• dibco1 2020 discusionfsm input79 fr

Wiki modificadas recientemente January 11 por facilitfsm


WSF -20 ANS ET MÉMOIRE


Il est écrit au stade national de Santiago où le régime Pinochet a emprisonné et assassiné des milliers d'opposants politiques:


"UN PEUPLE SANS MÉMOIRE EST UN PEUPLE SANS FUTUR"


La célébration de 20 ans et la discussion sur l'avenir du Forum social mondial m'ont encouragé à partager un peu la mémoire et l'histoire de cette importante initiative. Je pense que cela peut aider à réfléchir sur le présent et l'avenir, pour ceux qui ont suivi cette histoire depuis le début et pour ceux qui se sont incorporés au fil du temps.

C'était en janvier 2000 à Paris avec ma femme, Mara. Le Forum économique mondial proclamait dans tous les médias le triomphe du néolibéralisme et accusait les opposants de n'avoir aucune proposition alternative. Mon extrême gêne m'a fait une idée: puisqu'il y a le Forum économique mondial qui proclame que l'économie néolibérale résoudra tous nos problèmes sociaux, pourquoi ne pas créer un Forum social mondial qui privilégie les conditions sociales, qui montre qu'il y a des alternatives, qu'une un autre modèle d'économie et de société est possible et qui réunirait ceux qui croient en cette idée pour s'articuler, réduire notre fragmentation, former des alliances et des partenariats pour gagner du pouvoir politique et de la force pour rendre leurs propositions réalisables, pour apporter des changements. Et qu'elle s'est tenue en même temps à Davos pour montrer que nous avons besoin et que nous avons des choix à faire.

J'ai partagé l'idée avec Mara, ma femme. Je lui ai demandé si l'idée n'était pas trop folle, trop ambitieuse. Elle m'a donné beaucoup de force pour continuer. J'ai appelé mon ami Chico Whitaker (pour qui j'ai toujours eu beaucoup de respect et d'admiration) qui, par hasard, était à Paris avec sa femme, Estela. Chico avait été asile politique en France et y avait toujours une famille. Il a aimé l'idée et nous avons décidé d'aller parler à notre célèbre Bernard Cassen, d'Attac et du Monde Diplomatique. C'était moi, Mara, Chico et Estela. Bernard a également aimé l'idée et a suggéré Porto Alegre pour ses politiques sociales innovantes en tant que site de forum. De retour au Brésil, j'ai appelé mes connaissances Raul Pont, maire de Porto Alegre, et Olívio Dutra, gouverneur de Rio Grande do Sul. Tous deux ont aimé l'idée et se sont engagés à fournir un soutien logistique.

Chico, en tant que Commission brésilienne pour la justice et la paix, et moi, représentant Cives, nous nous sommes réunis dans le bureau de l'Institut Ethos (entité que je présidais à l'époque) à São Paulo, des représentants de CUT, MST, Attac Brasil, Abong, Cives, Commission brésilienne de Justice et Paix, Ibase et Global Justice Center. Ces 8 entités ont accepté la proposition et ont formé le premier groupe opérationnel du FSM. Je tiens toujours la table de cette réunion historique à ce jour.

J'ai obtenu 200 000 dollars de la Fondation Ford, qui a créé un secrétaire exécutif logé dans les bureaux d'Ação Educativa à São Paulo. Nous sommes allés à Porto Alegre et avons négocié les installations de la PUC (Université catholique) pour accueillir le premier Forum. Avec Bernard, nous avons mobilisé nos réseaux internationaux dans plusieurs pays et en juillet 2000 à Genève (profitant d'une rencontre onusienne sur le développement social) le lancement international. Avec plusieurs participants de ce réseau international, nous avons formé la première CI et dans un travail collectif nous avons rédigé la Charte de principes.

La Charte de principes et la méthodologie organisationnelle et politique nouvelle et innovante qui offrait un espace pour tous, sans hiérarchiser les thèmes et les entités, facilitant les processus de promotion des connexions et des partenariats, privilégiant le protagonisme des organisations et non d'un pouvoir central qui commande tout, ont été pensés et élaborés collectivement et approuvés à l'unanimité par tous les membres de l'IC.

