• guiding principles-fr

last modified September 5 by facilitfsm


Principes guides pour l'organisation des événements du FSM - version 2008 


(adopté en plénière du Conseil international le 24 septembre à Copenhague) - sera révisé chaque année 

il s'agit de la version de référence censée rester telle quelle jusqu'à la prochaine révision (voir document ci-joint)

vous pouvez commenter la version du blog   - ou éditer la version wiki du travail en cours

introduction


Le Forum social mondial est un espace, une plate-forme pour ceux qui adhèrent à sa Charte de principes (CdP). Le Conseil international et ses commissions ne font que guider et élargir les processus et événements entrepris dans le cadre de la CdP; ce n'est pas un organisme de contrôle ou d'accréditation qui peut sanctionner et franchiser des événements dans le monde entier. 

La Charte des principes a vu le jour après la première rencontre du FSM à Porto Alegre en 2001. L'événement annuel a continué à se tenir à Porto Alegre jusqu'en 2003, avant de se rendre à Mumbai en 2004. 
Jusqu'à son voyage à Bombay, la plupart des personnes impliquées dans l'organisation de l'événement, et la compréhension des perspectives politiques derrière celui-ci,  étaient généralement les mêmes personnes, principalement les groupes brésiliens. Il y avait donc une certaine cohérence entre l'événement et la CdP. Mais une fois que des personnes d'autres parties du monde ont commencé à organiser les événements - les événements mondiaux à Mumbai et Nairobi, les événements continentaux, les événements régionaux et nationaux, il y a naturellement eu une diversité d'approches dans l'organisation des événements, reflétée par les différentes réalités et compréhensions politiques régionales


Au cours de ces années, cependant, le FSM a également évolué pour devenir une sorte de «marque». On trouve à travers le monde des gens qui organisent non seulement des événements nationaux ou provinciaux, mais même des événements infraprovinciaux, leur apposant le label FSM. Là où cela pourrait à certains égards signifier la popularité et l'approfondissement du processus du FSM, cela pourrait également être un sujet de préoccupation, car il n'est pas du tout clair que ceux qui organisent de tels événements le fassent conformément aux lignes directrices de la Charte de principes, ou soient même conscients qu'une telle charte existe et l'aient étudiée. 

Étant donné que le FSM n'est pas une organisation ou une institution qui a des pouvoirs et des mécanismes de surveillance, d'enquête ou de sanction, le défi est : comment diffuser et approfondir le processus du FSM d'une manière qui ne soit pas déformée de sa Charte de principes, et maintenir les principes de base dont il est issu? Des préoccupations ont été soulevées au sujet de certaines des décisions d'organisation des événements mondiaux, qui sont par ailleurs si visibles. Ce qui pourrait se passer lors d'événements nationaux ou infranationaux est donc un sujet de préoccupation. 

Pour répondre à ces préoccupations exprimées lors de diverses réunions du CI, il a été décidé de préparer un ensemble de lignes guides pour la tenue des événements du FSM, en complément de la Charte de principes, ce que tente ce document. 

Les principes guides


1. Critères de participation:

L'une des questions fondamentales qui se pose lors de la préparation d'un événement FSM, à tous les niveaux, est de décider des critères de participation. L'inclusion est-elle universelle ou restreinte? La charte de principes énonce à la fois des critères d'inclusion et d'exclusion de la manière suivante: 

Le Forum est décrit de la manière suivante: 
«Le Forum social mondial est un contexte pluriel, diversifié, non confessionnel, non gouvernemental et non partisan qui, de manière décentralisée, met en relation des organisations et des mouvements engagés dans des actions concrètes aux niveaux du local à l'international pour construire un autre monde. 

Les exclusions sont inhérentes aux définitions suivantes:   
«Le Forum social mondial est un lieu de rencontre ouvert pour la réflexion, le débat démocratique d'idées, la formulation de propositions, le libre échange d'expériences et l'interconnexion pour une action efficace, par des groupes et mouvements de la société civile qui s'opposent au néolibéralisme et à la domination du monde par le capital et toute forme d'impérialisme… .. » 
« Ni les représentations des partis ni les organisations militaires ne doivent participer au Forum. Les chefs de gouvernement et les parlementaires qui acceptent les engagements de la présente Charte peuvent être invités à participer à titre personnel. » 

