• poa20 input3.55

last modified April 5 by facilitfsm


Declaracion del TPP sobre los crímenes de lesa humanidad en las rutas del Egeo y los Balcanes

Italiano:http://permanentpeoplestribunal.org/i-crimini-contro-lumanita-lungo-le-rotte-dellegeo-e-dei-balcani-le-responsabilita-della-turchia-grecia-e-unione-europea/

Inglese: http://permanentpeoplestribunal.org/the-aegean-and-balkan-routes-are-crimes-against-humanity-the-concurrent-responsibilities-of-turkey-greece-european-union/?lang=en

Spagnolo: http://permanentpeoplestribunal.org/los-crimenes-de-lesa-humanidad-en-las-rutas-del-egeo-y-los-balcanes-las-responsabilidades-concurrentes-de-turquia-grecia-y-union-europea/?lang=es

 The Aegean and Balkan routes are crimes against humanity

The concurrent responsibilities of Turkey, Greece and European Union

A DECLARATION OF THE PERMANENT PEOPLES’ TRIBUNAL

The depth, extension and intensity of the deterioration over the last several weeks of the already dramatic situation of the hundreds of thousands of migrants - across the scenarios of the Aegean and the Balkan routes, with the concurrent responsibilities of Turkey, Greece, and the European Union -  have become intolerable. The violence of the police intervention to block any movement of refugees and impede the disembarkation from so fragile boats to the Greek islands; the direct aggression by neo-nazis and deliberately uncontrolled groups and the inhuman conditions to which are tens of thousands of those who survived the hate and the violence of war are condemned represent for the European peoples and for their institutions an eternal shame.

With this declaration, the  Permanent Peoples Tribunal  - in continuity with its work developed over five public hearings (2017-2019) on the violations with impunity of the human rights of migrant and refugee peoples, with the participatory support of hundreds of movements and organisations of the European democratic society- denounces with the greatest emphasis and concern the further dramatic involvement of the policies and practices of the European Union and of its member states. Consistent with the clear qualifications already provided in the final document presented to the European Parliament in Brussels (April 2019), the massive and systematic violations of the human rights of individuals and of entire populations of refugees and migrants must be considered an ongoing, planned and systematic denial of the fundamental rights: crimes against humanity, produced by and attributable to public policies with the concurrence of many actors, and therefore qualified as “crimes of system”.

The above events document how the externalisation of frontiers targeted to prohibit and forbid the entrance into Europe through the effective cancellation of the right to asylum, is producing a profound human catastrophe: no human being could be indifferent to this, without abdicating from her/his human dignity. The many thousands of migrants condemned to drown in the Mediterranean through policies and practices of prohibition of rescue and of planned strategies of rejection, the denial of the human dignity of migrant and refugee peoples continues once more at the physical frontiers.

As clearly stated by the UNHCR: “Neither the 1951 Convention Relating to the Status of Refugees nor EU refugee law provides any legal basis for the suspension of the reception of asylum applications. Article 78(3) of the Treaty of the Functioning of the EU (TFEU) has been evoked by the Greek Government in this regard, however this provision allows for provisional measures to be adopted by the Council, on a proposal from the Commission and in consultation with the European Parliament, in the event that one or more Member States are confronted by an emergency situation characterised by a sudden inflow of third country nationals while it cannot suspend the internationally recognized right to seek asylum and the principle of non-refoulement that are also emphasized in EU law. Persons entering irregularly on the territory of a State should also not be punished if they present themselves without delay to the authorities to seek asylum.” 

The direct responsibilities of the authorities of the EU are enormous: the visit of the President of the European Commission on the Greek-Turkish frontier has been exercised in significant approval of the Greek policies and methods of containment and rejection. The redefinition of the Agency of the Control of external European frontiers in terms of European Frontiers and Coastal Guard - a formal military equipped police force, coordinated and synergistic with the frontiers-guards of the concerned countries - confirms a policy of indiscriminate rejection and forced custody irrespective of the violence of the measures which are adopted.

Confronted with the dramatic worsening of the war situation in the area, which cannot simply be qualified as ‘emergency’, as it is a clearly a long term condition, the answer of the EU is a myopic and short sighted expression of a purely self-interested containment strategy, based on the ever increasing ambiguity of the relationships with the main political, economic, military actors. The confirmation of the central role of Turkey in the Syrian conflict is a clear determinant of the creation of the too well known concentration camps, and at the same time assures to Erdogan a blackmail power in its relations with the EU.

According to what was foreseen in the Union Treaty (art.78.3), the above scenarios are not compatible with further delays for an EU intervention through an extraordinary and urgent plan of return-allocation of the tens of thousands who are requesting to enter in Greece and Bulgaria and have the full right, protected from arbitrary violence, to request European Asylum. A concrete plan must foresee adequate quotas, and be rapidly implemented with simplified procedures, without restrictive conditions bound to nationalities, to avoid irrational discriminations and the reoccurrence of the failure of 2015 with the measures adopted , but never substantially applied, to support Greece and Italy.