En janvier 2001, le FSM a été lancé à Porto Alegre avec 40 000 participants, 100 000 en 2002 et 150 000 en 2003. C'était le début d'un long processus. La carte politique de l'Amérique latine, qui en 2001 était majoritairement de droite, a complètement changé. Le slogan «Un autre monde est possible» se déploie en «une autre Amérique latine est possible», «un autre Brésil est possible» etc. La manifestation contre la guerre en Irak organisée par des entités au FSM a mobilisé des millions de personnes et a réussi à décourager certains pays européens de participer à la guerre. Le FSM s'est répandu dans le monde entier. Des articulations du printemps arabe ont eu lieu dans les différents forums en Afrique. À l'intérieur et à l'extérieur du FSM, les mouvements écologistes, les femmes, les peuples indigènes, antiracistes, opprimés comme le peuple palestinien, ont gagné en force et en ampleur. Le processus du FSM s'est déroulé dans plusieurs forums mondiaux, régionaux, nationaux, locaux et thématiques.

Il existe d'innombrables initiatives, partenariats, réseaux et assemblées qui ont été lancés dans les forums. De nombreuses connexions et relations ont été établies. Notre fragmentation a diminué. À ce jour, je reçois de nombreux rapports de personnes qui racontent comment leur initiative, leur réseau est né dans un forum donné. Sans parler des rencontres, mariages, collégialités et amitiés qui se sont nouées, si important pour améliorer les relations de confiance, d'affection et de qualité dans la coexistence humaine et même dans les relations politiques.

Nous avons réussi à surmonter les divergences dans la discussion sur la différence de protagonisme entre les mouvements sociaux et les ONG. J'espère que nous pourrons surmonter les désaccords qui ont surgi dans certains épisodes en relation avec l'application de la Charte de principes. Après tout, je crois que nous avons les mêmes objectifs, nous sommes dans le même champ idéologique. La lutte pour le pouvoir a à maintes reprises affaibli la gauche et je suis sûr qu'avec le dialogue et la bonne volonté, nous pouvons surmonter nos différences. Nous avons eu des problèmes logistiques dans certains forums qui ont servi d'expérience d'apprentissage. Mais je pense que le bilan global est très positif.

Il existe des initiatives pour renouveler le FSM. Ils sont importants et méritent d'être mis en œuvre. Je pense que des améliorations sont toujours possibles et sont les bienvenues. J'espère que le débat et les orientations sont positifs et que le renouveau indique des progrès, des améliorations, ce que je pense être le souhait de tous. Et qu'ils profitent des expériences et des connaissances accumulées, des succès et des échecs.

N'oublions pas que le FSM est un moyen et non une fin en soi. Un débat sur nos stratégies, identifier de nouveaux défis et opportunités, et quel FSM est le mieux adapté à ces stratégies serait très productif, faciliterait et rendrait les discussions plus objectives. C'est à partir de cette réflexion que le FSM, la méthodologie et la Charte de principes ont été construits. Je pense que les nouvelles générations, les femmes, les Noirs, les peuples autochtones, les groupes marginalisés et persécutés dans divers pays, qui s'organisent, se renforcent et réagissent, qui valorisent la diversité, qui veulent être des protagonistes, auraient certainement beaucoup à apporter pour ce débat.

J'appartiens à l'ancienne génération qui a joué un rôle, s'est battu, a essayé, a bien compris et s'est trompé dans son activisme. J'ai bon espoir que les nouvelles générations pourront tirer des leçons de ces succès et de ces erreurs et nous conduire vers un monde bien meilleur.

Enfin, alors que nous célébrons le 20e anniversaire du FSM, je voudrais rendre hommage à Mara, Chico et Estela, Bernard Cassen et le personnel du Monde Diplomatique et Attac France, aux membres des 8 organisations du premier groupe opérationnel, la Fondation Ford, à Raul Pont et Olívio Dutra, aux membres du premier CI, aux gouverneurs et aux politiciens qui de diverses manières ont soutenu et soutiennent les différents forums respectant le rôle de la société civile, à tous ceux qui ont cru en l'idée et ont aidé, soutenu et participé à premier Forum qui a lancé le processus, à des collectifs et à des milliers de militants qui ont organisé et participé aux différents forums ultérieurs et ont consacré leur vie à lutter pour un monde meilleur. Sans tout le monde, sans eux et sans eux, nous n'aurions pas le FSM et l'idée initiale et la proposition originale ne se concrétiseraient pas et le monde serait pire.


Oded Grajew


Alejandra Scampini célébrant la légalisation du droit à l'avortement en Argentine: "C'est pourquoi le FSM doit être un forum féministe. Combien d'actions politiques légales sont sorties du FSM? Des milliers!