«… .Le Forum social mondial cherche à renforcer et à créer de nouveaux liens nationaux et internationaux entre les organisations et les mouvements de la société, ce qui, dans la vie publique et privée, augmentera la capacité de résistance sociale non violente au processus de déshumanisation que le monde subit et à la violence utilisée par l'Etat… »
 

Toutes les organisations et réseaux qui s'inscrivent au FSM doivent accepter leur adhésion à la Charte des Principes. Le bilan des organisations qui demandent de l'espace en matière  de caste,  racisme, patriarcat et ainsi de suite; notions qui ne sont pas nécessairement subsumées sous le terme de "néolibéralisme '' devrait également être prises en considération 

Le comité d'organisation d'un événement peut solliciter l'aide et le soutien du Conseil international, par l'intermédiaire de son groupe de liaison(*) ou des commissions(*) concernées, lorsqu'il ne sait pas si une candidature particulière est acceptable ou non. 
  

(*) groupe de liaison inter comission et commissions ont cessé de fonctionner en 2012

2. Égalité d'accès: 

Compte tenu de la grande disparité des organisations de la société civile, en termes de capacité financière, d'utilisation des langues dominantes et d'autres ressources, la Charte de principes met l'accent sur la solidarité et les initiatives au niveau local; qui doit guider les organisateurs d'événements à faire des efforts conscients pour assurer l'égalité d'accès à l'espace FSM: 

«Le Forum social mondial est un processus qui encourage ses organisations et mouvements participants à situer leurs actions, du niveau local au niveau national et en participation active dans des contextes internationaux, en tant que questions de citoyenneté planétaire, et à introduire dans l'agenda mondial les pratiques inductrices de changement qu'ils expérimentent pour construire un nouveau monde solidaire. 

Un tel principe a de nombreuses implications. Par exemple, si l'espace à un événement du FSM n'est accessible que sur paiement d'argent, il est probable que les organisations riches en accapareront la plus grande partie. Si les frais d'inscription sont trop élevés, cela empêchera la participation des organisations de base. De telles organisations venant de l'extérieur peuvent également ne pas être en mesure de se permettre même les hôtels bon marché dans la ville de l'événement. 

Il devient donc impératif que les organisateurs d'un événement s'assurent: 

  • Qu'ils travaillent comme facilitateurs.
  • Qu'il y a une diversité maximale dans la participation, en particulier des mouvements et organisations sociaux de base; et que l'espace est mis à leur disposition même sans aucun paiement, si nécessaire.
  • Que la plupart des activités, sinon toutes, sont auto-organisées; et qu'il n'y a pas de hiérarchie au sein de ces activités.
  • Que les organisations riches n'occupent pas tous les espaces. Si nécessaire, une limite est fixée sur la quantité d'espace qu'une organisation peut louer.
  • Que Les frais d'inscription sont maintenus en cascade, permettant même l'entrée gratuite aux groupes locaux qui ne sont pas en mesure de payer.
  • Que Des dispositions appropriées pour l'eau potable, les latrines, etc. sont prises et que le séjour subventionné ou gratuit des militants de la base est tenté. que de la nourriture et de l'eau bon marché ou subventionnées sont disponibles pour eux sur place.
  • Que Les besoins linguistiques de ces militants reçoivent la plus grande attention.
  • Qu'un espace adéquat est prévu pour leurs modes d'expression et d'articulation, qui peuvent prendre diverses formes culturelles, plutôt que par le biais de conférences.
  • Que les femmes participent en grand nombre.
  • Que le lieu soit construit de manière à être accueillant pour les personnes handicapées et qu'elles soient encouragées à participer.


3. Le lieu: 

Bien qu'il puisse y avoir une variété de facteurs contraignants dans le choix d'un lieu, néanmoins, le choix doit refléter la conscience concernant l'agenda politique sous-jacent d'un événement FSM. L'approche ne peut pas être celle d'une société de gestion d'événements commerciaux. Les modes de vie, les niveaux de confort et l'esthétique sont étroitement liés aux cultures, aux économies et aux identités et sont donc liés à des processus politiques plus larges.

Bien que les normes varient d'un continent à l'autre et d'un pays à l'autre, il existe pourtant à chaque endroit les dimensions culturelles et politiques du choix, qui doivent être prises en considération. Par exemple, il faut prendre une décision consciente concernant l'utilisation excessive de la climatisation ou des méthodes de chauffage inutiles, car elles sont intrinsèquement liées aux choix de mode de vie dictés par le marché dans un monde de plus en plus pauvre en énergie et qui se réchauffe globalement.

