourd'hui un pont puissant. @16 Le FSM, en tant qu’organisation holistique, pourrait s’engager dans un tel débat avec tous ceux qui rejettent les résultats de ce capitalisme autodestructeur, avec son ensemble de valeurs provenant de la cupidité et de la peur.