• pfsmm18 actimx041 notes jgd

last modified January 10 by facilitfsm


Extrait de notes prises par Jean-Guy  au cours du 8ème Forum social des migrants du 2 au 4 novembre 2018 à Mexico

1 – Atelier organisé par des associations africaines sur l’externalisation des frontières de l’UE.

Témoignages bouleversants sur horreurs commises par Lybie mais aussi par l’Algérie et d’autres pays africains pour empécher les migrants qui passent par leurs pays d’en ressortir à la demande des pays européens. Ceux-ci imposent leur diktat essentiellement en faisant du chantage à l’aide économique ; et cela marche d’autant mieux que, dans beaucoup de cas, les dirigeants des pays africains sont de vieux dictateurs qui doivent leur poste au colonisateur. Plus précisément, les pays européens chargent les pays africains de trier pour eux entre migrants intéressants à importer et ceux à rejeter : En fait, la traite des esclaves continue !!!

Et quand un pays résiste comme, pour l’instant, le Maroc, l’UE contourne ce refus en négociant avec des villes frontières ! Les associations africaines ont beaucoup insisté sur le fait que cela entrave les migrations interafricaines qui sont, depuis toujours, une façon de vivre normale et adaptée pour les populations et ce d’autant plus depuis que les frontières ont été traçées par les colonisateurs d’une façon qui ne correspond en rien aux territoires à l’intérieur desquels se faisait depuis toujours l’essentiel de ces mouvements. Conséquences très graves sur la possibilité même de vivre des populations avec de lourdes conséquences sur l’économie et, aussi, sur la paix en créant de multiples tensions. Et c’est ainsi que, en entravant, les migrations au mépris de l’article 3 de la déclaration universelle des droits de l’Homme qu’ils ont ratifiée, les gouvernements de l’UE accroissent considérablement la nécessité pour de plus en plus de gens de migrer (en plus de ce qui est exposé en 1c ci dessous) ! Et pourtant, malgré tout, 80 % des migrations africaines se font encore à l’intérieur de l’Afrique.

Au terme de leurs ateliers, les associations africaines demandent que soit construite une alliance très large de partenaires africains et européens capable d’exiger l’abolition de la politique d’externalisation des frontières en menant des actions de très grande ampleur.

Ces deux ateliers ont été organisés par le réseau Maghreb-Sahel sur les migrations. Le contact est : anpm.senegal chez gmail.com