Des considérations similaires doivent être prises pour le transport vers et depuis le site, les conditions environnementales - sacs et bouteilles en plastique, sur utilisation et mauvaise utilisation du papier, utilisation de matériaux recyclables, etc., et niveaux de propreté et d'hygiène. Il serait hautement souhaitable de faire de l'espace pour la durée de l'événement un espace «commun», au sujet duquel non seulement le comité organisateur mais toutes les organisations participantes ont une responsabilité en termes d'utilisation, d'entretien et d'entretien. 

La sous traitance de services sur le site, pour la nourriture, l'eau, l'assainissement, les communications, etc. doit se faire de manière totalement transparente et ouverte, avec des contrôles sur les prix et garantir l'égalité d'accès. Il faut veiller à ce que les contrats ne soient pas attribués à des entreprises et des institutions appartenant à des politiciens corrompus, à des éléments criminels et indésirables.    

En particulier, une place importante doit être accordée au commerce équitable et à l'économie solidaire 

4. Fonds: 

Les ressources totales d'un événement sont composées comme suit 

  • Levées par les organisateurs auprès de fondations et d'autres agences
  • Recueillies grâce à l'inscription et à d'autres frais, pour l'espace, etc.
  • Levées par les groupes participants pour leurs événements, voyages, etc.


Nous nous intéressons ici aux deux premiers, mais ils ont une relation avec le troisième élément. Les principales dépenses du comité d'organisation devraient être la préparation de l'espace et du lieu, avec toutes les installations, y compris les traductions. Cependant, le comité d'organisation peut également décider de tenir un certain nombre d'activités. Plus le nombre d'activités organisées par le comité organisateur sera grand, plus ses dépenses seront élevées et cela bloquera également plus de temps et d'espace qui pourraient être utilisés par les participants. L'une des décisions importantes que le comité organisateur doit donc prendre est le nombre d'activités qu'il organisera; les réduire renforcera l'auto-organisation des activités de l'événement du forum et impliquera de transmettre le temps, l'espace et donc les dépenses aux organisations participantes. 

La collecte de fonds auprès des fondations, etc. est la principale ressource. Mais elle est profondément politique, car dans chaque région et pays, il peut y avoir des opinions divergentes sur l'opportunité de lever des fonds, à partir d'une source de financement particulière ou différente. Cependant, en relation avec  la Charte de principes, on peut conclure que les sources qui sont les champions du néolibéralisme doivent rester exclues, à savoir: les institutions financières internationales, les agences commerciales multinationales et les entreprises et les sources ayant des liens connus avec la drogue, la mafia et le crime. Une autre catégorie exclue serait les ressources de parrainage des entreprises privées pour leur permettre de faire de la publicité ou de vendre des produits sur place, ce qui est une forme classique de collecte de fonds dans le paradigme néolibéral. 

Les zones grises sont les fonds des gouvernements et des entreprises du secteur public. On peut soutenir que puisque les fonds publics proviennent principalement des contribuables, les citoyens ont le droit d'y accéder, quel que soit le type de gouvernement au pouvoir à un moment donné dans un pays donné. La mise en garde est que tout en accédant aux fonds du gouvernement, l'événement FSM ne peut pas perdre son autonomie et ne doit pas être considéré comme détourné par le parti au pouvoir, car cela serait contraire à la Charte des principes. Certaines entreprises du secteur public pourraient être alignées sur des forces de résistance et leur soutien serait recherché. Mais ici aussi, la prudence serait d'évaluer le bilan d'une entreprise du secteur public en particulier, car beaucoup d'entre elles sont également multinationales, et leur bilan dans leur propre pays et dans d'autres pays - environnement, utilisation des sols, pollution, etc.peut parfois être un sujet de préoccupation. 

La collecte de fonds grâce aux inscriptions, à l'utilisation de l'espace et des installations peut bien sûr être une source majeure. Mais il faut veiller à ce que ces frais n'agissent pas comme des barrières tarifaires pour empêcher les organisations et militants les moins riches d'entrer, et une structure en cascade sensée qui peut même permettre un accès et une utilisation gratuits aux plus démunis doit être mise en place. 