We are perfectly aware that so complex phenomena cannot be faced nor solved with purely juridical principles and criteria: politics is however obliged to recognise and respect the fundamental human and peoples rights. The guarantee of their protection corresponds to an inviolable obligation also for legislators and Governments, through the indication of perspectives and solutions where human rights, as well as the aspiration towards a peaceful community of ‘different’ individuals, are effective and not simply declared.

The policies of the EU are the expression, and at the same time one of the main determinants, of the behaviour and the culture of the European civil society, also beyond the specificity of each member state. The present acute attention to the COVID-19 pandemic – while justified, complex, scientifically uncertain, and economically disrupting many paradigms - is certainly contributing heavily to hide and deny the permanent absolute priority of the migrants and refugees. The traditionally declared unique capacity of the European civilisation of being “human”, is metamorphosed into a culture and policies which cancel the life and dignity of all those humans not ‘recognised’ by development models, where only financial and economic goods have a right of citizenship.

The impunity of this denial charges the ‘systemic crimes’ with a deep echo of an ‘ongoing genocide’ for which accountability will be demanded.

Philippe Texier, President of the PPT,

On the behalf of the members of the panel of the judges of the Sessions on The violations with impunity of the human rights of migrant and refugee peoples

 

Les routes de l’Égée et des Balkans sont des crimes contre l'humanité. Les responsabilités concurrentes de la Turquie, de la Grèce et de l'Union européenne

DECLARATION DU TRIBUNAL PERMANENT DES PEUPLES

La profondeur, l'étendue, la gravité de la tragédie de centaines de milliers de migrants dans les eaux de la mer Egée et sur les routes des Balkans, est devenue intolérable ces dernières semaines, du fait de la responsabilité partagée de la Turquie, de la Grèce et de l'Union européenne. La violence de l'intervention des forces de police pour refouler le flux de réfugiés ou empêcher les embarcations de fortune en direction des îles grecques de débarquer, les agressions des bandes et des groupes néo-nazis laissés libres d'agir, les conditions inhumaines dans lesquelles des dizaines de milliers de personnes ayant échappé à la haine et à la violence de la guerre ont été abandonnées sur l'île de Lesbos sont une honte qui entachera, à jamais, la conscience des peuples d'Europe et de leurs institutions communes.

Par cette déclaration, le Tribunal Permanent des Peuples, poursuivant les travaux sur la violation des droits de l'homme que subissent les migrants et les réfugiés, menés lors des cinq Sessions consacrées à ce sujet (2017-2019), avec le soutien de centaines d'organisations et de mouvements de la société démocratique européenne, dénonce spécifiquement le caractère dramatique d'un nouveau recul des politiques et des pratiques de l'UE et de ses Etats membres. Comme nous l'avons exprimé dans les termes les plus explicites et les plus clairs dans le document final présenté il y a un an à Bruxelles au siège du Parlement européen, les violations des droits de l'homme, massivement et systématiquement provoquées sur des personnes et des populations entières de migrants et de réfugiés, constituent un déni continu, planifié et systématique des droits fondamentaux et constituent de véritables crimes contre l'humanité qui, découlent de politiques publiques auxquelles contribuent de nombreux acteurs. Elles constituent de véritables "crimes systémiques".

Ces événements démontrent comment la politique d'externalisation des frontières, visant à empêcher les réfugiés d'entrer en Europe par l'annulation systématique du droit d'asile, provoque une véritable catastrophe humanitaire, à laquelle aucun être humain ne peut être indifférent, sans perdre sa propre dignité.Après avoir causé la mort de milliers et de milliers de personnes en mer, dans les eaux de la Méditerranée, par le refus de l'aide ou par le refoulement délibéré, la pratique du mépris de la dignité humaine des réfugiés s'étend maintenant aussi aux frontières terrestres.

Il est inacceptable que la Grèce ait unilatéralement "suspendu" l'application de la législation européenne sur la protection internationale et interdit l'accès au territoire pour demander l'asile, sans aucune réaction des institutions européennes. 2 Comme l'a noté le HCR, "ni la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés, ni le droit d'asile de l'UE ne fournissent de base juridique pour suspendre la prise en charge des demandes d'asile. À cet égard, le gouvernement grec a fait référence à l'article 78, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE). Toutefois, les dispositions qui y sont contenues permettent au Conseil européen d'adopter des mesures provisoires, sur proposition de la Commission européenne et en consultation avec le Parlement européen, au cas où un ou plusieurs États membres seraient confrontés à une situation d'urgence caractérisée par un afflux soudain de ressortissants étrangers de pays tiers sur leur territoire, sans toutefois prévoir la possibilité de suspendre le droit de demander l'asile et le principe de non-refoulement, tous deux reconnus par les normes internationales et réaffirmés par le droit communautaire. Les personnes qui entrent illégalement sur le territoire d'un État ne doivent pas être sanctionnée si elles se rendent sans délai auprès des autorités pour demander l'asile".