Une manière possible d'assurer l'égalité et la solidarité serait que toutes les organisations participantes contribuent (pas seulement les fondations) à un pool commun de fonds de solidarité, en fonction de leurs capacités. Le comité d'organisation pourrait alors allouer des subventions adéquates et des installations résidentielles, alimentaires, faisant partie des communs à ceux qui en ont besoin. 

Les budgets consolidés de l'événement du FSM devraient être rendus publics sur les sites Web du FSM dans les trois mois suivant l'événement pour la transparence et la mémoire. 

Les principes de financement décrits ici sont développés plus en détail dans les Directives distinctes pour la mobilisation des ressources.    

5. Formation d'un comité d'organisation: 

L'inclusivité, la diversité, une large assise et un processus qui mène à la formation d'un comité d'organisation, plutôt que quelques personnes ou organisations formant d'abord un comité d'organisation et sollicitant ensuite la participation des autres, seraient dans l'esprit de la Charte.

Cela implique de mettre en pratique un processus de mobilisation et de consultation dans toute la région / le pays dans lequel l'événement doit se tenir, et de former le comité à l'aboutissement d'un tel processus. Le comité organisateur doit promouvoir un fonctionnement ouvert et ne doit pas agir de manière descendante. Il doit être clair que le comité n'est pas le chef d'une organisation mais un organe de facilitation, mis en place pour promouvoir une activité spécifique pendant une durée déterminée. 


Parmi les tâches principales du comité d'organisation, telles que l'organisation du lieu et la logistique, le comité doit accorder une attention adéquate à la formation de commissions et de groupes fonctionnels appropriés et larges pour effectuer diverses tâches, impliquant des professionnels tels que les architectes, le personnel informatique, les artistes, le cinéma. -les décideurs, etc., veiller à mobiliser des volontaires aux niveaux national et mondial, assurer des liens et une sensibilisation appropriés avec les médias, une large consultation pour décider des thèmes et des axes fournissant des liens horizontaux pour les mouvements et les groupes, et porter une attention adéquate à la documentation imprimée et audiovisuelle à des fins de mémoire .   

En particulier, la mobilisation des volontaires doit être considérée comme un processus de sensibilisation politique plutôt que comme un moyen d'utiliser une main-d'œuvre bon marché. 

6. Engagements généraux des comités d'organisation:

Le FSM est un espace où émergent des propositions et des expérimentations d'alternatives au monde, par opposition à celles proposées ou renforcées par le néolibéralisme. En conséquence, l'organisation d'un événement FSM doit mettre en pratique les alternatives décrites dans la CdP: «faire respecter les droits de l'homme, les pratiques de la vraie démocratie, la démocratie participative, les relations pacifiques, dans l'égalité et la solidarité, entre les personnes, les ethnies, les sexes et les peuples, et condamner toute forme de domination et toute soumission d’une personne par une autre ».

L'engagement en faveur de l'égalité entre les femmes et les hommes est au cœur de la construction de cet autre monde. Cela implique en particulier qu'aucune forme de violence ne sera tolérée dans les locaux de l'événement FSM et qu'un soutien sera apporté à ceux qui se manifestent pour dénoncer de tels événements, en particulier les femmes. 

Cela implique également que l'espace FSM offrirait dignité, respect et sentiment d'égalité aux personnes de couleur, aux peuples autochtones, aux dalits et aux pauvres.


7. Événements locaux du FSM: 

De nombreux événements nationaux et sous-nationaux du FSM ont eu lieu ces dernières années. Bien que la Charte de principes déclare que «Le Forum social mondial est un processus mondial; Toutes les réunions qui se tiennent dans le cadre de ce processus ont une dimension internationale », il n'est pas toujours clair quel genre de dimension internationale ces forums sont capables d'apporter. Mais depuis le FSM et son slogan« Un autre monde est possible »sont devenus des noms de «marque», peut-être que les groupes locaux estiment qu'ils ont plus de visibilité et de crédibilité en appelant quelque chose «FSM».

Puisqu'il ne peut y avoir de surveillance de tels événements et qu'aucune "autorité '' ne peut donner de "permission '', il peut encore être exigé que les groupes organisant des événements (tout type d'événement à l'exception de l'événement mondial) doivent s'assurer que six mois avant l'événement réel , ils informent par e-mail ou par courrier ordinaire le processus national du FSM du pays (s'il existe, applicable uniquement pour les événements sous-nationaux), et le secrétariat du Forum social mondial de leur intention d'organiser un tel événement.

Cela garantira au moins le partage d'informations entre pairs et les contributions que le Secrétariat ou le Groupe de liaison pourraient fournir aux comités d'organisation. Étant donné que le nom FSM peut induire en erreur les bailleurs de fonds d'événements locaux, il peut leur être demandé de vérifier auprès des organisateurs si eux, les organisateurs, ont rempli ou pas cette exigence d'au moins informer le Secrétariat du FSM de leur événement à venir.


8. Espace pour l'interconnexion horizontale des organisations: 

L'impact du Forum social mondial doit devenir visible à travers des actions concrètes suite à un événement. Le FSM lui-même, n'étant pas une organisation, ne peut s'engager dans de telles actions. Ce sont principalement les mouvements, qui sont engagés dans de telles actions sur une base soutenue, qui peuvent faire avancer les programmes d'action qu'ils élaborent lors des événements du FSM. 

Alors que le FSM doit fournir une plate-forme d'échange d'idées, de conférences, d'ateliers, de conférences, etc., le résultat des actions concrètes dépendrait cependant grandement du degré d'interconnexion atteint par les mouvements en utilisant l'espace FSM,   
les organisateurs doivent fournir des espaces et les méthodes permettant aux (groupes) d'organisations de se préparer à rendre visibles les résultats de leur participation à l'événement et à les stimuler à développer leurs résultats après l'événement 

Ces considérations s'appliquent à la fois aux espaces physiques pendant l'événement et aux espaces virtuels avant et après l'événement, en particulier en utilisant des sites Web de «processus» disponibles dans le contexte du FSM. 

Cela assurerait également une «résistance d'en bas» subalterne au néolibéralisme et à l'impérialisme. Par conséquent, il devient impératif que les organisateurs et le CI, lors de l'élaboration d'un événement particulier, accordent une attention adéquate pour faciliter les assemblées, les tribunaux et autres formes d'interconnexion horizontale des différents mouvements, en concevant des thèmes et des axes appropriés, ainsi que dans les décisions concernant l'attribution. d'espace, de subvention et ainsi de suite. 

Tous les efforts doivent être faits par les organisateurs pour s'assurer qu'un événement du FSM agisse comme un catalyseur pour les forces d'action directe afin de renforcer davantage l'autonomie et d'intégrer leurs actions, et qu'il ne soit pas permis de le réduire à un simple lieu de bavardage    

 9. Traduction, langues, communication


La promotion de la diversité lors de l'événement du FSM est une décision politique, mais elle pose également des défis, par exemple dans le cas des langues. La présence de nombreuses langues à l'événement du FSM doit être considérée comme une nécessité politique, et les moyens de faire face à un tel défi doivent également être politiques plutôt que simplement techniques. 

Le comité d'organisation devrait réfléchir à temps sur les besoins linguistiques / de traduction et d'interprétation du FSM. Les mesures et décisions nécessaires devraient être prises bien avant le Forum afin d'obtenir des traductions efficaces et abordables tout au long de tous les événements du forum afin de garantir l'égalité de traitement pour tous les mouvements participants et de prendre en compte les besoins des langues minoritaires. 

Le comité d'organisation devrait accorder la plus grande attention aux processus de communication, d'intercommunication et de documentation avant, pendant et après l'événement, avec des objectifs de mobilisation et de qualité dans la préparation et la tenue d'activités auto-organisées dans l'événement, et l'efficacité de leurs résultats . 
En particulier: 

Avant l'événement: Créer des espaces inclusifs, physiques et en ligne, pour les groupes de travail liés au comité d'organisation préparant l'événement. Stimuler les organisations désireuses d'organiser des activités dans l'événement à télécharger sur les sites fournis dans le contexte du FSM afin de favoriser la collaboration entre les activités auto-organisées. Fournir aux organisations qui enregistrent des activités sur le site Web de l'événement des moyens de créer un lien clair vers ces espaces associés. 

Pendant l'événement: fournir un centre des médias fonctionnant correctement, un soutien total aux médias à but non lucratif et alternatifs les incitant à partager la production de couverture, fournir un accès maximal à Internet pour les participants, ainsi qu'une infrastructure et un soutien aux organisations qui mettent en place des interconnexions avec des groupes organisés qui sont disposés à participer à distance à l'événement.   

Après l'événement: stimuler les organisations participantes à publier les résultats de leur participation au site de l'événement, et créer des espaces pour développer d'autres interconnexions et collaborations, autour de ces résultats