La responsabilité des autorités de l'Union est considérable si l'on considère que la récente visite du président de la Commission européenne à la frontière gréco-turque a permis d'approuver en grande partie le dispositif de refoulement des réfugiés et les méthodes utilisées par la Grèce. Tous ces éléments sont confirmés par le nouveau rôle assigné à l'agence de contrôle des frontières extérieures FRONTEX, désormais redéfinie comme "garde-frontières et gardecôtes européens", une véritable force de police équipée de patrouilleurs et de véhicules militaires qui intervient en synergie avec les gardes-frontières des États membres, procédant à des refoulements aveugles et à des expulsions avec un accompagnement forcé, sans se préoccuper de la violence des moyens adoptés.

Face à l'aggravation dramatique d'une situation de guerre qui fait de l'afflux de migrants et de réfugiés non pas une "urgence", mais une constante désormais structurelle, l'UE n'a répondu que par des politiques d'"endiguement" aveugle, dictées par des égoïsmes à courte vue et des considérations de liens de plus en plus ambiguës avec les différents acteurs politiques et militaires.

Cette situation devient de plus en plus dramatique car la dépendance de la Turquie à l'égard de la rétention de réfugiés provenant principalement du conflit en Syrie a conduit à la création de véritables camps de concentration d'où chacun aspire légitimement à s'échapper et a mis entre les mains d'Erdogan un formidable instrument de chantage contre l'Union Européenne.

Face à cette situation désastreuse, l'Union européenne doit agir immédiatement, conformément aux dispositions du traité sur le fonctionnement de l'Union (article 78, paragraphe 3), en mettant en œuvre un plan de réinstallation extraordinaire et urgent pour les réfugiés arrivant en Grèce et en Bulgarie afin de soustraire à la violence et à l'arbitraire les dizaines de milliers d'êtres humains qui ont le droit d'être accueillis et de demander l'asile en Europe. Le plan doit prévoir des quotas adéquats et doit être mis en œuvre avec des procédures rapides et sans application de conditions de nationalité afin d'éviter toute discrimination déraisonnable et de provoquer son échec, comme cela s'est malheureusement déjà produit en 2015 avec les mesures alors prises en faveur de la Grèce et de l'Italie et qui sont restées presque totalement inappliquées. 

Nous sommes conscients que pour maîtriser des phénomènes complexes, il ne suffit pas d'invoquer le droit. Pour autant, la politique se doit, dans tous les cas, être respectueuse des droits fondamentaux des individus et des peuples, car la protection des droits fondamentaux est une limite incontournable pour tous, y compris les législateurs et les gouvernements, qui doivent indiquer la voie à suivre et apporter des solutions qui rendent effectifs les droits de l'homme et l'aspiration à une coexistence pacifique entre les populations différentes.

La politique de l'UE exprime et détermine, inévitablement, le comportement et la culture de base de la société civile européenne, au-delà des gouvernements des États membres. Les vives préoccupations actuelles, plus que justifiées, avec toutes ses contradictions, à la pandémie du COVID19 contribuent, avec la logique des politiques économiques néolibérales, à faire du "problème migratoire" non pas l'indicateur indispensable de la capacité de notre civilisation à être humaine, mais l'expression manifeste d'une Europe qui condamne au "rejet" et efface tous les humains qui ne s'inscrivent pas dans la logique de ses modèles de développement. L'impunité qui accompagne cet abandon des droits humains donne aux “crimes systémiques”, définis par le Tribunal Permanent des Peuples, le caractère d'un "génocide en cours" dont l'Humanité future nous demandera des comptes.

Philippe Texier, Président du TPP

Au nom des membres du collège des juges des Sessions sur La violation des droits des migrants et des réfugiés (2017-2019) T

eresa Almeida Cravo Bridget Anderson Perfecto Andrés Ibáñez Leah Bassel Souhayr Belhassen Maureen Byrne Eddie Bruce Jones Luciana Castellina Jennnifer Chiriga Donatella Di Cesare 4 Mireille Fanon Mendes-France Marina Forti Pierre Galand Domenico Gallo Leticia Gutiérrez Franco Ippolito Claire-Marie Lievens Carlos Martin Beristain Francesco Martone Luis Moita Madeleine Mukamabano Patricia Orejudo Wah-Piow Tan Enrico Pugliese Laia Serra Sophie Thonon-Wesfreid Stasa Zajovic